Consoles-Fan
16/01/2018

Auteur
  

2888 articles en ligne

 
Radilgy
Le cell-shading s’impose
m

Milestone nous revient sur Dreamcast apr

Techniquement parlant, je m’attendais au pire surtout lorsque mon revendeur préféré de jeux vidéo japonais me fit remarquer que le jeu ressemblait à un jeu pour GSM portable. En réalité, il n’en est rien. La 3D est simple mais bien visible et offre des effets de perspective agréable. Si j’ai une seule chose à redire finalement, c’est l’aspect résolution du jeu qui donnent une impression de scintillement omniprésent avec des détails graphiques qui apparaissent et disparaissent au fil du défilement de l’image.

Ce shoot vertical se permettra quelques petites fantaisies avec quelques légers déplacement horizontaux ou en diagonale des décors mais le gameplay, lui, ne change pas pour autant. Vous avez le choix entre trois vaisseaux. Le premier est très classique et présente un tir en éventail. Le deuxième est constitué de lasers verticaux et quelques stickys lasers diagonaux. Le troisième enfin, envoie des bubulles : sympa non ? Les tirs evoluent en puissance grâce à des items que vous absorbez. Une sorte de bombe autonettoyante vous permet de faire le vide, il suffit de recharger une jauge spécialement prévue à cet effet, et lorsqu’elle est pleine, le vibreur vous le signale : c’est bien pratique ! Une sorte d’épée à la Radiant Silvergun et à la Chaos Field vous propose de frapper sur certains items que vous n’arriverez pas à attraper à cause d’une densité de tir trop forte. L’item est relancé vers le haut, vous n’avez plus qu’à retenter votre chance. Dans l’ensemble, on peut dire qu’il y a pas mal de traffic de boulettes à l’écran, de quoi rendre presque fou, mais heureusement, certaines d’entre-elles sont destructibles par vos missiles, elles ressemblent à des petites fleurs. Aussi, il est important de bien les repérer car elles représentent finalement votre salut, l’endroit où vous allez parvenir à vous glisser ! Bien entendu, tout cela est moins clair que s’il y avait immédiatement une présence de vide, c’est forcément voulu et c’est génial car ce petit shoot qui ne paye pas de mine, avec ses allures mignonnes, ses ballons et ses nounours, se transforme en véritable aubaine pour maniac-shooters. De plus, les ennemis sont, pour la plupart, difficilement destructibles et nombreux. Les aficionados du score attack vont aussi être conquis.

On aurait pu croire qu’Under Defeat allait déployer une ombre gigantesque sur ce titre mais Radilgy, en présentant un design complètement différent et décalé des shoots habituels, et en offrant en parralèle un gameplay efficace, a fini par attirer l’attention, et ce n’est que justice. Radilgy s’impose donc dans la ludothèque de tout fan de shoot qui se respecte, plus il est vrai pour son contenu très hardcore que sa réalisation un peu légère.

Graphismes : 68%
Simpliste et ça scintille !

Animation : 68%
Quelques petites baisses de régime.

Jouabilité : 92%
Bien ficelé !

Bande Son : 70%
Pas déplaisante du tout, elle colle en tous cas très bien avec l’univers.

Intérêt : 70%
Dommage que le jeu ne soit pas jouable à deux !

Note Globale : 73%
Un excellent titre qui aurait sans doute gagné à peaufiner sa réalisation, néanmoins, il reste esthétiquement très original.


NOTE : 07/10