Consoles-Fan
20/11/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3051 articles en ligne

 
Advance wars : Dual Strike
J’avance mon tank de deux cases pour
ha mince je suis

La s

Et pourtant les innovations ne manquent pas, c’est le moins qu’on puisse dire, mais avant de rentrer dans les détails, je vous propose un petit rappel concernant le déroulement du jeu. Comme dans tout wargame qui se respecte, chaque partie se déroule sur un champs de bataille, entre plusieurs généraux qui se font la guerre à l’aide de tout un tas de petites unités armées jusqu’aux dents : infanterie, tanks de combat, hélicos, sous marin, artillerie lourde, véhicules de transports... bref, le minimum syndical pour passer une bonne bataille entre amis. Pour remporter une partie classique, 2 choix s’offrent à vous : soit vous n’êtes pas pressé et vous décidez d’annihiler entièrement l’armée adverse (ce qui demande pas mal de temps car il est possible de construire de nouvelles unités a chaque tour), soit vous décider de capturer le QG ennemi grâce à une unité d’infanterie, ce qui demande moins de temps mais beaucoup plus d’adresse. Les objectifs peuvent varier, lors de la campagne par exemple il sera possible de remporter la partie en détruisant un bâtiment spécifique. A la fin de chaque bataille, un rang vous est attribué, allant de E pour les moins bons, à S pour les meilleurs. Ce rang détermine le nombre de points gagner, points qui vous permettront de débloquer de nouvelles cartes ou de nouveaux généraux (il y en a un sacré paquet !). Au fil du jeu il est possible de traquer chaque statistique et de gagner quelques une des 300 médailles (à ne pas confondre avec les rangs) qui vous permettront d’accéder au titre suprême.

JPEG - 49.4 ko
Un tutorial vous accompagne pas

Qui dit nouvel épisode dit forcément nouveaux généraux, Jake et Rachel font partis des rookis de la bande et c’est avec eux que démarre la campagne dans oméga land. Tous les nouveaux généraux ont été introduits par paire et pour cause, la grande nouveauté d’advance wars DS est qu’il vous faudra désormais 2 généraux lors des missions de campagne, ce qui ajoute une dimension tactique encore plus importante ! En effet, il est possible d’inter changer ses généraux à chaque fin tour, on peut par exemple commencer une phase de déploiement avec colin ce qui permet d’acheter des unités à moindre coût, puis amorcer une phase de combat avec Kanbei qui est beaucoup plus efficace que colin bien qu’il dépense beaucoup plus d’argent a déployer ses unités (mais on s’en fiche car Colin s’en est chargé !). Vous pigez le système ? Dites vous maintenant qu’il est possible d’associer les 27 généraux aux capacités diverses, se qui nous donne un total de 729 duos ! Mais attendez ce n’est pas tout ! Vous vous souvenez des pouvoirs spéciaux ? Une jauge de pouvoir se remplie progressivement au cours de la bataille, lorsque celle-ci est pleine, il est possible d’activer un super pouvoir très avantageux. Andy par exemple réparera toutes ses unités présentes sur la carte. Et bien si vous attendez que les 2 généraux aient leur jauge remplie, vous pourrez déclencher un pouvoir relais permettant d’enchaîner 2 tours de folie absolument dévastateurs pour votre adversaire !

JPEG - 43.5 ko
La bataille se d

Au tableau des nouvelles unités on note la présence du porte avion permettant de ravitailler les unités aériennes (étonnant non ?) mais qui pourras aussi servir à dégommer celles ci . En parlant d’avions, le furtif fait une entrée fracassante car il s’agit d’une des unités les plus puissantes du jeu, malheureusement son coût exorbitant le forcera a rester plus souvent au garage que sur le QG ennemi. Toujours en puissance, le méga tank fait lui aussi une entrée remarquée, rien ne peut stopper cette forteresse ambulante, a par un bombardier peut être. Les modes de jeu ne sont pas non plus en reste : campagne (33 missions), campagne experte, escarmouche, défis (une somme d’argent fixe pour finir 10 missions), mode action non plus au tour par tour mais en temps réel (un peu bidon à mon avis mais c’est toujours ça de plus), éditeur de carte, ainsi qu’un mode multijoueur (mais pas online). Les développeurs ont pris un soin tout particulier a rendre chaque mission intéressante, et j’ai moi-même pris beaucoup plus de plaisir a finir la campagne d’Advance wars dual strike que celles des précédents épisodes. La difficulté a été revue un peu à la baisse, la campagne experte n’est plus aussi immonde qu’auparavant (du genre David contre Goldorak ), mais reste néanmoins un réel challenge. Seul point noir au tableau, l’absence de niveau de difficulté. En effet l’ordinateur jouera toujours de la même façon, c’est le terrain de jeu qui rendra la partie plus ou moins difficile.

JPEG - 53.7 ko
plus que 26 minutes avant une frappe iminente

Coté graphismes maintenant, pas de gros changement par rapport aux deux opus GBA, on retrouve une 2D simple mais efficace, l’animation est par contre beaucoup plus fluide, le champ de bataille reste très lisible même lorsqu’il grouille d’unités, des petits détails font leur apparition comme l’ombre des nuages par exemple. Les scènes de combat sont un peu en deçà des capacités de la DS, mais de toute façon on a vite fait de les zapper pour se concentrer sur l’aspect stratégique pur et dur. Côté son j’avoue avoir était bluffé par les musiques ! Les thèmes sont d’une grande diversité et collent vraiment bien à l’action. Pas grand-chose à signaler pour ce qui est des bruitages, le bing bam boum habituel.

Les plus :
 un gameplay au poil et parfaitement rodé
 un scénario classe, des dialogues très réussis
 une bande son excellente
 des tonnes de missions, d’objets à débloquer

Les moins :
 des parties parfois un peu longues
 les scénes de combats graphiquement pas glop

Conclusion : Advance wars DS est tout simplement excellent, intelligent systems a su condenser tout ce qui a fait la force de la série et y ajouter tout un tas de petits plus qui le rendent indispensable. Se creuser les méninges face à une IA toujours plus efficace pour remporter une victoire durement acquise est toujours aussi jouissif, pourvu que l’on aime les longues phases de réflexion que permet le tour par tour. Avec tous ses modes de jeu, comptez plus de 200 heures pour en faire le tour complet.

Note : 9/10

Bueno


D
NOTE : 09/10