Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Nights Into Dreams
Qu’est-ce qui est mauve
et qui n’est pas Consoles-Fan.com ?

In a dream I could see
You are not far away
Any time, any place
I can see your face
You are that special one
That I’ve been waiting for
And I hope you’re lookin’ for someone like me

In my dreams, I can hear you callin’ me
In the night, everything’s so sweet
In your eyes, I feel there’s so much inside

In the nights, dream delight
I want to see you standing there
In the nights, dream delight
I’ve found someone who really cares
In the nights, dream delight
I want to see you smile again
In the nights, dream delight
You’re the one I’ve waited for

In a dream we can do
Everything we want to
There’s nowhere I’d rather be
But here with you
The stars above light the way
Only for you and I
I’m so glad I’ve found the one I’ve been lookin’ for

Keep the dream of the one you’re hoping for
Love can come through an open door
Just be strong and you’re sure to find the one

In the nights, dream delight
I want to see you standing there
In the nights, dream delight
I’ve found someone who really cares
In the nights, dream delight
I want to see you smile again
In the nights, dream delight
You’re the one I’ve waited for

In the nights, dream delight
I want to see you standing there
In the nights, dream delight
I’ve found someone who really cares
In the nights, dream delight
I want to see you smile again
In the nights, dream delight
You’re the one I’ve waited for


Comment décrire l’institution qu’est devenu Nights auprès des gamers de ce bas-monde. Institution, en voilà un mot mal choisi pour définir un univers magique et enchanteur, le pays des rêves et des cauchemards ! Car Nights est une sorte de petit lutin volant, habillé de mauve, et donc le seul but est d’aider les enfants du monde à se tirer de leurs cauchemards.

Véritable ovni vidéoludique, Nights, créé par la Sonic Team, est arrivé sur Segasaturn alors que tout le monde attendait encore un Sonic sur la 32-bits de Sega. Le gameplay était plutôt original puisque vous vous retrouviez plongé dans un univers en 3D dans lequel il était possible de voler de haut en bas et de gauche à droite mais en respectant un trajet prédéfini. Il fallait alors récupérer des boules bleues destinées à libérer des boules colorées qu’il fallait alors ramener à vive allure au point de départ. Nights pouvait alors repartir emporté par le vent, dans le stage, mais en suivant un rail différent afin de ramener les autres boules colorées. A chaque fois que Nights rapportait une boule colorée, vous receviez une note jugeant la rapidité avec laquelle vous avez accompli votre mission mais tout en tenant compte des points amassés en route grâce aux ennemis éliminés, aux cerles traversés ou encore aux figures virevoltantes à effectuer. Théoriquement, plus vous ramenez de points, plus vous avez perdu de temps, à vous d’établir le juste équilibre afin d’obtenir une bonne note. La meilleure note est un A, la plus mauvaise un E. Au bout de 4 boules, vous recevez 4 notes. Si vous obtenez au moins C de moyenne, vous avez accès au boss mais là-aussi, même si vous vous en débarrassez, vous pourriez très bien échoué car votre prestation sera également notée. Mais si jamais vous arriviez à court de temps, Nights ne pouvait plus rien faire et il fallait alors continuer le stage à pied avec l’un des deux enfants que vous aviez choisis : Elliot qui rêve d’être une star du basket ou Claris qui souhaite devenir chanteuse. Mais comme leur rêve va mal tourner, Nights va intervenir le temps de 3 stages chacun plus un final, en commun pour les deux enfants. Dans Nights, il est vrai qu’il n’y a que 7 stages mais le replay value est énorme pour un peu que vous vous intéressiez au score attack ! Il est en effet possible d’effectuer moultes figures ou passer aux travers d’anneaux pour accumuler les points.

L’exploit technique

Nights Into Dreams proposait pour l’époque des stages d’une grandeur affolante. Certes, les décors soufraient d’un clipping marquant mais nul n’a pu nier la qualité de la réalisation qui bénéficiait d’effets spéciaux extrêmement variés comme de superbes effets de transparence ou encore la distorsion de polygones qui donnaient un aspect gélatineux au sol mou dans le niveau Soft Museum. La seule fois où j’ai pu revoir cet effet sur 32 bits, c’était dans Burning Rangers dans le stage qui se déroule en partie sous l’eau ! D’autres effets de reflet et de brûme qui s’estompaient au fil de l’avancée dans le stage étaient aussi de la partie. De temps en temps, la vue sur le côté, au parcours très accidenté, laissait place à des stages de luge en vue subjective ou encore à des vues sur le côté plus stables ou encore des vues par-dessus, laissant découvrir la splendide horloge fleurie de Splash Garden qui profite des fonctionnalités de l’horloge interne de la Saturn pour vous afficher véritablement l’heure qu’il est !

Beaucoup de tests oublient d’en parler, mais l’engouement qui s’est créé autour de ce jeu n’est pas seulement du à son gameplay unique, son univers féérique ou sa réalisation hors-pair, mais aussi à sa bande originale, magistrale, d’une créativité douce et frétillante, lorgnant sur l’univers de Sonic. Qui n’a pas le thème de Nights dans sa tête, ses musiques somptueuses que l’on pouvait écouter à loisir en insérant le jeu dans n’importe quel lecteur de CD.

Chistmas Nights

Afin de promouvoir son jeu, la Sonic Team a eu l’excellente idée de sortir une démo, offerte (mais que certains revendeurs peu scrupuleux n’ont pas hésité à vendre) au Japon, aux Etats-Unis et même en Europe, reprenant le premier stage de chacun des personnages mais customisés avec l’esprit de Noël et avec une gestion de l’horloge interne absolument géniale, customisant les décors et l’écran titre. La Sonic Team avait mis en place une sorte de monde persistant, qui donnait l’impression au joueur que le jeu évoluait même lorsque la console était éteinte ! Ainsi, le père Noël et son traîneau voyageait dans le ciel de Nights à la veillée de Noël, des bonbons flottaient dans les airs êt des sapins et autres guirlandes apparaissaient pendant la période festive. Toute l’année, il y avait de superbes évolutions et la console tenait même en compte si vous jouiez la journée ou la nuit pour vous servir le stage en vue diurne ou nocturne ! De ce fait, cette démo se transformait en véritable jeu puisqu’il fallait y jouer très souvent pour découvrir toutes les évolutions. Et pour vous y convaincre, suivant la qualité de vos prestations, vous pouviez décrocher un ou plusieurs des multiples cadeaux, bonus, goodies, offerts à la fin de chaque partie. Il était par exemple possible de jouer avec Sonic !

Musicalement, c’est difficile à croire, mais la Sonic Team a encore fait plus fort qu’avec le jeu original en revisitant des thèmes classiques de Noël et en allant chercher une musique de combat contre Robotnik dans Sonic CD pour un des deux boss de la démo. Ultime récompense, le générique de fin absolument splendide qui n’est autre que le thème principal chanté doucement Acappella : une pure merveille !

Nights dans les jeux vidéo

Outre Nights Into Dreams et Christmas Nights, Nights a fait plusieurs apparitions dans les jeux de la Sonic Team. Dans Sonic Adventuresur Dreamcast tout d’abord sous la forme d’un flipper caché dans Casinopolis. Il reviendra dans Sonic Adventure 2 sous la forme de décor et d’affiche. Dans Phantasy Star Online et dans Billy Hatcher, il est possible de débloquer un minigame Nights et de le transférer sur votre Game Boy Advance grâce au cable link. Toujours dans Billy Hatcher, Nights apparaît carrément dans le jeu principal pour autant que vous ayez récupéré l’œuf spécial de la Sonic Team. Ensuite sur Game Boy Advance, l’un des flipper de Sonic Pinball Party est customisé à l’image de Nights. Puis, c’est sur PS2 que Nights a décidé de revenir sous la forme d’un des minigames du jeu Eye Toy Sega Superstars. Dans Project Rub, Nights n’apparaît pas mais l’un des habits à débloqsuer n’est autre que le bonnet de Nights ! Enfin, dans Sonic Riders, Nights est un des personnages cachés ! Conclusion : Yugi Naka n’a cessé de nous titiller avec sa licence mais n’a visiblement pas encore décidé de se remettre au travail sur une véritable suite de Nights : grr !

Graphismes : 95%
Des stages gigantesques ultracolorés et des effets de transparence à gogo.

Animation : 95%
Tout simplement sublime !

Jouabilité : 83%
Un one shot, à découvrir absolument pour son gameplay original et planant.

Bande Son : 99%
Tellement culte que tout le monde l’a dans sa tête !

Intérêt : 99%
Oui, oui, trois fois oui, Nights est une bombe qui a littéralement fait rêver les possesseurs de Saturn qui en sont tombés amoureux un peu à cause de ce jeu.

Note Globale : 98%
Nights est un jeu exceptionnel que je place dans mon top ten ! Il n’a qu’un défaut, ne pas avoir de véritable suite !


NOTE : 09/10