Consoles-Fan
18/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
God of War
L’Olympe
version Kratos

God of War, c’est le genre de jeu qui vous marque dans votre exp

God of Aventure

Le jeu vous plonge au plus profond de la Grèce antique dans laquelle se mêle demi-dieux, Divinités et humains. Vous êtes Kratos, fidèle serviteur des Dieux de l’Olympe, lourde tâche me direz vous. Tellement lourde que l’introduction s’ouvre sur votre suicide : vous vous jetez du mont Olympe et sombrez dans les eaux... Le ton est donné, le jeu est résolument sombre et violent. On vous propose alors de revivre les derniers exploits de Kratos en vous ramenant quelques jours plus tôt.

En effet Athena a besoin de vous pour conjurez la folie qui s’est emparée d’Ares (son frère) et l’empêcher ainsi de détruire complètement Athènes. Evidemment, comme rien n’est simple, ce n’est pas avec vos lames du chaos (vos armes de prédilection) que vous ferez grand chose contre Ares. Il vous faudra donc l’aide des dieux pour accomplir votre mission. Et c’est parti pour un long périple à travers palais, temple, déserts, cité en ruines dans lesquels se croisent minotaures, gorgones, cerbères, centaures et démons en tous genre. Rajoutez à cela le questionnement incessant de Kratos sur son passé mis en valeur par de (sanglants) flashback au cours de votre aventure. Bref, un scénario riche en rebondissements qu’on ne se lasse pas de parcourir.

God of Baston

Pour réussir vous aurez plusieurs armes à votre disposition : les armes blanches dans un premier temps puis la magie. Les armes blanches sont au nombre de deux : les lames du chaos, que vous possédez en début de partie et la lame d’Artemis que vous trouverez durant le jeu. Les lames du chaos fonctionnent comme deux fouets reliés constamment à vos bras (vous découvrirez pourquoi), la palette de coups est impressionnante et s’étoffera de plus en plus au cours de l’aventure. Il en va de même pour la lame d’Artemis qui est une énorme épée très puissante mais disposant d’un champ d’action réduit. Vos armes sont évolutives : en récupérant des orbes rouges (laissées par les ennemies ou cachées dans des coffres ou autres objets du décors), vous aurez la possibilité d’augmenter les capacité des lames du chaos ainsi que de la lame d’Artemis. Ceci se traduit par une amélioration de la puissance ainsi que d’une liste de combo plus grande.

Vous allez apprendre au cours de votre quête quatre magie relative aux divinités : la foudre de Zeus, la colère de Poséidon (éclairs multiples), le regard de Meduse et les âmes d’Hades. Bien sûr les magies sont "upgradables" au même titre que les armes.

A vous de choisir quelle arme ou magie gonfler pour vous sortir de situations souvent périlleuses. Vous avez donc une jauge verte de vie e une jauge bleue de magie, vous les remplirez au moyen de coffres disséminés dans le jeu ou bien encore si certains ennemis généreux (surtout les boss) vous abandonne quelques recharges.

God of Réalisation

Ce jeu est absolument magnifique : que ce soit du coté visuel ou audio et gameplay et ambiance, on est vraiment dedans du début à la fin.

Au niveau des graphismes déjà : textures somptueuses, aliasing absent (ou alors faut vraiment chipoter), décors magnifiques, arrières plans à tomber, effets spéciaux de très bonne facture. On évolue avec plaisir et admiration ! Kratos et ses ennemis sont également très bien modélisés, on s’y croirait ! D’autant plus que la plupart de ces derniers sont énormes, il suffit de voir les boss...magistral. Les angles de vues sont maîtrisés à la perfection et le jeu jongle à la fois avec plans larges, vue de coté, zoom. Les cinématiques ont bénéficiez elles aussi d’un travail conséquent, c’est vraiment très beaux.

Pour ce qui est de l’animation, là aussi le soft comble le joueur de joie : ça ne ralentit absolument JAMAIS et même en présence de nombreux ennemis, les mouvements sont très fluides et les bugs absents.

Nous voila gâté pour le coté des yeux mais rassurez vous, les oreilles ne sont pas en reste : une merveilleuse musique nous accompagne tout au long du titre. Tantôt épique, tantôt symphonique (avec la présence de chœur), parfois dramatique, mystérieuse...tous les registres sont abordés et de façon intense.

Les bruitages sont eux aussi bien réalisés : râles de démons mourant, choc de lames qui s’entrechoquent, cris bestiaux...encore une fois, on est plongé au cœur de l’action. Le doublage français quant à lui est honnête, sans jamais exagérer évitant ainsi le piège de la caricature du gros héros barbare. Un aspect sonore globalement réussi donc

Passons au gameplay qui est un modèle du genre : il est très instinctif et Kratos se dirige avec beaucoup d’aisance. Un plus à ce niveau, au lieu de nous livrer une notice chargée en termes de manipulations, Sony a préféré inclure dans son bébé un tutorial "pas à pas". Comprenez par cela que c’est au fil du jeu que vous apprendrez les différents manipulations à effectuer. Kratos peut, à quelques exceptions près, tout faire : sauter, nager, esquiver, escalader, déplacer des objets, marcher sur des poutres... On notera la présence de "Quick time events" c’est à dire une séquence de touche à correctement entrer pour réussir l’action. Ces moments rajoutent à l’intensité de l’action et obligent le joueur à être concentré à tout moment. En terme de jouabilité, Kratos répond au doigt et à l’œil et, pour une fois, la caméra se place toujours judicieusement permettant une bonne lisibilité de l’action. En terme technique, God of War est encore une réussite.

Gof of Fun

God of War est vraiment un jeu prenant, vous aurez du mal à lâcher le pad tant ce jeu vous entraînera dans son univers...

Jouer à God of War est jouissif, menez Kratos à travers sa quête est un véritable plaisir et malheureusement si vous êtes trop gourmand, vous finirez vite le jeu (une dizaine d’heure à peine). C’est quelque part le seul point négatif de God of War : sa durée de vie. La difficulté est bien dosée, quoique vers la fin certaines épreuves sont très tendues et vous devrez recommencer plusieurs fois avant de réussir. Quand vous mourez, vous respawner à un checkpoint (souvent disposés après un gros combat ou une épreuve d’adresse), les sauvegardes sont représentées par des lueurs jaunes, rassurez vous il y’en a suffisamment. En mode God (difficulté la plus élevée), il vous faudra faire preuve de patience et de minutie pour ne pas mourir sous les vagues d’ennemis. Amateurs de jeux sombres et sanglants, vous en aurez pour votre argent : les scènes gores sont très nombreuses et certaines mises à mort d’ennemis sont très violentes et cruelles. Oui, d’accord ce sont vos ennemis... A ce propos le jeu porte d’ailleurs la mention +18 et pour ce soft, c’est loin d’être anecdotique.

Si vous ne l’avez pas déjà, courez l’acheter ! Ce soft est vraiment une petite bombinette qui même sans renouveler le genre vous fera vivre une grande expérience vidéo-ludique.


NOTE : 08/10