Consoles-Fan
20/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2889 articles en ligne

 
Yakuza
Y’a pas qu’Emile Zola
qui peut l’

Dernier projet dantesque en date de Sega, Yakusa aura fait grincer quelques dents lors de sa localisation. Ce jeu

Si j’ai abordé ce test par son aspect localisation, c’est parce que ce qui suit n’est une surprise pour personne. Yakuza est vraiment très impressionnant pour une PS2. La modélisation des personnages et plus particulièrement des visages est réellement excellente. Je n’ose pas imaginer le travail long et coûteux que cela a nécessité. Pas de doute, Yakuza est une production shenmuesque mais très orientée sur l’aspect beat-them-all et soutenu par un scénario captivant et une mise-en-scène cinématographique qui ne confère absolument aucune lenteur au jeu.

Au niveau de l’interactivité, on peut héler quelques personnages dans la rue. Ceux-ci nous adresseront également la parole. En phase de combat, certains objets peuvent être saisis dans les décors afin de s’en servir comme arme. Sous cet aspect, Yakuza s’en sort honnêtement mais on aurait tout de même pu imaginer encore mieux, surtout lorsqu’on voir avec quel souci du détail les décors ont été créés. Certains intérieures de magasins bénéficient d’un achalandage monstrueux qui ferait presque rougir Dead Rising.


Il est possible de lire ce magazine

Il y a beaucoup de quidams dans les rues, que l’on peut bousculer grâce à une routine de programmation amusante. Dommage par contre que la motion capture soit assez limitée car cela fait un peu tache dans de si beaux décors, fins, colorés et lumineux. Il y a également quelques petits freezes et des chargements intempestifs que j’ai pu relever. C’est dommage, mais d’un autre côté, on sent bien que la PS2 est à bout de souffle.

Les combats sont assez pêchus et faciles d’accès. Les coups, pas très nombreux au départ, se déclinent rapidement sous une multitude de combos. Ceux-ci apparaissent au fur et à mesure que votre personnage augmente de level. Mais vous pouvez également renforcer sa jauge de vie, cela peut être utile.

Lorsque votre jauge se réduit à une peau de chagrin, il est temps de passer parmi un des restaurants de la ville représentés sur la carte par des taches oranges. La nourriture doit y être dégustée sur place. Elle vous rapporte également des points d’expérience. Des bentos et autres nourritures à emporter ne sont disponibles que dans les épiceries et autres magasins. Divers objets peuvent également être achetés afin de frimer tout en déambulant dans la rue.

Les taches bleues indiquent des endroits où l’on peut s’amuser. Il y a le centre Sega qui ne propose en réalité qu’un jeu d’UFO, ces fameux jeux forains avec une pince qui vous permettent d’attraper des cadeaux. Le centre de baseball vous permet de vous entraîner au homerun. Il y a aussi une salle de pachinko, des jeux de casino et bien d’autres choses que je vous laisse découvrir. Au niveau des minigames, Yakuza a fait très fort .

Les coquines et les coquins se retrouveront du côté des taches roses claires d’ailleurs presque toutes situées aux alentours de la rue pink. Voilà pour vous l’occasion d’assister à un strip tease ou de converser avec une hôtesse dans un bar adéquat. Gare à la note tout de même !

Si yakuza est loin d’être un jeu linéaire grâce au fait qu’il existe de nombreuses missions qui se déclenchent en fonction des vos choix personnels, la carte vous indiquera toujours où vous devez vous rendre pour faire évoluer l’histoire centrale. Suivez le rose flash et vous ne vous perdrez jamais.

Lors des déplacements, vous vous ferez accoster par diverses personnes. La plupart du temps, ils cherchent la bagarre mais il arrive que d’autres cherchent juste à vous parler ou vous confier une mission. Il faut noter que la plupart du temps, les missions débouchent aussi sur de la baston et autres règlements de compte avec à la clé : de l’argent, des armes...

Pour vous reposer, rien de tel qu’un séjour dans votre planque. Vous pouvez y régénérer lentement votre vie, regarder quelques anciennes cinématiques mais aussi gérer les objets de votre inventaire avec l’aide d’un coffre tout droit sorti de Bio Hazard. Et c’est sans doute grace au téléphone de Parasite Eve qu’il faudra penser à sauvegarder votre progression...

C’est tatoué ? Non c’est à moué !

Je l’ai déjà dit, le scénario est un point fort de ce titre. Laissez-moi vous planter le décor mais vraiment une infîme partie, histoire que vous puissiez découvrir la suite par vous-même. Vous êtes un Yakuza, avec un code d’honneur assez développé puisque vous allez croupir une dizaine d’années en prison pour un crime que vous n’avez pas commis mais dans le seul but de couvrir un ami. Seulement voilà, la victime n’est autre qu’un grand chef qui garantissait une certaine stabilité dans les relations entre les différentes familles. Aujourd’hui, les conflits éclatent au grand jour.

Je ne pouvais pas terminer ce test sans vous parler de Shenmue. Si les jeux suivent des chemins bien différents, les allusions sont nombreuses. Par exemple, il est possible d’acheter de la nourriture pour chat. Pour chien aussi, il est vrai. Et que dire de plus lorsque Kazuma répond impertubablement : « I see ».

Graphismes : 93%
Des personnages superbes et expressifs ainsi que des décors ultra détaillés.

Animation : 72%
Lors des déplcaments, la motion capture a un aspect vieillot. Par contre il y a pas mal d’action à l’écran. Et pendant les combats, il n’y a rien à redire.v

Jouabilité : 93%
Accessible pour tous mais les caïds peuvent aussi se la jouer en appliquant de splendides combos.

Bande Son : 92%
Cinématographique.

Intérêt : 97%
Indéniablement un des meilleurs titres cette année.

Note Globale : 92%
Voilà un jeu qui donne vraiment envie de se faire tatouer le dos. Enfin, non, tout de même pas !


NOTE : 09/10