Consoles-Fan
18/02/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2900 articles en ligne

 
Yakuza
Kazuma !
Rends-moi mon doigt !

Sous ses airs de Beat Them All, Yakuza rec

Tout commence par une mission assez banale pour un Yakuza : récupérer des dettes parvenues à échéances et non encore acquittées. Vous êtes dans la peau de Kazuma, un Yakuza disposant d’un certain sens de l’honneur qui ne bastonne et ne tue pas pour se défouler... Ces premiers pas servent de tutorial afin de vous expliquer les commandes basiques pour vous battre.

JPEG - 146.5 ko
Yakuza in the night...

Après cette mise en bouche, le scénario démarre et vous voila pris dans une histoire vous obligeant à porter le chapeau afin de couvrir un ami très cher, vous êtes arrêté et passez 10 ans derrière les barreaux pour avoir assassiné votre chef de clan (crime ultime dans le monde des Yakuza) Enfin à l’air libre, vous êtes bien décidé à retrouver les vôtres et savoir ce qui s’est réellement passé avant de vous retrouver dans une telle situation... Evidemment lorsque l’on a commis un tel acte, il n’est pas aisé de retrouver ses marques auprès de ses anciens amis : vous êtes donc un traître aux yeux de la mafia et il vous faudra gagner la confiance de certains alliés afin de pouvoir avancer dans votre quête de vérité. Voila pour la partie scénaristique du titre auquel il faudra ajouter fillette mystérieuse, gros paquet de blé disparu, meurtres, enlèvements et trahisons en tout genre...

JPEG - 64.9 ko
Quoi ? Tu nous quittes ?

Outre le fil rouge, de multiples quêtes annexes s’offrent à vous. Précieuses, elles vous permettront d’acquérir de l’expérience afin de développer vos possibilités de combo, d’améliorer votre jauge de fury et de mieux encaisser les assauts de vos ennemis. Ces quêtes sont extrêmement variées : sauvez un petit chiot en lui donnant à manger, récupérer un téléphone portable, aider un gang mis à mal par un autre, protéger vos connaissances, accepter des défis... Autant dire que vous n’allez pas vous ennuyer !!!!

In the City

C’est tout un quartier qu’il vous faudra arpenter pendant le jeu afin de remplir vos objectifs, vous disposez d’une carte et d’un inventaire (limité à la manière d’un Resident Evil mais vous disposerez de coffres dans des lieux clés afin d’y déposer les objets trop encombrant). Les personnages ou lieux à rencontrer sont représentés par un point rouge clignotant sur la carte et lorsqu’il s’agit d’une quête annexe, le point est vert. Avec ce système, impossible de se perdre ! De plus vous ne pouvez pas aller où bon vous semble, il y’aura toujours une barrière vous empêchant de passer ou bien des magasins ou autres établissement dont l’entrée ne sera pas possible.

JPEG - 134.3 ko
Je chausse du 42...

Rassurez vous, votre liberté d’action est tout de même importante et vous pourrez par exemple manger au restaurant, acheter de la nourriture, aller dans des clubs de strip-tease, séduire des filles, jouer au Casino ou bien encore vous faire une petite partie de jeux de pinces au Sega Center (les bornes ne sont malheureusement pas disponibles...) A la manière d’un RPG, vous aurez également à affronter des Yakuza, des clochards ou diverses racailles qui vous provoqueront lors de vos déplacements. Cela vous permettra d’acquérir plus d’expérience et de monter en level plus vite.

JPEG - 119.2 ko
Pr

Yakuza Style

Un des points fort de Yakuza, c’est incontestablement son ambiance, le jeu se déroule à la manière d’un film avec de très nombreuses cut-scenes qui renforcent l’immersion. Le quartier est également très vivant avec de nombreuses personnes vous interpellant pour vous parler, vous offrir des cadeaux qui débouchent souvent sur des missions annexes qui se concluent la plupart du temps par une phase de baston. L’interaction dans les divers lieux est également très poussée avec de nombreux mini-games.

JPEG - 22.5 ko
Ca sent la baston...

Concernant les passages baston, le soft a opté pour un système de combo se développant au fur et à mesure que vous gagnez de l’expérience. Le petit plus c’est que vous pourrez vous saisir de presque tous les objets épars pendant les scènes de combats : caisses, barils, vélo, barre de fer, couteau, enseigne publicitaire...et la liste est encore longue ! Sega a eu la bonne idée d’inclure un jauge de fury et quand cette dernière est remplie, vous avez la possibilité de réaliser un "Finish Him" donnant lieu à une scène très violent entre écrasement de la mâchoire a coups de talons, étranglement à la barre à mine, combo dévastateur au couteau... Les combats sont très dynamiques et la diversité des coups permet d’éviter le piège de la linéarité...

JPEG - 7.5 ko
Amie ou ennemie ???

Réalisation du Dragon

Si au niveau du contenu Yakuza s’en sort très bien, il suit le même chemin pour ce qui est de la réalisation. On va commencer avec les défauts, minimes, mais qui auraient pu être évité : un aliasing permanent, quelques petits problèmes d’animation (assez rigide dans l’ensemble) et de légers freeze (systématique lorsque l’on change de rue dans le quartier), on notera aussi de nombreux loading. Ces erreurs mises de coté, c’est du tout bon ! Un soin tout particulier a été apporté au niveau des personnages et au niveau de la modélisation des visages : sublimes !

JPEG - 47.7 ko
Groovy !

Les décors sont dantesques et incroyablement détaillés : les restaurants, les discothèques, les clubs, les magasins...tout cela fourmille de petites animations et détails qui font mouche, rien n’a été oublié. La modélisation du quartier est elle aussi incroyable et il en ressort une véritable impression de vie, ce qui permet de rentrer un peu plus dans l’ambiance. En terme d’ambiance attardons nous sur le doublage : les voix américaines collent bien aux personnages (cependant il y’a un peu trop de "fuck" mis à toute les sauces à mon goût) et la synchronisation avec les lèvres est réussie. Les sous-titres sont en anglais et se comprennent aisément pour peu que vous ayez quelques notions. En revanche les dialogues des PNJ (personnes non joueurs) sont restés en japonais, ce qui donne un charme particulier à l’ambiance.

Au niveau du gameplay, l’ensemble de la manette est exploitée : les stick servent à diriger Kazuma et à faire défiler la carte, la croix est réservée aux actions (parler aux gens, ouvrir des portes), carré et triangle servent à taper (le triangle est aussi la touche permettant de réaliser les finish-him) et le rond permet de se saisir d’objets (ou d’ennemis) et de les jeter. Quant aux gâchettes latérales, elles servent à la défense : parade et esquive.

Franchement, c’est bien rodé, ça se prend facilement en main, on tape parfois dans le vide mais rien de grave...

La bande son remplie également sa part du contrat en nous livrant bruitages réalistes et musiques punch durant les affrontements. Pour ce qui est du quartier, les sons urbains le rythme d’eux même.

JPEG - 134.3 ko
Big City Night...

Alors tu rejoins le clan ?

Avec toutes ses qualités : scénario prenant, haletant avec de nombreux rebondissements, univers varié, ambiance noire, mise en scène cinématographique, design magnifique, gameplay aux petits ognons ; vous auriez tort de passer à coté du titre de Sega. Beaucoup plus qu’un Beat Them All ou autre jeu d’action, Yakuza mélange les genres et nous sert sur un plateau d’argent un des meilleurs jeux disponibles sur le monolithe noir de Sony. Faites vous coupez un doigt, tatoué un dragon dans le dos, enfilez un costard et rejoignez les rang de la mafia japonaise !


NOTE : 08/10