Consoles-Fan
13/12/2018

Auteur
  

3056 articles en ligne

 
Shortbus
C’est fou tout ce qu’on peut faire dans le bus
sur le chemin de l’

Dans un club plut

Le film est enfant non-admis, et pour cause, les scènes de sexe sont réalisées sans trucages et effets 3D, si vous voyez ce que je veux dire. Certaines scènes sont tout simplement pornographiques, avec tout de même un message dissimulé dans le passage de préservatifs à l’écran qui resteront malheureusement emballés. Quitte à tout montrer, autant indiquer ce qu’il convient de faire (avec le petit de caoutchouc, hein !) . Carton rouge donc pour l’aspect "protection".

Pour le reste, les scènes sont crues et c’est très bien comme cela puisque la sexualité est montrée telle qu’elle est. Ce film est exactement tout le contraire des comédies américaines à l’eau de rose pleines de bons sentiments et sans sexe.

Certains passages sont très humoristiques, d’autres sont poignants, mais dans l’ensemble, on reste fort heureusement loin d’une tentative d’intellectualisation du sexe. On se retrouve face à une catégorie de personnes assez libertines qu’on envie pour leur liberté sexuelle, leur recherche de bien-être et du plaisir à tout prix. Mais cette exploration semble très vite tourner à l’obsessionnel, rendant leur statut un peu moins convoité.

En tous cas, Shortbus est une oeuvre qui a l’avantage de ne pas laisser indifférent. Pour ma part, j’estime que si l’intention est bonne, cela manque un peu de finalité.


 R