Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Gears Of War
le jeu qui Rambo
et qui a gard

Encore un jeu militaire sur Xbox 360,

Le plus important dans un jeu, c’est le gameplay ! Et je vous assure qu’avec Gears Of War, on est bien servi ! C’est vraiment du gameplay bien pensé, à la japonaise, sur une production occidentale. Ce gameplay, je l’adore, un point c’est tout. Il est remarquablement inné et propose un système intelligent et novateur. Tout tourne finalement autour d’assez peu de boutons . Il y a les classiques de tir, de visée et de recharge, dont les emplacements ont été bien choisis (c’est-à-dire au niveau des gâchettes). Le bouton « X » sert à ramasser des munitions ou à ramasser des objets. Dommage que cela ne soit pas automatique. Mais le top du top, c’est le bouton « A » ! Celui-ci permet de vous coller à un mur et de vous mettre à l’abri. De plus, ce derniere évolue en fonction du contexte. Si vous appuyez sur « A » et que vous êtes loin d’un mur, vous effectuerez un dash dans la direction souhaitée et irez vous coller au mur afin de vous mettre rapidement à l’abri lorsque le feu est nourri. Si le mur ou la protection que vous souhaitiez atteindre est trop lointaine, vous effectuerez une roulade. Une fois protégé, vous pouvez circuler très rapidement d’un rempart à un autre tout en vous déplaçant en restant bien collé au mur. Gears Of War, c’est un peu le Ghost Recon orienté action ! Ces manipulations sont très plaisantes à faire et procurent un amusement certain. Le jeu permet d’effectuer des tirs à l’aveugle, histoire de déstabiliser l’ennemi ou de l’obliger à se couvrir à son tour. Sait-on jamais, une balle est vite perdue !

Généralement, les ennemis sont bien regroupés et il faut les prendre à revers pour espérer passer. Il est vrai cependant, qu’à la moindre brèche dans leurs ramparts, ils semblent assez désorganisés et leur élimination n’est plus qu’une question de secondes. La taille des stages est honnête, le level design est original avec de belles thématiques, les points de sauvegardes sont bien répartis dans les niveaux, offrant ainsi au joueur une progression sans frustration.

Gears Of War pourra paraître pour le simple quidam comme un titre bourrin mais en réalité, les munitions sont comptées et les recharges sont fréquentes. Il faudra même prendre le temps de se planquer. En effet, en cas de difficulté, il vous suffit de vous réfugier derrière un mur et attendre que cela se calme. En effet, comme dans Halo, le fait de se planquer permet de récupérer toute son énergie. Lorsque votre écran rougit de trop : mettez vous à l’abris. Les ennemis tenteront de venir vous déloger mais vous pourrez toujours vous défendre en envoyant quelques rafales à l’aveugle ou en balançant quelques grenades. Comme l’ami Naekof a pu me le rappeler dernièrement, le gameplay de Gears Of War ressemble en fait étrangement au Kill Switch de Namco.

C’est joli tout ça

Techniquement, le jeu s’est bien amélioré depuis la démo à laquelle j’avais pu jouer. Déjà, il n’y avait pas moyen d’inverser l’axe Y. Ce n’est heureusement plus le cas désormais. La réalisation est excellente : le jeu dispose de textures très détaillées et le cachet final du soft est plutôt impressionnant. On est clairement dans le haut du panier de la XBox 360. A l’image de Halo, nul doute qu’il y aura une suite.

Si Gears Of War possède un sens profond de la mise-en-scène, avec la possibilité d’appuyer sur le bouton Y pour fixer des scènes intéressantes, enfin, pas toujours, on ne peut pas dire que les cinématiques soient de grande qualité. Elles sont en réalité extraites du moteur du jeu, mais en saccadé. Dommage, c’était donc presque parfait.

Mais Gears Of War, c’est avant tout un gameplay d’enfer et du concentré de bonnes idées, qui je trouve, ont une importance bien plus grande que votre premier contact avec le jeu : son aspect visuel très réussi. Certes, les idées ne sont pas toujours originales, mais elles sont bien utilisées et bien intégrées dans le soft ...

- Les fanatiques seront heureux d’apprendre que pour terminer le jeu à 100% comme Power Stone I et II, vous devrez ramasser des plaques de soldats morts au combat.

- Une arme propose une tronçonneuse intégrée en cas de combat au corps à corps.

- L’arme dévastatrice, très utile contre les boss, qui ne fonctionne qu’en extérieur, et encore, si le temps n’est pas couvert. Elle possède un solide temps de latence qui vous oblige à exploiter parfaitement son timing. Battre un boss devient alors aussi amusant que dans un jeu de plate-forme classique.

- Les ennemis qui vous empêchent d’avancer dans la pénombre sous peine d’être tué. Il vous faut faire exploser des bombonnes de butane ou utiliser la lumière d’une poursuite pour les faire fuir.

- La présence de plusieurs chemins offre une plus-value pour ceux qui seront bien décidés à recommencer le jeu.

Avec tout le tintouin qui accompagnait la sortie de ce titre, Microsoft ne pouvait pas se permettre de se tromper. Mission accomplie.

Graphismes : 96%
Pas vraiment mon style mais respect tout de même.

Animation : 78%
Parfois, la console semble ne pas s’attendre à ce que vous fassiez certains mouvements (souvent des roulades) car cela provoque de petits freezes. Dans l’ensemble, il est dommage qu’Epic (et pic et colégram, boum et boum et ratatam) se soit contenté de 30 images par seconde. A quand un jeu de cette trempe enfin parfaitement fluide ?

Jouabilité : 97%
Du tout bon : faites-vous donc plaisir avec un gameplay intuitif aux petits oignons.

Bande Son : 91%
Une ambiance de feu !

Intérêt : 85%
Malheureusement très court mais vraiment intense et intéressant ! sur le Xbox Live, c’est une vraie réussite. Mais attention, c’est dur de décrocher.

Note Globale : 90%
Qui aurait cru que je succomberais un jour à ce genre de jeu ? Il faut dire que sous son aspect bourrin, se cache un jeu absolument remarquable. Microsoft a eu bien raison de croire en lui. C’est une réussite totale.


NOTE : 09/10