Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Sonic The Hedgehog
Attention !
Ce jeu est peut-

Pour ses 15 ans, Sonic nous fait un retour fracassant sur les consoles next-gen. Si le jeu est le m

La vitesse a toujours été un facteur important dans les Sonic, et cette fois-ci encore, vous pourrez jubiler en voyant Sonic effectuer des cabrioles en suivant les chemins les plus improbables et impressionnants. Sonic The Hedgehog, c’est un spectacle avant tout. On a un peu trop tendance à l’oublier. Il est vrai qu’à l’arrêt, le jeu ne brille pas par sa réalisation technique. Les polygones sont peu nombreux et les textures peu détaillées mais l’ensemble sobre est bien finalisé, net, sans bavure. Ce choix minimaliste est pourtant évident : ça fonce, et il y aurait sans doute trop à afficher d’une traite sur Xbox 360. Les explosions viennent de toute part, les effets de chaleur, de reflet, d’eau et de lumière sont nombreux, bref : ça fourmille d’animations un peu partout et la caméra peine parfois à suivre l’action, nous aussi. Il n’est pas rare de rester béat d’admiration devant l’architecture complexe des niveaux : pas de doute là-dessus, si la Sonic Team ne travaillait pas dans le secteur du jeu vidéo, nul doute qu’elle serait spécialisée dans le layout de montagnes russes.

Le jeu part de ses bases anciennes pour nous proposer des combats passionnants contre des boss qui effectuent leur cycle de comportement. A vous de trouver la faille, à vous d’attaquer en leur sautant sur la tête ou en trouvant diverses idées inspirées du fondement même des jeux vidéo ! On peut enfin dire adieu aux simulations réalistes de la Xbox 360 pour laisser place à la fantaisie. Mais qui dit tradition du jeu vidéo, dit aussi grande difficulté. On a également tendance à oublier que les anciens jeux vidéo offraient de véritables challenges forçant le joueur à se surpasser. Sur certains passages, Sonic The Hedgehog fait clairement partie de cette catégorie mais renouvelle à chaque fois les idées. Parfois, c’est le boss qui est difficile à battre, et d’autres fois, ce sont certains passages qui nécessitent un peu de par cœur. Ca va si vite !

J’ai retrouvé dans cette aventure les éléments qui ont fait le succès du premier Sonic Adventure de la Dreamcast. Parfois, le rapprochement est d’ailleurs exagéré tant certaines idées ont été purement et simplement repompées. Le jeu aurait presque pu s’appeler Sonic Adventure Revival ! D’ailleurs, le jeu réutilise le concept où il faut acquérir de nouveaux coups avant de pouvoir aller au stage suivant. L’apprentissage est donc progressif. Vous verrez qu’il y a également que Sonic a de nouveaux talents !

Malheureusement, Sonic The Hedgehog a aussi pas mal de petits défauts dérangeants. Tout d’abord, si l’animation tourne à 60 images par seconde, elle freeze lorsqu’il y a un peu trop d’éléments à l’écran. Je soupçonne même certains accès disques d’être les responsables dans certains cas. Ensuite, le montage est assez mal fait. L’action est coupée net à la fin d’un stage. Il y avait certainement moyen de rendre cela moins brutal. Il y a vraiment trop de loadings. Certains me semblent carrément inutiles car ils chargent des cinématiques en temps réel tellement courtes, que définitivement, je ne peux que croire que cela a été mal pensé. Enfin, la gestion des ombres des arbres dans la ville de Soleanna est assez étrange. Elles apparaissent d’un coup quand on s’en approche : bof, bof ! Le reste de la ville inspirée directement de Venise est, vous vous en doutez, très agréable à l’œil. Mais je me demande tout de même : à quand un Sonic qui se passe à Bruxelles et qui court sur l’atomium. Le premier boss serait le Manneken Piss : terrible dis !

Dans la ville, entre les stages, Sonic peut aller discuter à diverses personnes afin de recueillir de précieuses informations. D’autres soumettront à Sonic des défis que vous pouvez choisir de relever ou pas. Il faudra alors battre toute une série d’ennemis, trouver des enfants qui se cachent dans la ville ou encore ramasser un maximum d’anneaux dans un temps limite. Sonic Heroes a influencé aussi ce titre puisqu’il sera possible de changer de personnage au cours d’une partie mais c’est la console qui décide des switchs : vous n’êtes absolument pas libre et franchement, tant mieux, l’action est bien plus claire comme cela. Mais vous aurez plaisir à voir évoluer les mêmes équipes.

Mais outre les personnages jouables qui switchent automatiquement, Sonic The Hedgehog se décline en 3 versions avec des scénarios et donc des cinématiques différentes mais croisées. Autour de ces versions du jeu, s’articulent les 3 personnages principaux de cette aventure : Sonic, Shadow et le nouveau venu, Silver, qui pratique la télékinésie. Il peut se déplacer dans les airs ou envoyer de gros objets dans la figure de ses ennemis. Le gameplay est enfantin puisque Silver vise automatiquement ses cibles. La gestion est donc très intuitive et bien plus réussie par exemple que dans Psi-Ops ou Second Sight. Les autres personnages ne sont pas moins jouables. Par exemple, Sonic viendra facilement à bout de ses adversaires en ricochant sur ces derniers grâce au bouton de saut qui dirige Sonic immédiatement sur ces ennemis lorsqu’il est en l’air. Cette technique est bien connue des habitués de la série. Bref, il faut avoir deux mains gauches pour ne pas s’en tirer, et ce, malgré quelques positions de caméra mal choisies qui ont toujours été le leitmotiv des testeurs pour descendre en flamme la série.

Certes, Sonic n’est pas un jeu sans défauts, mais il offre au joueur une expérience de jeu de plate-forme à l’ancienne qui ne peut que faire craquer les vieux joueurs. Les plus jeunes se plaindront sans doute que le jeu est trop rapide pour eux et que ce n’est pas jouable. On leur achètera une cane.

Graphismes : 71%
Les décors sont inégaux mais certains passages sont déjà cultes comme par exemple le stage de la jungle, la base secrète sous-marine... Le boss final "treasurien" est absolument génial. Les cinématiques sont somptueuses et d’une féerie qui n’a plus d’égal à l’heure actuel. Si Nights est un jeu qui vous a fait rêvé, vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Animation : 88%
Ca va si vite dans tous les sens qu’on risque le torticolis à tout moment ! Quelques ralentissements sont à signaler.

Jouabilité : 71%
Un Sonic assez classique avec ses petits problèmes de caméra mais qu’un joueur expérimenté peut surmonter sans problèmes.

Bande Son : 86%
Des thèmes soniquiens mais moins énergiques que d’habitude.

Intérêt : 85%
Vraiment un très bon titre pour sa variété, son challenge et sa durée de vie. Pour gamers uniquement ! Il y a un petit côté par coeur un peu comme dans les versions 2D de Sonic sur Megadrive. Vraiment, Sega a tout fait pour conserver l’espit de la série !

Note Globale : 81%
Ce 15eme anniversaire sera donc fêté dignement, même si on aurait aimé encore en avoir un peu plus. A quand la suite ?


NOTE : 08/10