Consoles-Fan
13/12/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3056 articles en ligne

 
The House Of The Dead
La maison de la mort
qui tue...

Ne tournant pas sur une carte STV permettant une conversion fid

A l’époque, Resident Evil avait le vent en poupe et, il était fort à la mode que les consoles de salon accueillent des zombies lents et décérébrés. Sega a alors eu la bonne idée de s’en servir comme chair à canon afin de donner une alternative à sa série Virtua Cop.

Les ennemis n’allaient plus pouvoir vous tirer dessus, ils n’auraient plus qu’une envie, vous dévorer. Alors pour palier le fait que c’est tout de même moins efficace qu’une balle de fusil, les ennemis se sont vu multiplier. Exit donc l’espèce de cadran coloré vous indiquant qui il faut éliminer de toute urgence. Cette fois-ci, il faut tirer dans le tas, sans trop réfléchir.

Pour l’époque, la réalisation était plutôt fortiche : la 3D était stable bien que pixellisée mais on était plutôt loin de l’effet flan désormais tristement célèbre de la Playstation. La fluidité était en plus également au rendez-vous mais ce que j’aimais par dessus tout dans ce titre, c’était les musiques qui semblaient sortir tout droit d’un épisode de Castelvania. Les thèmes très orientés aventure-action offraient au joueur une expérience vidéoludique exceptionnelle.

Chaque stage est ponctué par un boss qui présentait un point sensible qu’il faut titiller avec le gun. Mais avant cela, de nombreux ennemis de toutes sortes : zombis, singes, grenouilles, limaces, chiens venant de toute part vous bondissent dessus. Il faut d’ailleurs un peu connaître le jeu par cœur car ce dernier était plutôt difficile et mieux valait ne pas se laisser surprendre.

Dans le jeu, vous croiserez aussi plusieurs civils, des scientifiques, qu’il faut essayer de sauver. Si vous en tuez un par mégarde, vous perdez une vie comme si vous vous faites toucher. S’il se fait zigouiller par un des monstres du jeu, le jeu continue tout simplement. Si vous parvenez à le sauver, vous serez crédité d’une vie. Cet élément du jeu a son importance car il oblige le joueur à ne pas tirer sur tout ce qui bouge comme un bourrin. Ce dernier doit apprendre à se méfier s’il ne veut pas commettre moultes bavures à chaque tournant.

The House Of The Dead est devenu une référence en tant que série : tout fan de jeu vidéo se doit de posséder ce grand classique.

Graphismes : 83%
Pixellisés à la sauce 32 bits mais très stables. Les zombis se font éclater à l’écran morceau par morceau ! Bon appétit !

Animation : 83%
La caméra se déplace sur un rail, pas de grande surprise donc pour la console !

Jouabilité : 88%
Le gun est très précis. Vous pouvez aussi y jouer à la manette mais c’est un peu comme un sandwhish au fromage sans fromage.

Bande Son : 96%
Du très grand Sega !

Intérêt : 80%
Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire... Oh ! Dieu !... bien des choses en somme.

Note Globale : 84%
Une référence en la matière toujours concentrée en fun !


NOTE : 08/10