Consoles-Fan
16/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Red Steel
Je suis raide :
j’ai aucun style !

Red Steel fait partie de cette cat

Du pour

Concernant la polémique du gameplay, j’ai été assez surpris de lire un peu tout et n’importe quoi là-dessus vu qu’il ne m’a pas fallu 5 minutes pour prendre le jeu en main et effectuer n’importe quoi n’importe quand. Certes, le premier abord est désorientant. Il faut en effet tourner son bras pour tourner dans les couloirs et viser à la fois. Appuyez sur le bouton A vous permettra de zoomer sur l’action et d’ajuster votre tir. Mais objectivement, ce gameplay est tout à fait simple d’accès. Il y a juste qu’il ne va pas falloir ruer dans les brancards comme dans certains FPS. Ici, le réalisme est de rigueur. On se planque, on ajuste sa cible, on tire. Et on ne fonce pas dans le tas en tirant sur la dizaine de types postés devant soi. Dans la réalité, cela équivaudrait à du suicide. Dans Red Steel aussi. De ce fait, on se la joue prudent et on trouve un malin plaisir à bien utiliser les décors afin de se protéger. Il y a d’ailleurs beaucoup d’éléments et de recoins qui me poussent à penser que ce jeu est vraiment conçu pour ce genre d’avancée progressive et prudente. Il n’y a quasiment jamais de couloirs vides. On visite des pièces fort bien décorées, avec pas mal de variétés conférant ainsi au jeu une ambiance vraiment terrible, à la Yakuza, et qui tranche avec la plupart des FPS.

Le gameplay à la Wiimote devient très rapidement jouissif, avec la possibilité de tirer en inclinant sa main comme vous le souhaitez afin de reproduire des scènes d’action dignes des films de John Woo. De plus, l’apprentissage est progressif et varié puisqu’il sera possible de jouer avec des armes à feu mais aussi un katana. Au fur et à mesure que vous progressez, vous apprendrez de nouvelles techniques, de nouvelles bottes. Vous avez bien le temps de tout assimiler. Par exemple, il vous sera possible de « ralentir » le temps, à la Matrix, et d’effectuer des tirs groupés. C’est très utile lorsqu’il y a trop de monde à l’écran. Attention, cependant, cette technique n’est pas illimitée et fait appel à votre spiritualité et votre concentration. Il est également possible de désarmer votre adversaire puis de lui faire signe de jeter son arme. Ce choix de laisser en vie vos ennemis se retrouve également à la fin d’un combat acharné à la lame. Vous pouvez soit achever votre adversaire, soit le laisser envie et gagner ainsi des points de respects qui augmentent lorsque votre adversaire est plus fort. Cependant, il faut bien avouer que les passages au katana sont peu réussis. On est vraiment loin de s’y croire tant n’importe quel mouvement semble aboutir au même résultat. Pour palier à cela, Les programmeurs ont mis en place une série de combinaisons qui donnent l’illusion d’un peu plus de tactique.

Red Steel ne se contente d’ailleurs pas de juste quelques bonnes idées : les ennemis utilisent des lampes pour vous aveugler et vous gêner dans la visée. Les séances de snipe dont le zoom est assez impressionnant, procurent de belles sensations. Les situations sont recherchées : vraiment, l’ambiance de Red Steel est excellente. Les décors sont très diversifiés et les scripts sont intelligents et assument un grand rôle d’un point de vue scénaristique. Tout est logique. Vous pouvez vous retrouver ainsi coincé dans diverses situations comme par exemple dans un car wash en fonction, des bennes à déchets ou encore enfermé dans une pièce, pris au piège comme un rat. Techniquement, le jeu impressionne par ces effets pyrotechniques, vitreux et la grande interaction avec les décors. Tout est destructible ou presque. On se demanderait finalement presque s’il vaut mieux des décors un peu moins jolis mais que l’on peut exploser à souhait ou de superbes décors inertes.

Et du contre

Par contre, si les décors ont été effectivement travaillés en ce qui concerne leur diversité, on ne peut pas en dire de même sur l’aspect qualité. Bien que bourré de détails qui tuent, le jeu est dans l’ensemble plutôt moche car fort aliasé. Dommage car la plupart des décors sont destructibles et c’est du plus bel effet. La palette de couleurs est si limitée que certains dégradés sont horriblement marqués : à vomir ! Certaines textures soufrent aussi d’un manque de détail. Et pour couronner le tout, Red Steel est très loin d’être fluide. Remarquez que je n’ai pas dit « loin d’être très fluide » mais « loin d’être fluide » tout court. Le framerate tombe particulièrement bas lors de certains passages.

Ubi Soft a-t-il du se dépêcher pour sortir son jeu ? Tout laisse à penser que oui : en plein jeu, on hésite entre le rire pincé (parce qu’on a quand même du acheter le jeu) et le rire moqueur tant on frise parfois le ridicule avec des dialogues nuls et mal doublés. A certains endroits, il y a carrément des bugs avec des ennemis qui disparaissent carrément de l’écran ou qui apparaissent d’un coup sec. Certains morts semblent aussi avoir la tremblante.

Le gameplay semble soutenu, spécialement en ce qui concerne la visée et la possibilité de se régénérer juste en attendant derrière un mur rend le jeu très facile car les ennemis ne sont guère intelligents. Ils changent tout de même de position lorsque vous leurs tirez dessus, rassurez-vous, mais ils ne sont guère entreprenants et semblent se complaire dans une zone qui leur a été attribuée. Sortez de cette zone, et vous serez tranquille. Enfin, la Wiimote décroche parfois lorsque l’on vise hors de l’écran, faisant tournoyer notre personnage jusqu’à ce que l’on retrouve ses marques. Ne pouvait-on pas déclencher une pause automatique tout comme lorsque la manette Xbox 360 perd le signal de la console, par exemple lorsque les batteries sont plates. Car de ce cas précis, vous devenez une excellente proie pour vos ennemis qui vont vous transformer en pâté du chef. Plutôt gênant ! Heureusement, Red Steel reste assez facile et malgré toutes vos bourdes, vous n’aurez aucun problème pour boucler ce titre d’une traite. Je commence par soupçonner d’avoir conçu les premiers jeux Wii très simples afin que les joueurs du monde entier approuvent la Wiimote !

Malgré ces faiblesses, Red Steel reste une belle franchise, avec une chouette ambiance et des passages très originaux, bourrés de détails en terme d’animation. Seulement, il y avait moyen de faire beaucoup mieux. Red Steel est un bon titre mais on ne peut être que déçu quand on en attendait un excellent !

Graphismes : 62%
Paradoxe complet que ce Red Steel bourré de détails mais parfois si mal modélisé et dont le rendu est en tous cas très aliasé. Comme quoi on peut être impressionnant et moche !

Animation : 60%
Toujours dans le registre du paradoxe puisque les animations sont vraiment nombreuses, mais c’est au détriment du framerate vraiment poussif.

Jouabilité : 80%
Tout à fait jouable si on veut bien se donner 5 minutes.

Bande Son : 64%
Les musiques sont terribles mais les voix sont pourries !

Intérêt : 73%
Un jeu facile mais doté d’une bonne durée de vie : les stages sont nombreux, longs et variés.

Note Globale : 70%
Red Steel commet assez bien d’erreurs et rate le statut de jeu incontournable, mais pourtant, il reste un titre très intéressant. On sent bien qu’avec un peu plus d’application, le jeu aurait pu se retrouver aux côtés de jeux Comme Beyond Good And Evil : décevant...


NOTE : 07/10