Consoles-Fan
20/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2889 articles en ligne

 
Lost Planet
Vous n’
puisque vous

Attendu fort longtemps comme le messie sur Xbox 360, Lost Planet s’est finalement fait voler la vedette par Gears Of War. Pourtant, les deux titres peuvent tr

Dans les deux cas, le spectacle est au rendez-vous. D’un point de vue objectif, Gears Of War est plus impressionnant techniquement mais je trouve personnellement Lost Planet plus joli. Il offre de grandes zones de combat, des explosions splendides et dans l’ensemble plus de charisme. Les effets de fumée et de chaleur sont magnifiques et détonnent avec l’univers polaire.

Lost Planet offre un gameplay assez classique mais moins nerveux que Gears Of War. Pour palier à cela, l’angle de vue peut-être rapidement modifié. La visée est soutenue, rendant le jeu très orienté Arcade. En gros, on arrête pas de bouger dans tous les sens et on tire en rafales. Des grenades sont disponibles et toute une panoplie d’armes qui offrent un système de zoom plus ou moins élevé pourront être collectées dans les niveaux. En général, on tombe rarement à court si on prend bien la peine de tout ramasser.

Lost Planet repose sur un système de jeu original puisque toute l’action se passe sur une planète que les hommes ont tenté de coloniser (Pour une fois, c’est nous les envahisseurs !). Mais il y règne un froid de canard. Des créatures extra-terrestres survivent pourtant dans ces conditions extrêmes. Ils renferment dans leurs corps une sorte de « gelée orange », source énergétique qui stabilisent la température de leur corps afin de ne pas geler sur place. C’est d’ailleurs pour cela que les zones oranges sont leur point sensible. En les détruisant, vous vous débarrassez plus rapidement de vos ennemis qui gèlent sur place.

Un système comparable de maintien de la température est greffé à votre corps et vous transportez dans une bombonne placée horizontalement dans le bas de votre dos une réserve. La réserve s’épuise constamment, à vous de la remplir grâce à des zones de recharge ou en absorbant quelques gougouttes que les ennemis auraient laissés derrière eux.

Lorsque la réserve est épuisée, vous prenez immédiatement froid et vous consommez alors votre réserve de vie qui s’épuise vraiment très rapidement. En quelques secondes à peine, c’est la mort certaine. Lorsque votre vie en prend un sacré coup, elle se remplit automatiquement à nouveau, pour autant qu’il vous reste suffisamment de « liqueur orangée » en réserve.

Finalement, ce système de jeu est très intéressant et, tout en restant assez hybride au système qui fait actuellement fureur dans les FPS qui consiste à se mettre à l’abris quelques secondes pour être complètement requinqué, il gomme un peu l’aspect « solution de facilité ».

Dans l’ensemble, le mode offline de Lost Planet est très amusant et passionnant. C’est vraiment plus du côté du mode online que Gears Of War fait la différence. La première chose que l’on se dit en s’y essayant, c’est que c’est vraiment mou du genou. On ne peut même pas courir. Pourtant, Capcom a au moins fait l’effort de proposer pas mal de modes de jeux plus originaux sur le papier que Gears Of War, mais rien à faire, la mayonnaise ne prend pas. On a beau pester sur le manque de variété que propose le titre d’Epic, c’est tout de même sur ce dernier qu’on revient. Car malgré ses problèmes de lag ou de précision, on s’y amuse vraiment beaucoup plus au final et la répétitivité n’a pas d’effet lassant. C’est un peu comme Goldeneye ou Mario Kart en N64. On peut jouer toujours dans le même stage pendant des heures.

Mais revenons donc un petit peu sur Lost Planet. Ce que je retiendrai de ce jeu, c’est que Lost Planet propose tout un arsenal de mecha, donnant une ambiance un peu cyberpunk au titre de Capcom. Un système de grapin offre à votre personnage une bonne agilité, qui répare les déplacements un peu raides de ce dernier. Le jeu m’a terriblement fait penser à Gun Valkyrie à cause de son côté Starship Troopers mais il faut bien avouer que le titre de Sega est nettement plus pêchu, grâce entre autres à son système de boost incroyablement sophistiqué. Il n’empêche que Lost Planet m’aura passionné de bout en bout, dommage qu’il finisse sur une étagère, tout ça parce que le jeu en ligne ne m’a vraiment pas convaincu.

Graphismes : 95%
Splendide, divin et le character design est très réussi.

Animation : 84%
Pas plus de 30 images par seconde en tous cas, même si le jeu fourmille de détails et que les explosions sont les plus belles que j’ai pu voir jusqu’à présent. Elles lèchent carrément les parois : c’est vraiment trop bien fait.

Jouabilité : 80%
Raide et oldschool, du tout bon en fait car cela donne vraiment une sensation "jeu vidéo". Les anciens me comprendront ;).

Bande Son : 90%
Très sympathique et bien orchestrée, comme Capcom sait y faire.

Intérêt : 83%
Une durée de vie honnête mais quand c’est fini, c’est fini... Le dernier combat reste tout dê même génial et d’une beauté immense, par contre le gameplay part un peu dans tous les sens et c’est dommage.

Note Globale : 88%
En sortant un peu plus tôt, Lost Planet aurait certainement donne à tout le monde un meilleur sentiment mais restons un peu les pieds sur terre et prenons conscience que même aujourd’hui, les jeux de cette qualité se font trop rare que pour s’en priver !


NOTE : 08/10