Consoles-Fan
10/04/2020

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3153 articles en ligne

 
Gears Of War
Il faut devenir la guerre !

Gears of war est un jeu qui a fait

Bon, je ne vais pas tourner autour du pot plus longtemps pour vous dire ce que je pense du soft. Ce jeu est une bombe graphique ! Avec ce titre, je me suis pris une énorme claque dans la figure, comme cela ne m’était plus arrivé depuis longtemps (la dernière remonte en 1996, lorsque j’ai vu pour la première fois Virtua Fighter 3 sur Model 3). En plus d’être beau, le jeu n’a pas oublié d’être fun et intuitif. Donc, vous l’avez déjà sûrement compris, ce titre est une réussite !

Ho là, là ! Que c’est beau !!

Je pense que Gears of war (Gow) marque une nouvelle étape du jeu vidéo en termes de réalisation graphique. Le jeu est déjà remarquable sur un écran traditionnel mais c’est véritablement avec un affichage HD (Plasma, LCD,...) que les graphismes du soft prennent toute leur ampleur. Ceux-ci sont alors magnifiques et explosent carrément la rétine de n’importe quel quidam. Maintenant, il est clair que les choix esthétiques sont discutables et qu’ils ne plairont certainement pas à tout le monde. Par contre, une chose est sûre, Gow est actuellement le titre console le plus abouti graphiquement !

Beaucoup de sites professionnels et amateurs ont critiqué le côté série B du scénario. Je dois avouer que ce genre de remarques me fait plutôt rire car dans un jeu d’action, c’est rarement le scénario qui intéresse le joueur. Il est évident que l’histoire est assez prévisible mais je trouve quand même intéressant que le scénario soit aussi lacunaire, car il laisse une bonne part à l’imagination du gamer. D’ailleurs, le fait que le jeu commence avec la libération de Marcus (le héros du jeu), sans aucune explication sur le contexte de l’histoire, a le mérite de mettre le joueur directement dans le bain. Ce qui, au final, n’est pas plus mal !

Gow nous permet d’incarner Marcus, ancien soldat déchu et emprisonné pour une raison obscure. Marcus est libéré par son ami Dominique (Dom pour les intimes) pour donner un coup de main à l’armée en pleine perdition face à la menace Locuste. Nos joyeux drilles sont en guerre depuis plusieurs années avec une race humanoïde particulièrement agressive. Lors de la libération de notre héros, on se rend rapidement compte que la planète est dans un sale état (tout est en ruine). Heureusement, l’humanité a un plan (un peu comme les Cylons, Galactica-fan inside) pour éliminer (définitivement ?) la menace locuste.

Moi vois, moi tue !

Au premier abord, il est tentant de résumer Gow par cette simple expression. Encore une fois, plusieurs personnes se plaignent de la relative répétitivité de l’action (se planquer, tirer). Là encore, je ris de ce genre de critique totalement débile (excuser ma grossièreté mais quand c’est trop, c’est trop !). Dans un jeu de foot, on fait toujours la même chose, idem dans un jeu de voiture ou de combats. Par contre, je suis tout à fait d’accord pour dire que le jeu est linéaire et qu’un peu plus de variété aurait été la bienvenue (la phase en voiture est super sympa mais trop courte malheureusement).

En plus de sa réalisation impeccable, Gow propose un gameplay simple et efficace. Le bouton A permet selon la situation de réaliser plusieurs actions (se coller à un mur, effectuer une roulade, courir à couvert,...), X offre la possibilité de ramasser les objets (armes et munitions principalement) mais aussi d’ouvrir les portes. Y est utilisé pour indiquer un évènement (apparition d’un puits de Locuste). B permet de donner un bon coup de crosse dans la gueule ou de tronçonner les vilains Locustes. Le tir est pris en charge par la gâchette de droite et la visée par celle de gauche. La croix directionnelle s’occupe de la gestion du choix des armes. Le rechargement est assuré par le bouton RB se trouvant sur la tranche de la manette et les objectifs ainsi que les ordres sont disponibles à tout moment sur le bouton LB (lui aussi sur la tranche mais à gauche).

A deux, c’est mieux !

Gow est composé d’un mode solo et d’un mode live (normal, me direz-vous, on est sur Xbox 360). Bien que relativement court (Prince of Persia - Sands of time ne fait pas beaucoup mieux), le mode solo est fort sympathique à jouer car il peut être parcouru de trois manières différentes. La première nous invite à vivre l’aventure tout seul avec l’ordi comme assistant (le truc habituel, quoi). La deuxième propose de jouer en coopération avec un pote (ou sa moitié, la mienne adore) en écran séparé. Et la dernière manière permet aussi de s’amuser à deux (en jouant, hein, bande de pervers) mais cette fois-ci en passant par le live (le port du casque audio est vivement conseillé).

A huit, c’est encore mieux !!

Voici certainement le mode qui risque de transformer les gentils joueurs que nous sommes en d’abominables créatures asociales (bref, des no life). Le jeu en live permet de s’affronter entre copain ou avec de parfait inconnus en toute simplicité. Les maps proposées sont, en général, bien pensées et très agréables à jouer. N’étant pas un spécialiste en la matière, je vous dirais simplement, que moi, je m’amuse vraiment bien.

Pour conclure, je dirais que Gow est une expérience ludique très amusante. Le jeu est une tuerie graphique, la gameplay est intuitif et super accessible et les modes multi-joueurs (coop et live) assurent une replay value importante. Tout possesseur d’une Xbox 360 se doit de posséder un tel titre même si le genre peut les rebuter (ce qui était mon cas à la base).

Graphisme : 9,5/10
- Le jeu frôle l’excellence.

Maniabilité : 08/10
- Simple et agréable jouer.

Bande son : 08/10
- C’est la toute première fois que j’ai tenté l’aventure dolby digital 5.1 avec un jeu et je dois bien avouer que l’immersion est fortement accrue. Les cris des Rebus sont plus terrifiants que jamais, les balles sifflent dans tous les sens et ça pette de partout. Pas grand-chose à redire sur ce point sauf, peut-être, un petit reproche concernant le volume des voix qui est particulièrement mal réglé.

Note finale : 09/10
- Gears of war est un peu court, parfois trop linéaire mais c’est assurément un très bon jeu. Vivement la suite !



- Titre : Gears of war
- Editeur : Microsoft Games
- Date de sortie : 17/11/2006
- Machine : Xbox 360
NOTE : 09/10