Consoles-Fan
18/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
Sonic Rivals
Comment tu veux que je te prenne en photo
Si tu cours dans tous les sens

Mais quelle agr

Et voilà que déboule Sonic Rivals, dans la plus pure tradition des Sonic : je fonce, je fonce et je fonce encore. Il s’agit en effet de faire la course avec d’autres personnages et de terminer le stage en premier. Mais attention, il ne s’agit aucunement d’un jeu de course à la Sonic R ou à la Sonic Riders mais bien d’une course qui pourrait être finalement comparée au mode deux joueurs de Sonic2. D’ailleurs, il est également possible de jouer à deux à Sonic Rivals et ce n’est que du pur bonheur. Tout repose donc sur les réflexes mais aussi sur votre large expérience de joueur de Sonic tant les références sont nombreuses. Que ce soit d’un point de vue de l’ambiance ou du gameplay, chaque joueur reconnaîtra ici le talent de Sega et la magie opère immédiatement.

Il y a cependant quelques petites nouveautés que Sega a voulu ammener Par exemple, à certains moments, vous serez invité à appuyer sur le bouton X ou O. Vous effectuerez alors un saut vers le haut ou vers l’avant en fonction du bouton choisi. Cela a son utilité puisque certains choix vous permettront de progresser plus rapidement dans le décor.

Les stages sont grands, tortueux et longs à parcourir tant on circule dans tous les sens. Un peu à la manière de Nights, vous effectuerez des tas de pirouettes, loopings et autres ascensions ou chutes vertigineuses. L’ambiance n’est guère originale : c’est du pur Sonic. On croirait avoir affaire aux stages de la Megadrive mais modélisés en 3D. Un point c’est tout. Ce qui signifie surtout à mes yeux une ambiance très colorées bourrée de couleurs tantôt flashis, tantôt pastelles. J’ai néanmoins adoré le troisième stage du jeu thématisé « parc d’attractions ». Ce dernier est vraiment très vivant : niveau animation, c’est la débauche ! En revanche, le framerate général est juste correct. Dommage pour un Sonic. Par contre, certains effets spéciaux sont à pleurer, ils feraient même rougir de honte, dis-t-on, les consoles next-gen. J’ai pu ainsi voir des distorsions confondues avec changement de coloration : tout simplement magnifique et assez inédit.

Du côté des musiques, c’est du pur bonheur, on se croirait revenu à la bonne époque des musiques ultra rythmées façon Mega CD. J’ai bien envie de me prendre la bande originale.

Le principe du jeu est simple : faire la course. Et pour arriver premier, tous les moyens sont bons : courir plus vite que votre adversaire tout en évitant les pièges, bien évidemment. Sauter sur ce dernier pour l’assommer légèrement et le dépasser. Utiliser des items spéciaux à la manière d’un Mario Kart. Chaque stage est divisé en 3 parties : 2 courses et un boss. Le boss est également une sorte de time attack puisqu’il faut l’éliminer avant que votre adversaire n’y parvienne. Là aussi, Sega a fait preuve d’originalité.

Sonic Rivals est une nouvelle déclinaison réussie de l’univers de Sonic, mais il ne prend pas le risque de désapointer le fan puisqu’après tout, on retrouve vraiment l’esprit du jeu de plate-forme. Différent sans vraiment l’être donc, Sonic Rivals a tout pour plaire.

Graphismes : 91%
Une portage 3D fidèle à l’ambiance 2D des jeux Megadrive. Certains effets spéciaux sont vraiment impressionnants pour une PSP.

Animation : 77%
Dommage que le framerate ne soit pas meilleur, mais en même temps, je n’ai pas vu vraiment mieux sur PSP.

Jouabilité : 68%
Un petit peu raide dans son exécution.

Bande Son : 96%
Technosonic !

Intérêt : 72%
Trop court comme tous les bons jeux, heureusement qu’il reste le jeu à 2 pour relancer l’intérêt !

Note Globale : 81%
Sonic est présenté différemment et c’est une très bonne surprise.


NOTE : 08/10