Consoles-Fan
22/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2928 articles en ligne

 
Paprika
Rika Zara
et on ne m’aurait rien dit ?

Le DC Mini est une machine de haute-technologie qui permet de traiter des patients en les confrontant

Certains hallucinent, éveillés, alors que leur cerveau s’est connecté au rêve de quelqu’un d’autre. Il vit le rêve et cela provoque des drames comparables aux effets d’une drogue. Défénestrations et autres tentatives de suicide vont rapidement suivre.

Véritable cacophonie graphique, clip vidéo bourré d’idées et de techniques pour obtenir un déluge visuel impressionnant, détaillé, incroyablement animé, Paprika ne peut que marquer votre esprit car c’est le genre de film à aimer ou à détester. La frontière entre l’imaginaire et la réalité est fine et le réalisateur s’amuse à nous la faire traverser sans cesse afin de nous perdre dans les méandres de ses délires psychotiques. Mais bien vite, la réalité et le rêve ne vont plus faire qu’un pour donner naissance à un sacré trip sous acide mais bourré de poésie.

Les techniques d’animation sont maîtrisées et créatives. Certaines situations s’inspirent des animes (fantastique-horreur) du passé, pas toujours avec goût, mais bon, on peut bien pardonner les quelques tentacules phalliques qui réjouissent toujours le grand public. Car pour ce qui est du reste, Paprika impressionne par ses nombreuses animations et leur continuité ainsi que par son rythme vraiment très soutenu. Pas de temps mort, rien que de l’intense, de quoi avoir le droit de porter le nom d’un épice.


 R