Consoles-Fan
13/12/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3056 articles en ligne

 
Wonder 3
M
trois

Wonder 3 est une compilation assez

Je n’aime pas trop mélanger la salade avec les choux, alors si vous le voulez bien, j’analyserai les jeux un par un.

Roosters est un jeu de plate-forme action dans la lignée de Top Hunter, Spin Master... Outre le fait de proposer des graphismes extrêmement mignons et colorés, le jeu possède la caractéristique d’être jouable à 2, chose de plus en plus rare de nos jours. Et comme le genre est également devenu assez rare, c’est avec grand plaisir qu’on se replonge dans cet univers magique et plein de féérie. Et pour cause : les héros de l’histoire sont deux petits lutins sympathiques et rondouillards : Lou et Siva.

Le gameplay est aux petits oignons. Il est possible de sauter et de tirer dans 4 directions. 5 tirs sont disponibles, avec leurs paramètres bien variés et donc plus ou moins efficaces. A vous de voir lequel vous préférez. Une sorte d’"option" à la Gradius peut également être récupérée et viendra vous prêter main forte. Vous pourrez même le booster ! Par contre, lorsque vous mourrez, votre personnage repartira de zéro. Il faudra cependant être touché deux fois avant d’être complètement mort et enterré. Le premier contact vous fera en effet perdre vos vêtements On se demande vraiment où Capcom a-t-il pu pêcher ça... :)

Techniquement, Roosters est de toute beauté, avec des tons pastels qui réchauffent votre coeur de vieil amateur de jeux tout en 2D. La patte graphique est superbe et fait très Capcom, avec la présence de gros sprites et un savoir-faire à la japonaise qu’on ne présente plus. La suite, en version shoot-them-up, Chariot, est du même acabit.

Grand fan de shoot depuis toujours, je me réjouis de la présence de ce titre sur cette compilation. En fait, quand j’y réfléchis de plus près, les 3 genres qui sont représentés ici, je les adore. Chariot est un shoot horizontal et très coloré, à l’image de Roosters. Il s’inscrit directement comme sa suite puisque nos deux héros ont récupéré le fameux chariot qu’ils recherchaient dans le premier opus, long seulement de 5 stages (même si leur taille est honnête le jeu se boucle quand même rapidement). Ceci explique sans doute pourquoi les deux jeux ont été réuni sur une même borne d’arcade. Mais je ne m’explique toujours pas la présence du puzzle game !

Une fois encore, l’univers est féérique et s’inscrit dans une continuité parfaite. Aucun dépaysement n’est permis puisque le jeu reprend énormément d’éléments graphiques du jeu de plate-forme. Certains boss et ennemis sont identiques. Il faut cependant les battres cette fois-ci par voie aérienne. Il faut aussi noter que vous n’avez plus la possibilité de vous faire toucher une fois avant de mourir. Les petits gars de chez Capcom ont du penser qu’il était plus facile d’éviter de se faire toucher dans un shoot que dans un jeu de plate-forme dans lequel vous avez moins de possibilité pour fuire et devez compter avec la gravité.

Une fois de plus, le fun est au rendez-vous et les couleurs se battent entre elles pour admirer les gros sprites. Il reste donc Don’t Pull, le jeu de puzzle parachuté de nulle part.

Les plus âgés d’entre vous se rappelleront certainement de Pengo, un jeu d’Arcade de Sega sorti en 1982 et qui a connu bien des aaptations en l’occurence sur Game Gear et sur Megadrive, en ne tenant compte que les consoles de Maître Sega. Don’t Pull reprend le même principe et l’améliore même un peu en rajoutant divers systèmes de bonus. Il existe en effet plus de type de bocs à pousser, avec différents effets. Les blocs de glace de Pengo ont été remplacés par des blocs roses. Ceux-ci peuvent être poussés et se brisent dès qu’ils rencontrent un obstacle. Si un deuxième bloc empêche tout mouvement, il est possible de creuser dans le bloc afin de le faire disparaître. Des blocs explosifs sont aussi de la partie et les ennemis, qui adorent foncer sur vous (l’algorithme est assez sévère), sont variés et disposent de différentes attaques pour vous éliminer. Ils peuvent foncer sur vous ou vous cracher des flammes. Outre le fait que le jeu n’a clairement aucun rapport avec les deux autres, il est très agréable même s’il n’est pas vraiment original. Le principe est amusant et indémodable. Bref, vous pouvez foncer pour vous procurer cette compilation de grande qualité.

Graphismes : 90%
De magnifiques couleurs et des sprites géants.

Animation : 88%
Pas un pet de mouche de travers : la perfection à la maison. Les décors sont légèrement animés avec de jolies variations de couleur.

Jouabilité : 86%
Le gameplay arcade est complet et varié grâce aux 3 titres très différents.

Bande Son : 78%
Des thèmes oldschool sympathiques, du temps où les jeux vidéo ressemblaient à des jeux vidéo, pas à des films.

Intérêt : 80%
L’important est de ne pas y jouer en easy sinon le jeu ne vous résistera pas.

Note Globale : 85%
Porté par Xing pour la Segasaturn, cette compilation signée Capcom est un must have pour sa ludothèque.


NOTE : 08/10