Consoles-Fan
16/01/2018

Auteur
  

2888 articles en ligne

 
The Fountain
A la claire fontaine
m’en allant promener

J’adore ce genre de film qui m

A toutes ces questions, j’ai envie de répondre, et je pourrais en parler des heures tant ce film propose aux spectateurs des réponses parfois religieuses, parfois scientifiques. Le réalisateur brouille d’ailleurs les pistes entre des croyances passées mayas, des réalités scientifiques actuelles et une future philosophie ? Si les périodes sont différentes, leur interaction est bien réelle.

Mais je ne peux tout de même pas tuer le film en vous en racontant son concept. Il faut que vous découvriez par vous-même ce qui se cache derrière cet homme qui essaye de sauver sa femme d’une tumeur au cerveau qui la ronge. Alors qu’en Espagne, un conquistador part pour l’amour de sa reine à la recherche d’une fontaine magique. Enfin, dans un environnement spatial et étrange, un homme tente de sauver sa belle. Mais ces 3 hommes ont tous un point commun : ils passent tout leur temps à chercher un moyen illusoire de sauver leur femme plutôt que de passer avec elle ses derniers instants de vie.

Et si c’était dans la mort que tout espoir de vie apparaissait ? L’homme sait qu’il va mourir, et c’est sans doute là que s’installe toute la beauté de la vie. Il sait aussi que si avant son arrivée, il s’en est passé des choses, il s’en passera bien d’autres après lui.

Darren Aronofsky pousse une fois de plus le spectateur cinéphile à la réflexion, développe un aspect mystique le temps d’un film, le temps d’un rêve, qui dévoile peu à peu les clés sous la forme de flashbacks et de répétitions qui permettent de décortiquer et décoder l’histoire. Un délice trop rare !


 R