Consoles-Fan
19/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2888 articles en ligne

 
Virtua Tennis 3
0-40
Sega fait le break

Virtua Tennis est une s

Etonner avec un jeu de tennis est une gajeure très difficile sauf quand on s’appelle Sega. Quand on a le soucis du détail, et ça pour sûr, ils l’ont, forcément, on ne peut que se prendre les félicitations du jury. Je me demande d’ailleurs jusqu’où les programmeurs de chez Sega ne sont pas un petit peu vantards sur les bords. Ils aiment assurément dire aux autres : regardez-nous, on fait mieux que les autres. Et pour y arriver, ils mettent l’accent sur toute une série d’éléments qui flattent l’œil. Tout d’abord, la palette de couleur, typique des jeux d’Arcade de Sega. Typique et merveilleuse. J’ai parfois l’impression qu’il n’y a qu’eux pour l’utiliser. Serait-elle déposée, chasse gardée... Quel est leur secret ?

La finesse de l’affichage est incroyable. L’image est pure. L’animation des personnages commence même à effrayer. Je ne parle même pas de leurs ombres. Et que dire de la gestion des vêtements avec plein de mouvements amples. Clairement, ici aussi, on peut noter un progrès notable. Si Top Spin 2 et Table Tennis avaient déjà été bluffants à l’époque, on se rend compte finalement que la progression était timide car encore très près du corps quand on la compare avec Virtua Tennis 3. La gestion des arbitres est vraiment très réaliste. Les juges de ligne se penchent pour éviter un coup de raquette ou si le joueur est dans son champs de vision et qu’il ne peut donc plus remplir son rôle correctement. Tout ce genre de chose n’apporte vraiment rien au gameplay, mais cela constitue vraiment la petite touche en plus qui tue.

Il ne faut guère plus que quelques échanges pour se réhabituer au gameplay de Virtua Tennis et se rappeler à quel point sega maîtrise son sujet. L’adaptation au live se fait d’ailleurs sans encombre. Ok, j’ai eu droit à un lag avec une balle qui était restée figée une demi seconde dans la raquette de mon adversaire. Sans doute fallait-il resynchroniser les joueurs. Mais c’est arrivé une fois sur des dizaines de partie. Ce n’est clairement pas un élément qui remet en cause l’issue d’une partie.

Mais ne croyez pas que le live et l’update graphique sont les seules nouveautés du jeu. Le gameplay, toujours aussi Arcade, s’est enrichi. Il y a moyen de varier un peu plus son jeu. C’est bourrin, mais c’est très fin. Les passionnés de la série comprendront exactement ce que je veux dire. Le mode « carrière » reprend le même principe de mappemonde sur laquelle vous vous déplacez pour participer aux divers championnats qui vous sont proposés. Les minigames d’entraînement (beaucoup sont inédits) vous feront patienter tout en upgradant votre joueur, en attendant que vous puissiez participer aux championnats de votre niveau. Vous démarrez à la 300eme place du classement. Et bien entendu, vous pouvez jouer avec votre joueur en ligne.

Autre nouveauté, mais déjà présente dans Top Spin 2, il est possible de joueur en mixte. Il était temps car cette option manquait cruellement dans Virtua Tennis 2. Par contre, les hommes sont majoritairement représentés. Toujours pas de Justine Hénin ou de Kim Klijsters malgré leur place dans le haut du classement. L’aura international de la Belgique semble décidemment vraiment trop limitée ! Dommage.

Terminons par le bros bémol du jeu : les musiques, à peine dignes d’un synthétiseur Bontempi du milieu des années 80 (si vous êtes français : lisez septante-dix, c’est comme nonante-dix mais avec vingt de moins. Si vous êtes suisse, vous pouvez dire directement octante, on vous comprendra). Je sais que Virtua Tennis n’a jamais été réputé pour ses musiques, mais quand même, comment est-ce possible de foirer cet aspect des choses alors que pour tout le reste, il n’existe pas assez de qualificatifs positifs...

Enfin, soit, ce Virtua Tennis 3 est une petite merveille, et ce n’est pas vraiment une surprise, mais bon, au cas où vous en doutiez, vous voilà rassuré : courrez l’acheter.

Graphismes : 91%
Allo Maman, beau, beau ! Qu’est-ce que tu m’as fait Mamam, c’que c’est beau !

Animation : 90%
Les copies numériques des joueurs vont finir par mieux jouer que leur version originale. Dommage que les replays ne soient pas aussi fluides que pendant le jeu.

Jouabilité : 98%
Ohlalalalalalalalalalalalalala...



lalalalalalalala



lalalalalalalala



la !

Bande Son : 21%
Pouet pouet pouet ! Ils nous ont mis Yvette Horner avec 40 de fièvre dans une machine à laver ou quoi ?

Intérêt : 99%
Il y a Virtua Tennis et il y a les jeux de tennis.

Note Globale : 96%
Evidemment que si je savais comment m’arrêter d’y jouer, je vous le dirais !


NOTE : 09/10