Consoles-Fan
21/06/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2958 articles en ligne

 
Chroniques du Japon - 6eme jour
5 avril 2007
Nara et Kyoto

Ce matin, nous partons

En partant vers la gare, nous remarquons deux ouvriers plantés devant un minuscule échafaudage. Ils semblent surveiller le chantier sans doute pour éviter le moindre accident. Dans le métro, des préposés passent leur temps derrière un guichet à attendre vos questions ou remercient les voyageurs qui passent le portique. Sur les quais, c’est pareil, on trouve facilement du personnel prêt à vous aider si vous avez le moindre doute sur la destination de votre train. Toute cette organisation qui peut sembler superflue en Europe, cette serviabilité sans limite, compense réellement le fait que l’anglais est peu parlé au Japon. La politesse japonaise se rencontre d’ailleurs un peu partout. Par exemple, même dans un couloir dérobé d’une grande surface, l’employé salue alors qu’il quitte ou pénètre dans la partie réservée au public. En rentrant dans un wagon, le contrôleur s’incline devant les passagers.

En attendant le train, je dégustai sur le quai un pain au melon (denrée préférée de Chii dans Chobits) surmonté de pépites de chocolat (ce qui est nettement moins fade).

Dans le train, un salary man déjà épuisé par la journée qui l’attend, somnole au beau milieux de jeunes femmes toutes passionnées par leur téléphone portable et des écolières toutes assorties.

Une fois arrivé à Nara, nous avons entamé une marche que nous n’imaginions pas si longue. Finalement, la demi-journée prévue allait se révéler un peu trop courte pour tout faire. Si les premiers sites se sont enchaînés avec un très bon rythme, nous avons pas mal perdu de temps dans les longs déplacements en fin de matinée.

Le vélo est un moyen de transport très utilisé au Japon. Les piétons doivent cependant faire très attention car il est courant que ceux-ci roulent sur les trottoirs

Je reste perplexe devant cette enseigne particuliètement complexe à déchifrer.

Le premier site, le Kofukuji Temple (*) a été bouclé assez rapidement. Il n’y avait pas grand chose à voir. Néanmoins, vous pourrez voir une des plus grandes pagodes du Japon.

Ce temple borde le parc de Nara (***) habité par de nombreux cerf familiers, surtout si vous leurs achetez des sortes de biscuit vendus pour une misère (150 yens si je me souviens bien) aux abords du parc.

On est vite dépassé par les évènements : tous les cerfs vous foncent dessus quand vous avez de la nourriture

Non loin de là, se situe la plus grande construction en bois du monde, malgré le fait que le bâtiment soit en réalité une reproduction aux 2/3 du bâtiment original datant du 8eme siècle. Ce temple imposant, le Todaiji (****), renferme le Daibutsuden : le plus grand Daibutsu en bronze au monde !

Les enfants jouent dans les temples !

Nous traversons alors une autre section du Parc de Nara...

...Afin de rejoindre le Kasuga Taisha Shrine (**), un temple shintoïste assez excentré de la ville. Il faut marcher un peu plus mais cela reste malgré tout facilement accessible. La particularité de ce temple est d’être reconstruit entièrement tous les 20 ans !

Le sentier est bordé de lanternes de pierre

Vous pouvez déposer vos voeux

Si les temples boudhistes sont la caractéristique des temples boudhistes, on trouve des lanternes partout dans les temples shintoïstes.

Nous redescendons vers un vieux quartier marchand typique de Nara, le Naramachi (**), que le monde moderne semble avoir oublié.

Did you see a black car ?

Hmm, I see

Un Koban ou commissariat de quartier, il y en a énormément. C’est bien pratique lorsque vous voulez demander votre chemin !

C’était la période des élections au Japon. Chaque candidat essaie de se mettre en scène du mieux qu’il peut.

J’aurai bien voté pour le candidat de l’affiche à droite

La plupart des salons de coiffure possèdent leur enseigne à l’ancienne

Un Onsen

On aperçoit au loin une salle d’Arcade Taito

Nous prenons le bus pour nous rapprocher de notre point de départ. Mais il faudra cependant encore deux bonnes heures de marche pour atteindre le temple suivant : le Yakushiji (**) qui, entre nous, ne propose rien de bien particulier ou de différent si ce n’est la présence de deux pagodes.

Merci de ne pas faire la cloche !

Il y a visiblement une procession en cours

Disons que tout ce chemin parcouru à pied n’en vallait pas vraiment la chandelle, si ce n’est la présence d’un autre temple, le Toshodaiji (**), assez commun lui aussi, dans les environs. Nous sommes en retard sur le programme ! Nous prenons le bus afin de nous rendre jusqu’à la gare de Nara et rejoignons la gare de Kyoto où nous changeons de train en direction de la gare de Nijo.

Un arrêt de bus dans la cambrousse

Le Nijo Castle (****) ne se trouve en effet pas très loin mais il existe une ligne de métro encore mieux située, tout près de l’entrée du château. Nous débarquons à l’opposé. Le site ferme à 17h mais on ne laisse plus rentrer le public à partir de 16h. Comme il est 15h50, nous démarrons une course folle et arrivons aux caisses du château vers 16h05. Nous sommes tout de même acceptés dans la file d’attente et pénétrons rapidement dans le périmètre du château puis le château lui-même qui ferme effectivement ses portes à 16h30. Le parquet crisse continuellement sous les pieds des visiteurs. Cela ressemble à un orchestre qui accorde ses violons sans cependant épuiser nos oreilles tout le long de la visite. Le site est magnifique et verdoyant : je vous recommande chaudement certains panoramas. Il est en effet possible de monter sur certaines parties de la muraille.

La marche de la journée fut très fatigante mais nous sommes bien décidés à repartir sur les traces du Kyomizu Temple (*****) ou temple boudhiste de l’eau pure. Nous prenons le métro pour rejoindre le site mais rien n’y fait. Impossible de trouver ce satané temple.

Les portes du métro s’ouvrent exactement devant celles du quai

Après avoir pris nos renseignements auprès du personnel de la station de métro, nous découvrons que notre plan était en fait erroné. Notre informateur nous apprend qu’à l’occasion de la floraison des cerisiers, le temple reste ouvert jusqu’à 21h.

Des échoppes en contrebas du Kyomizu Temple

Seulement 1000 yens pour un éventail : moins de 7 euros !

A peine plus pour un Yukata

C’est donc tout excité que nous nous rendons à cette visite nocturne en suivant les nouvelles indications recueillies et bien entendu, nous trouvons le temple après une solide grimpette. La veille, nous avions finalement raté le temple de peu. Il vaut donc mieux, pour gagner du temps, ratacher cette dernière visite à celles de la veille, en fin de journée puisque le temple ouvre assez tard (même en temps normal, c’est ouvert jusqu’à 18h). C’est d’ailleurs ce qui avait été prévu à l’origine : c’est nettement moins compliqué. Cependant, nous ne regrettons pas notre erreur en arrivant sur place car la vision nocturne offre un spectacle très différent de tout ce que nous avons pu voir jusqu’à aujourd’hui. Les éclairages sont discrets. Un faisceau de lumière transperce la noirceur du ciel. Tout simplement sobre et majestueux.

De plus, la vue sur Kyoto est magnifique et le temple propose diverses « attractions » à ses visiteurs qui peuvent s’amuser à soulever un poids...

...Mais aussi une chute d’eau divisée en 3 filets, buvable et aux propriétés exceptionnelles de rendre intelligent si vous buvez de l’eau qui tombe sur la droite, beau si vous buvez celle du milieu. Votre vie sera longue si vous buvez celle de droite.

Dans ce temple boudhiste, on peut trouver un petit sanctuaire shintoïste. Vous y trouverez deux grosses pierres distantes de 6 mètres. Si vous réussissez à marcher d’une pierre à l’autre, les yeux fermés, en prononçant le nom de votre la personne aimée, vous finirez par l’épouser.

Pour la petite histoire, le Kyomizu Temple a été sélectionné parmi les 21 sites pour devenir une des 7 nouvelles merveilles du monde.

Sur le chemin du retour, nous jetons notre dévolu sur quelques Yukatas.

Nous croisons dans le métro encore 2 geishas

Suite à notre mauvaise expérience culinaire de la veille, nous nous dirigeons vers le Yoshinoya en face de notre hôtel. Au moins, on est sûr de ce qu’on y trouve.

Des photos de notre chambre à l’Hôtel New Miyako

En conclusion de cette journée, si vous avez l’occasion de rester à Nara une journée complète, faites-le ! Ainsi, vous pourrez visiter les 2 temples éloignés dont je vous ai parlé tout à l’heure, à votre aise, mais vous pourrez également faire une excursion au temple d’Horyuji désigné comme patrimoine de l’humanité par l’Unesco. Ne prenez pas cette demi-journée supplémentaire sur le programme à Kyoto mais rajoutez également une demi-journée à votre séjour à Kyoto pour faire un compte rond. Vous aurez ainsi le temps de visiter le Sanjusangendo et ses 1001 statues. Ainsi que, pourquoi pas, les temples situés aux abords de la gare.


A demain pour Nagashima Spaland