Consoles-Fan
20/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Chroniques du Japon - 7eme jour
6 avril 2007
Nagashima Spaland

Nous coupons aujourd’hui le rythme effréné des visites avec un parc d’attractions situé près de Nagoya, le Nagashima Spaland (****). En réalité, il s’agit d’un resort comprenant le fameux parc, un parc aquatique encore fermé lors de notre visite car il fait de toute manière encore trop froid, un hôtel, des onsens... A partir de la gare de Nagoya, il suffit de rejoindre, en un gros quart d’heure, la gare de Kuwana puis prendre un bus qui vous emmène directement à l’entrée du parc.

Voilà la première chose que vous verrez en quittant la gare de Nagoya

C’est pour lui que nous sommes venus !

Le plan général du parc

Un bateau classique et le même en version géante !

Bonne nouvelle, il n’y a pas un chat. La visite va pouvoir se faire sereinement, dans le calme et la plénitude. Les files d’attente sont inexistantes. Nous débutons notre visite avec une montagne russe peu intéressante, au tracé fort plat : une sorte de petit train de la mine sans sensations.

Vous avez vu le monde qu’il y a ?

Le parc possède de nombreuses montagnes russes

Puis, nous ridons un coaster classique comprenant un looping...

... Et un Space Shot agréable comparable au Screaming Eagle de Bellewaerde.

Nous découvrons alors un clone de la Turbine de Walibi Belgium mais celui-ci est découvert comme l’était l’ex-Sirocco et bordé de cerisiers du Japon ce qui est fort sympathique pour le démarrage canon.

Non loin de là, en face du Space Shot de tout à l’heure, on peut trouver un tapis volant floorless : original.

Dans ce parc, point de dark ride pourri ou d’attractions ridicules comme à Expoland. Ici, tout est très sérieux, par contre, certaines attractions sont vraiment très originales. Par exemple, la Free Fall est une sorte d’ascenseur qui, une fois arrivé tout en haut, avance et vous êtes lâché sur des rails qui finissent par s’incliner pour vous transporter à l’horizontale. Vous faites alors demi-tour et un aiguillage vous envoie vers le tracé inférieur en vous repositionnant à la verticale. Etrange et pas forcément amusant pour ma part.

3...
2...
1...AAAAAAAAH

Le remorquage...

... Est pour le moins...

... Original !

On croise souvent des Wild Mouse dans les parcs japonais

Les âmes sensibles pourraient avoir le mal de mer rien qu’avec ça

Le Space Chuttle symbolisé par une navette est en réalité un bâteau qui opère des rotations complètes.

Nous nous dirigeons ensuite vers le White Cyclone, un wooden dont les trains auraient gagnés à être customisés comme des machines à laver tant ça secoue comme pendant un essorage. C’est dommage car le parcours semblait très enchevêtré et intéressant.

Ne vous levez pas si vous voulez rester en vie

Je me ferais bien masser après ça...

Mais le Shoot The Chute nous fait de l’œil depuis tout à l’heure, il s’agit d’un Splash géant. Une des embarcations s’apprête d’ailleurs à arriver en bas de la descente ! Oh my god ! Je n’ai jamais vu une telle gerbe d’eau d’une telle envergure dans ce type d’attraction !Nous comprenons mieux pourquoi toutle monde s’empresse d’acheter pour une centaine de yens une sorte de parka découpé dans un sac poubelle. On ne regrettera pas notre achat car une fois arrivé en bas, il nous tombe dessus des trombes d’eau pesantes.

Euh, vous croyez que ça mouille ?

Le tournant avant la descente vu d’en bas

OMG !

Même avec notre protection, nous sommes trempés !

Revoyons cette scène au ralenti, en vue intérieure !

L’appareil est protégé sous notre combinaison futuriste mais malgré la transparence de celle-ci, on ne distingue plus rien tant la flotte s’abbat sur nous comme un torrent ! On ressent fortement le poids de l’eau !

Allez, encore une pour la route !

Eeeeeeek !

Le parc est toujours aussi bondé

Pour se sécher, rien de tel qu’un hypercoaster. Le Steel Dragon 2000 remplira très bien son rôle. Ce coaster mesure 97 mètres de haut et le parcours atteint presque les 2,5 km ! Ce coaster est resté fermé pendant des années suite à la perte d’une roue ! Il a réouvert récemment. On peut dire que c’est lui qui m’a poussé à rajouter ce parc d’attractions sur le programme déjà chargé puisque je n’avais pas retenu le parc à la base. Le coaster est fluide, très agréable et vraiment très amusant : 9 airtimes au programme ! Sugoi ! Nous le riderons 4 fois dans la journée avec un plaisir intact. Cette attraction est clairement un des meilleurs rides du voyage.

Aaaah ah, c’est donc là que tu te cachais Steel Dragon 2000

Il faut faire la file, c’est dur !

Hypercoaster 5 étoiles

A la sortie du Steel Dragon 2000, vous trouverez un bobsleigh électrique qui vous procurera de bonnes sensations de vitesse que vous pouvez gérer vous-même. Le bobsleigh freine automatiquement lorsque vous vous rapprochez trop près du bobsleigh qui vous précède. Le trajet peut être parcouru à fond la caisse même dans les tournants.

Nous coupons à présent le parc en diagonale en passant par la salle de jeux pour rejoindre le Corkscrew, un coaster qui distribue encore plus de baffes que le Goudurix du Parc Astérix. Si, c’est possible, et pourtant le trajet est vraiment beaucoup moins long. En fait, le coaster ressemble assez fortement à l’ex-Tornado de Walibi Belgium et nous ferait presque regretter ce dernier !

a*i*e

Un coaster très original nous attend juste après. Un lift vertical nous emmène en haut de la piste. Nous sommes alors propulsés dans une sorte de tuyaux et nous effectuons quelques tonneaux. On stoppe nette et on repart à l’envers, en descente cette fois-ci, après avoir activé une sorte d’aiguillage. Comme ceci, sous vos yeux et vos applaudissements :

C’est reparti pour quelques vrilles. Décidemment, ce parc regorge d’attractions originales !

Regardez-moi ce train de ouf !

Difficile d’imaginer ce qui nous attend

Le parcours est intense

Et mince, je suis trop petit !

Tartagueule à la récré

Vous ais-je parlé de la fréquentation de ce parc ?

Les deux grosses déceptions de la journée seront les deux flat rides géants qui existent également en version « classique » dans le parc. Le Giant Frisbee est fermé et le Giant Boat est nul.

Pfff et repfff

Etre aussi grand et aussi nul, franchement...

Il ne se retourne pas et ne va en réalité même pas bien haut. Bref, le balancier n’est pas bien ample. Le parc regorge d’autres flat rides comme des top spins mais nous préférons retourner au Steel Dragon 2000 avant de quitter le parc.

Même le bête petit frisbee était fermé :(

Cela me rappelle une attraction à Walibi quand j’étais jeune !

Sur le Steel Dragoon, nous ne manquons pas de prendre quelques photos panoramiques.

Les 2 attractions majeures de ce parc sont donc le Steel Dragon 2000 et le Shoot The Chute mais les quelques attractions originales et la faible fréquentation rendent ce parc incontournable !

Les grandes roues semblent toutes être identiques au Japon

Nous passons devant le parc aquatique, fermé à cette période de l’année, bien évidemment.

Puis, nous reprenons le bus (encore 500 yens à débourser comme à l’aller) afin de rejoindre la gare de Kuwana puis nous prenons le train pour Nagoya.

Tiens, sûrement une spécialité locale en vente dans ce parc !

Au revoir Steel Dragon 2000 !

Quelques gratte-ciel de Nagoya. On dirait qu’il est tard mais il n’est jamais que 6 heures du soir !

Dans les environs de la gare de Nagoya, nous avons trouvé un excellent restaurant à l’ambiance asiatique très sympa, un peu lounge comme le Boudha’s Bar de Paris mais en bien moins cher ! Nous avons commandé en tout 6 plats. Avec les boissons (non-alcoolisées) nous avons payé 4200 yens soit environ 28 euros pour un repas copieux et de qualité excellente !

Nous rentrons rassasiés à l’hôtel !


A demain pour Takayama