Consoles-Fan
16/10/2018

Auteur
  

3031 articles en ligne

 
The curse of the Golden Flower
Man cheng jin dai huang jin jia
Oufti !

Conspiration, menace sur le royaume d’un roi s

Le film est clairement axé sur la beauté de l’image, la poésie des lieux ainsi qu’un florilège de couleurs improbables et qui jurent avec le cinéma occidental : une véritable merveille et une recherche visuelle d’une richesse inimaginable. Rien n’est laissé au hasard dans cette histoire bien plus complexe qu’il n’y paraît, de par la présence de ses clins d’œil incessants à la tragédie grecque classique, et de par son issue impossible à imaginer.

Les symboles s’entrechoquent dans une effusion d’images remarquablement agencées. Les associations de couleurs sont divines. La musique est à tomber. L’histoire est simple mais haletante. Les rapports entre les membres de la famille royale sont tendus. Il faut dire que l’enjeu est de taille puisque chacun espère devenir calife à la place du calife.

Une chose est sûre : the Curse of the Golden Flower mystérieusement rebaptisé la Cité Interdite en version française est désormais un fleuron du cinéma asiatique.


 R