Consoles-Fan
19/04/2018

Auteur
  

2926 articles en ligne

 
Karous
Vous ne saurez jamais,
si c’est moi le corbeau !

Sur Dreamcast, on croit que c’est toujours le dernier shoot, mais finalement, ce n’est jamais le cas, alors sur ce nouveau shoot de Milestone, vous me permettrez de ne pas me prononcer.

Graphiquement parlant, Milestone fait dans l’originalité. Il reprend le moteur de Radilgy mais choisit cette fois-ci une palette de couleur nettement plus terne et glauque, ce qui fait de ce shoot them up un jeu en cell-shading mais sans couleurs qui pètent. C’est vrai qu’on a pas trop l’habitude de voir ça et le rendu est assez réussi même si je déplore qu’il n’y ait pas vraiment de couleurs comme je les aime.

En plus de cela, le jeu comporte tout de même pas mal de ralentissements, ce qui ne gènera pas trop le joueur puisque le jeu est un maniac shooter et qu’il va falloir slalomer entre les boulettes. La lisibilité est par contre loin d’être parfaite et cela se complique d’ailleurs un peu plus par le fait que certaines boulettes peuvent être détruites par votre tir et d’autres pas. On découvre donc l’échappatoire au dernier moment. Un peu de lenteur ne vous fera donc pas de mal, mais pour ma part, je le déplore quand même vu que la Dreamcast a démontré qu’elle savait bien mieux faire dans le passé. Même l’écran-titre avec les plumes rame, c’est dire. Cet écran-titre me fait d’ailleurs fort penser au shoot du digital comics White Illumination et qui s’appelait Guardian Wing.

Malgré cela, le jeu n’est guère difficile. Cette difficulté repose essentiellement sur certains passages, essentiellement des boss, qui vous feront perdre énormément de vaisseaux lors de l’affrontement. Un système de bombe qui nettoie les alentours de votre vaisseau est cependant disponible et se recharge assez fréquemment. Il faut l’utiliser à bon escient.

Sur le plan du gameplay, Milestone nous pond quelquechose de correct. Tout d’abord, l’arme gagne en puissance au plus vous l’utilisez. Par exemple, si vous ne tirez pas et que vous utilisez juste votre bouclier pour détruire des ennemis, celui-ci sera boosté. Et puis vous disposez d’une sorte de petit sabre laser situé à l’avant du vaisseau, avec lequel vous pouvez frapper les items afin de les repousser et de modifier leur type. Ces items viennent augmenter d’un level l’une de vos fonctionnalités . Ceux-ci changent en effet de couleur comme les cloches de Twin Bee. Vous pouvez également détruire des ennemis avec ce petit sabre et bien entendu, il sera également boosté lorsqu’on s’en sert.

Musicalement, là aussi, le jeu est réussi, avec une rythmique percussionniste, sorte de techno tribale, qui convient bien au genre.

Graphismes : 71%
Du cell-shading glauque : original mais je préfère le classique.

Animation : 65%
Ca rame de trop pour ce niveau de réalisation. La Dreamcast peut mieux faire.

Jouabilité : 87%
Répond au doigt et à l’oeil : j’ai bien apprécié la nervosité du titre...

Bande Son : 63%
Tchac et boum : peu exceptionnel !

Intérêt : 70%
Comment être exigeant vu le nombre de titres Dreamcast qui sortent et même si cela reste exceptionnel pour la longévité de cette console. Ce n’est pas le meilleur shoot de la machine mais c’est tout de même un shoot de plus et, pour les amateurs, c’est ça l’important.

Note Globale : 72%
Honnête.


NOTE : 07/10