Consoles-Fan
20/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2926 articles en ligne

 
Chroniques du Japon - 17eme jour
16 avril 2007
Mitaka, Shibuya et le bilan de mes emplettes

Vers 2h30 du matin, je me r

Au matin, je me dirige à la réception assez sûr de moi, il faut dire que j’ai trouvé entretemps la facture de l’agence de voyage prouvant bien que tout est bien payé. J’arrive assez zen, me disant que de toute manière, je ne risque pas de retomber sur la folle de cette nuit. Je me renseigne afin de savoir s’il y a un problème avec ma réservation et effectivement, le réceptionniste me rapporte une facture à payer... De 40 yens, soit environ 25 cents ! J’avais appelé Fumiko par téléphone, voilà tout. J’imagine que devant une telle somme d’argent, l’hôtel a eu peur que je parte sans payer. Ou alors ils devaient avoir des problèmes de liquidité. Bande de fous...

Ce matin, je n’ai rien à faire de prévu. J’ai à nouveau rendez-vous vers midi avec Fumiko, mais en attendant, j’ai quartier libre. Alors, devinez quoi, je retourne à Akihabara, histoire de bien m’imprégner une dernière fois de l’ambiance. Et je casse mes habitudes en prenant d’autres directions. J’arrive devant le grand magasin Yodobashi que j’avais pourtant déjà repéré : on le voit de loin. Ben mince, à force de vouloir visiter des petits magasins, j’en oublie presque les grands. En plus, Rakugaki m’avait conseillé d’y aller : c’est une gigantesque Fnac : il y a de l’électronique à tous les étages, c’est réellement impressionnant.

Pour tuer le temps, je me dis qu’un petit maid café, ça devrait le faire, après tout, c’est le moment ou jamais, de retour en Europe, je ne pourrai plus jamais vivre ça. Mais il est tôt et tout est encore fermé. Je décidai d’aller au tout premier maid café visité qui est pour moi le meilleur, et en plus, il se situe juste en face du Super Potatoe, je pourrai donc en profiter pour retourner une dernière fois voir si j’ai vraiment bien tout fouillé. Apparemment oui. Et pas de chance, le fameux maid café où je souhaitais retourner est fermé le lundi. Tant pis, il est temps de rentrer à l’hôtel où Fumiko va venir me chercher.

Cette fois-ci, elle sera là à l’heure. Nous partons pour Mitaka, où se trouve le musée Ghibli (****), orienté bien entendu autour de l’animation. Le musée n’est pas bien grand et donc pas bien long à visiter mais on reçoit un ticket de cinéma reprenant un bout de pellicule de film : pour ma part, ce sera Neko no Ongaeshi. En plus, j’adore vraiment cet anime. Ce ticket donne droit à une projection d’un film inédit uniquement projeté dans le musée. C’est superbe comme toutes les productions Ghibli. C’est uniquement en japonais mais ça ne dure que 15 minutes.

Le bus du musée Ghibli tout en couleur vient vous chercher à la gare

L’architecture du bâtiment est un peu dans le style Orta. Les intérieurs sont superbes et souvent décorés des célèbres personnages de dessins animés. Il y a également de beaux vitraux. Et puis, à l’étage, le magasin avec les goodies qui tuent : surtout à ne pas rater !

Les photographies à l’intérieur du musée sont interdites, vous ne verrez donc que des extérieurs, mais encore une fois, la visite vaut vraiment le coup, ne fut-ce que pour une pièce admirable, un carousel qui sous l’effet d’un stomboscope nous montre une multitude d’animations en 3D.

Nous allons à présent un peu nous promener dans le parc de Mitaka (**) mais c’est vraiment dur d’en profiter car il n’arrête pas de pleuvoir depuis ce matin.

En chemin, on voit que la Befana issue du folklore européen et plus particulièrement italien semble avoir fait mouche au Japon. Une pizzeria porte son nom. Mais là encore, on peut constater le style enfantin qu’adorent les japonais puisque la Befana est la sorcière qui apporte des cadeaux aux enfants en période de Noël.

Nous allons dîner dans le coin avant de nous rendre à Shibuya.

Shibuya a aussi droit à son Sega City

Nous passons par le quartier des Love Hotels (**). Ils sont tous entassés les uns sur les autres et les façades ont toutes des couleurs criardes, fluos. Il est possible de réserver une chambre pour quelques heures et de choisir sa chambre thématisée sur écran. Oui, c’est certain sûr que c’est une assez drôle de manière de finir son voyage au Japon par ça mais finalement, c’est aussi ça le Japon !

En tous cas, c’est bien insonoriés, on entend rien de l’extérieur ^_^

Les chambres ont l’air bien kitch

Il est temps à présent de refermer ce dossier consacré au pays du soleil levant, en espérant qu’il vous a donné envie de partir là-bas et qu’il vous a rassuré sur un point : visiter le Japon, ce n’est vraiment pas difficile du tout même si on ne parle pas un mot de japonais. Pour clôturer ce dossier, place au bilan de mes emplettes !

Une horloge sushi achetée à l’aéroport

Des goodies du Sakura Cafe

Des goodies Nec grâcieusement offerts par Fumiko. Ah oui, je ne vous ai pas dit, elle travaille chez Nec !

Des goodies du musée Ghibli

Gros plan sur l’horloge

Quelques jeux Psone

Un max de jeux Saturn

Quelques titres PS2

J’ai même ramené de la 3DO

De la PC Engine bien collector

Un peu de Xbox 360 mais du lourd !

Pas mal de jeux Dreamcast

Un seul jeu Xbox

Et deux incontournables de la Megadrive !


C’est fini ! :)