Consoles-Fan
20/05/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2941 articles en ligne

 
Colin McRae : DiRT
Pour ceux qui n’ont pas peur...
...de se salir.

Colin McRae fait son entr

Quand on démarre DiRT, la première chose qui frappe c’est sa plastique impeccable. Le menu animé en 3D des pieds à la tête est probablement l’un des plus aboutis que vous puissiez voir à l’heure actuelle. La débauche visuelle continue une fois sur la route avec des voitures et des pistes impressionnantes et parfaitement intégrées au gameplay général. Grande absente de Project Gotham Racing 3 ou Test Drive Unlimited, la gestion des dégâts dans DiRT ne passe pas inaperçue. Qu’il s’agisse de votre voiture dont les différentes pièces s’usent à mesure que vous roulez, de la carrosserie qui se disloque et se tord à chaque collision ou encore des arbres, panneaux et rambardes destructibles, tout est fait pour renforcer le réalisme.
De plus, chaque dégât infligé à votre véhicule aura une influence sur ses performances générales. De gros dégâts au moteur entraineront une perte d’accélération et de vitesse, des dégâts latéraux influeront sur votre direction... Malgré un gameplay relativement permissif dans l’ensemble, les chocs auront tout de même plus qu’une simple incidence esthétique sur votre bolide.

Le nombre de voitures sélectionnable est correct sans toutefois être vraiment extraordinaire. Malgré un tournant pris vers l’arcade, DiRT reste fidèle à la tradition de la série et propose une sélection de véhicules réaliste, officielle mais malheureusement un peu light. Il n’est donc pas question de rouler en Aston Martin ou en Ferrari sur des terrains poussiéreux. Vous retrouverez les engins habituels de ce genre de compétitions tels que la mythique Subaru Impreza, la très exclusive Lancia Stratos ou encore une Mitsubishi FTO ultra modifiée. Dans le but de casser un peu le train-train des courses de voitures en contre la montre, Codemasters propose des courses de buggies, de camions et de 4x4. Là encore on pouvait s’attendre à un peu plus de richesse dans la sélection. Avec seulement deux buggies et guère plus de 4x4 à choisir, on a vite fait de compléter sa collection de 46 voitures. Mais ne boudons pas notre plaisir, car le jeu se rattrape au niveau des épreuves et offre des courses réussies, quelque soit la catégorie de véhicule sélectionnée. Il est aussi grisant de rouler dans une R5 survitaminée que dans un semi remorque préparé spécialement pour des courses de côtes.

Ceux qui n’aiment pas vraiment la conduite réaliste au micro quart de poil apprécieront très certainement DiRT. Présenté comme la plus grande force du jeu pour certains décrié par d’autres, le gameplay de cette épisode Xbox 360 est en tout cas bien plus indulgent que celui des précédents volets. Les voitures freinent et tournent sans aucun problème et on est plus d’une fois surpris de constater que rouler dans le gazon n’a qu’une incidence mineure sur le comportement général du véhicule. Toutefois, il semble que bon nombre de détracteurs du jeu ne se soient pas donné la peine d’explorer le niveau de difficulté le plus élevé. Dans la catégorie dite "pro", la conduite ne change pas vraiment mais les dégâts sur la voiture sont multipliés et une simple sortie de route peut entrainer la destruction du moteur et l’arrêt pur et simple de la course. De ce fait, DiRT fait quelques concessions au niveau de la difficulté de conduite mais ne franchit pas complètement le cap du jeu "arcade" en proposant une gestion de dégâts parfois sévère.

Plus amateur de jeux de voitures permissifs à la manière de Kaidou Battle ou Test Drive Unlimited que de simulation austères comme Forza Motorsport ou Gran Turismo, la conduite de DiRT remporte forcément mon adhésion. Si on ajoute à cela une plastique irréprochable et des bruitages plus que réussis, je dirais que la série a plutôt bien réussie sa transition sur la génération actuelle. Parmi les points vraiment négatifs du jeu on pourra simplement déplorer l’absence d’un mode multi-joueurs offline. Un manque qui se fait d’autant plus sentir quand on se penche sur le très inintéressant mode LIVE. Mais en dehors de cette fausse note et la voix-off ultra clampine, j’ai du mal à trouver des défauts vraiment rédhibitoires à cette nouvelle édition de Colin McRae. Si vous aimez roulez dans la terre à bord d’engins bruyants, ce jeu est fait pour vous.


NOTE : 08/10