Consoles-Fan
17/07/2018

Auteur
  

2984 articles en ligne

 
Vampire Rain
It’s raining vampires
Hallelujah !

Vampire Rain est une sorte de Splinter Cell ou de Metal Gear qui n’a pas la pr

Tout d’abord, parlons un peu ambiance, puisque dans ce jeu-ci, les ennemis sont des vampires qui infestent la ville. Il y a également des humains mais vous possédez un système qui permet de déterminer de loin à quelle race appartiennent les différentes silhouettes. De même, si vous vous retrouvez dans le noir, une vision infrarouge, plus classique, est disponible.

Les ennemis sont vraiment très forts et même s’il est vrai qu’il est possible de les dégommer, il vaut mieux ne pas les provoquer. De ce fait, l’ambiance est assez stressante car on a vite peur de mal faire et de se faire repérer. Il faut dire qu’un vampire, ça peut sauter partout et c’est très agile. En plus, ça vous tue d’une demi-claque dans le dos. Si malgré tout vous ressortiez vivants d’une confrontation, ne bougez plus, reposez-vous, votre vie va se remplir à nouveau rapidement, et heureusement, car un deuxième affrontement alors que vous seriez affaiblis serait fatal.

Techniquement parlant, on ne peut pas dire que Vampire Rain soit très impressionnant même si je lui trouve des qualités. La pluie est bien faite, les décors sont luisants, le cycle qui anime les goutelettes sur les vêtements des personnages est convaincant. Pas étonnant que la pluie aie été soignée : on retrouve tout de même le mot dans le titre du jeu, et puis du point de vue scénaristique, elle a le rôle d’amoindrir les perceptions des vampires. Je n’imagine pas ce que cela aurait été sans !

La modélisation des personnages est d’ailleurs assez réussie. Ce sont plutôt les décors qui sont vides et figés. Paradoxalement, je trouve que ça a la qualité de rendre le level design très clair. Il n’y a pas des masses de choses à l’écran qui peuvent brouiller notre esprit. En se servant bien du radar et en observant les rares éléments interactifs du décor, on comprend rapidement ce qu’il faut faire et on ne se perd pas. Bien entendu, un fan du genre risque par contre de trouver cela un peu facile et cet avantage passera sans équivoque du côté des inconvénients.

1, 2, 3, soleil !

Sur le fond, il faudra donc se faufiler sans être vu, ce qui n’est pas sans rappeler quelques RPG ou autres Zelda. Le tout est d’éviter l’endroit où il y a des vampires ou de passer dans leur dos. Le chemin est donc facilement déterminable. Si malgré tout on est aperçu par une de ces créatures de la nuit, on y passe généralement et il faut recommencer. Heureusement, il existe de nombreux check-points et il ne faut pas se retartiner tout le niveau.

Vampire Rain est un bon choix pour le joueur qui souhaite débuter dans le genre de l’infiltration. Le gameplay est simple d’accès, la recherche pas très difficile, seule la peur de se faire capter par un vampire subsiste réellement. Par contre, si vous avez déjà bouclé tous les Metal Gear Solid et les Splinter Cell, vous risquez d’être dérouté par ce titre un peu trop basique qui manque cruellement de challenge tant le parcours risque de ressembler à une promenade de santé une fois que vous avez compris le principe. Dommage car l’idée de base était pourtant sympathique.

Graphismes : 66%
Si ça avait été de la Xbox première génération, j’aurais applaudi des deux mains. Les effets de pluie sont tout de même très sympas et la cinématique d’intro bien fichue.

Animation : 72%
Pas de mauvaises surprises sous cet aspect.

Jouabilité : 70%
Cela a le goût de Sam Fisher, on dirait du Splinter Cell, mais ce n’est pas Ubi Soft.

Bande Son : 68%
Quand elle s’accélère, c’est que vous allez mourir.

Intérêt : 68%
Facile, accessible, basique, autant d’avantages pour certains que d’inconvénients pour d’autres.

Note Globale : 67%
Certes, Vampire Rain est honnête, mais si vous trouvez du temps à consacrer à ce jeu, c’est que vraiment, vous passez votre temps devant votre téléviseur et que vous ne savez plus trop quoi faire d’autre. Le jeu n’est pas mauvais en soi, mais les titres de qualité sont nombreux sur Xbox 360. Etre juste moyen ne suffit plus.


NOTE : 06/10