Consoles-Fan
19/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2926 articles en ligne

 
Loco Roco Cocoreccho
V
ou v

Loco Roco et Every Extend Extra sont mes deux jeux pr

Après des heures de plaisir sur PSP, on peut dire que la version PS3 est une sacrée déception. Le gameplay qui colle pourtant parfaitement bien à la manette Sixaxis a été revu et corrigé, en moins bien... Certes, la manette Sixaxis vous permet d’incliner certains éléments dans le décor, de secouer les branchages pour réveiller les Loco Roco ou encore d’actionner divers mécanismes grâce aux Mui Mui fidèles au poste, bref, tout le gameplay secondaire. Les Loco Roco se déplacent seuls comme les lemmings. Le seul moyen de les détourner de leur chemin est d’utiliser un petit papillon que vous dirigez à l’aide d’un stick analogique. Bref, la mode du curseur emprunté à la Wii est là, mais sans la Wiimote, la plaisir est tout autre...

Il faut alors appeler à l’aide du papillon les Loco Roco pour les inciter à prendre un autre chemin. Pour faire apparaître de nouvelles ouvertures, il est nécessaire de réunir un nombre minimum de Loco Roco, sinon, le circuit reste fermé et il faut continuer à bien fouiller le tableau en cours d’exploration. Une fois que le nombre de Loco Roco nécessaire est réuni, de nouvelles ouvertures apparaissent dans le gigantesque mais seul décor et les Loco Roco cempruntent de nouveaux circuits fermés composés d’eau, de courant d’air et de plate-formes.

Comme des Loco Roco peuvent se trouver un peu partout à la fois sur le plateau, vous ne pouvez en suivre qu’une partie. La caméra zoome et dézoome parfois mais ne suis pas vraiment l’action et c’est assez frustrant. Il n’est également possible que d’interagir parfaitement sur une partie des Loco Roco, ceux qui sont présents à l’écran. Double frustration.

Techniquement parlant, le jeu est fidèle à son homologue sur PSP, il reprend les mêmes thèmes et séduit par son aspect flash et ses décors composés de grands aplats de couleurs. L’animation est en continu et très fluide. La chanson reprend le fameux thème de la PSP que tout le monde connaît, c’est rigolo et très enfantin. Comme sur PSP, les Loco Roco chantent avec des voix et des intonnations différentes en fonction de leur couleur. Vous entendrez chanter ceux que vous verrez à l’écran et plus particulièrement ceux qui sont proches du papillon, comme s’il transportait un micro.

A cause de son gameplay revu et corrigé et du fait qu’il n’y a qu’un stage, Loco Roco Cocoreccho ne peut que décevoir. Alors y a-t-il une arnaque du côté de chez Sony ? Pas vraiment, car Sony annonce clairement là couleur sur le PS Network et présente Loco Roco Cocoreccho comme un sauveur d’écran interactif plutôt qu’un jeu. De plus, le prix est assez démocratique : 2,99€. Il ne reste plus donc aux joueurs qu’à pester, croyant voir arriver une véritable suite à Loco Roco. Mais pour cela, il faudra visiblement encore attendre.

Graphismes : 80%
Toujours aussi séduisant mais pour une PS3, cela reste limité.

Animation : 80%
Il y a plein d’animations partout dans les décors, c’est beau, équilibré et fluide.

Jouabilité : 65%
Tout à fait banale : l’originalité s’est complètement envolée.

Bande Son : 90%
J’aime beaucoup cette chanson qui te rentre dans la tête et qui n’en resort pas avant un bon mois.

Intérêt : 13%
Terriblement court et pas super amusant, Loco Roco Cocoreccho est tout simplement raté. Il a cependant un bon argument de vente : c’est un sauveur d’écran interactif à petit prix. Mais en tant que jeu, on repassera...

Note Globale : 31%
La note est faible, tout comme son prix, donc finalelement, Loco Roco Cocoreccho devrait pouvoir trouver facilement des acquéreurs.


NOTE : 03/10