Consoles-Fan
21/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3013 articles en ligne

 
Sega Rally
J’aime bien jouer dans la boue et dans la neige
Sale gamin !

Apr

Le retour du roi

Sega Rally force le respect, et c’est peu de le dire. Le moteur du jeu va marquer les esprits, mais surtout, il va être convoité et imité tant il révolutionne le jeu de course. Parlons tout d’abord des circuits dont les tracés sont entièrement modélisés en 3D. Vos traces de roues ne sont plus de simples textures : vous déformez vraiment la piste ! Les amortisseurs se mettent alors au travail afin que vos roues suivent parfaitement le moindre dénivelé. Le Z Buffer est parfait, bluffant. Comble du rafinement : le vibreur ne réagit que lorsque vous êtes en contact avec ces sillons. Ils ont vraiment pensé à tout !

Mais Sega Rally révèle petit à petit toute une série de petits détails qui tuent : toute la végétation est en mouvement. Bien sûr, en roulant comme un fou, on ne s’en rend pas compte et on pourrait donc conclure très rapidement que l’effort est louable mais qu’il ne sert à rien. Mais en réalité, ce détail a toute son importance car il donne vie au décor tout comme ces oiseaux qui s’envolent du bord de la route. Les décors en 3d, sans vie, avec une caméra qui le parcourt : c’est fini !

Plus fort encore, le moteur tient compte des lois de l’aérodynamisme. Ainsi, lorsqu’une voiture passe à toute allure à côté de brindilles d’herbe ou de fleurs, elle se cambrent ! c’est tout simplement incroyable. Et si vous roulez sur ces dernières, vous les arrachez en laissant derrière-vous une rigole brunâtre de terre bien meuble. Traversez une flaque et l’eau viendra envahir les petits ruisselets que vous créez en temps réel.

Ce n’est pas tout ! Vous allez rouler sur des routes bourrées de gravillon, de la terre beige ou ocre, du sable fin, de la boue, de la neige, de la neige fondante, du tarmac sec ou trempé et parfois bien abîmé, des flaques. En fonction du sol traversé, votre véhicule soulèvera tel ou tel type de particule. C’est si réaliste que les changements sont immédiats et que si vous roulez à la fois sur une terre claire et une terre foncée, vous obtiendrez un mélange à l’écran. Tantôt des graviers, tantôt un nuage se sable, tantôt une brume d’eau. La boue se dépose sur la carrosserie mais si vous traversez de la terre bien sèche, celle-ci viendra se coller à la boue. Et attention, là-aussi il ne s’agit pas d’une simple texture qui est modifiée. La boue (ou la neige) est gérée en 3D et bien effectivement se coller à votre carrosserie. Les roues changent aussi de couleur et évoluent tel un caméléon en fonction du décor qui est traversé. Enfin, un classique, les pneus laissent des traces sur l’asphalte. Mon dieu, comme c’est commun. ;)

Et les décors alors, comment sont-ils ? Vous avez du certainement lire quelque part qu’il n’y avait que 5 environnements. C’est vrai, et c’est faux ! Car on ne peut pas vraiment dire que les circuits se ressemblent particulièrement au sein d’un même environnement. Déjà, au sein d’un même circuit, les paysages sont plutôt variés et certains passages frappent les esprits grâce à de nombreuses animations comme des jets qui larguent des fumigènes au-dessus de la piste, l’ombre des pales d’un moulin qui caressent la piste, des cascades somptueuses, la fumée d’un volcan ou des cheminées d’usine, des animaux spectateurs ou encore des geysers, des bâteaux où l’on charge de la marchandise, des trains ou encore des téléphériques, des avions, des hélicoptères, des planeurs... Plein de petits détails réjouissants. Ensuite, prenons par exemple la savane : vous vous promènerez dans le sable au beau milieu des steppes et des animaux sauvages mais aussi des villages africains. Les stages alpins offrent des décors montagnards estivaux ou hivernaux avec des lacs qui jouxtent des sapins et des fleurs colorées : un vrai havre de paix. Rappelons également qu’en haut ou tout au fond d’un canyon, on a beau se situer techniquement dans le même environnement, la vue y est tout de même très différente. L’arctique propose des mélanges de neige et d’eau turquoise ou marine ainsi que des constructions modernes et métalliques ou encore des aurores boréales. Ce qui me fait penser que d’un circuit à l’autre, l’heure de la journée est plus ou moins avancée, et c’est également sans compter de la variété que peut apporter également les différentes conditions météorologiques.

Il y a aussi pas mal d’effets spéciaux très réussis. Par exemple, l’eau est très belle et le décor s’y reflète. Celui-ci se reflète également sur la carrosserie et que ce soit les véritables reflets du décor n’a aujourd’hui plus rien d’étonnant, mais la qualité de la résolution de ces reflets fait honneur à la Xbox 360 là où la plupart des titres de cette même machine offrent trop souvent un jeu d’ombres et de reflets assez pixellisé.

C’est du côté du framerate que Sega Rally sera un poil décevant puisque le jeu ne tourne pas en 60 images par seconde. C’est vraiment dommage car on a frôlé la perfection. Mais en compensation, d’autres bonnes nouvelles arrivent : l’affichage du jeu est absolument divin : du perfect pixel comme on l’aime, sans aliasing. Et puis, comment ne pas parler du son dont la gestion est absolument magique. Je ne parle pas ici de la bande originale très rock mais des bruitages vraiment étonnants du vombrissement jusqu’aux coups sur la carrosserie qui diffèrent en fonction de l’objet cogné (barrières, concurrent...) ou encore des éléments extérieurs comme des cris d’animaux, un clocher d’église, les sifflements dans la foule. La neige crisse sous le poids des pneus, la roche craquelle.

Il me reste donc à vous parler du plus important, le gameplay, qui est certes un peu différent du modèle original mais n’en est pas moins très efficace. Le pilotage se soumet facilement aux dérapages contrôlés et confère un sentiment de maîtrise extrême et immédiat qui vous pousse à bousculer vos concurrents afin de les pousser à la faute. Les courses sont acharnées, mouvementées et disputées jusqu’au bout. J’ai presque envie de dire guerrière. Oh, ben tiens, je l’ai dit. Et je ne vous parle pas du jeu en ligne qui se veut tendu de A à Z tout en étant très fun.

Il y a pas mal de championnats à débloquer et donc de nouveaux circuits mais aussi des nouvelles voitures (Plus vous parcourrez de miles avec une même voiture, plus vous débloquerez de teintes). Pour cela, il suffit de réunir suffisamment de points en championnat. Vous pouvez les recommencer sans risque le nombre de fois qu’il le faut car le jeu ne retiendra que votre meilleur score. Par contre, pour obtenir de bons scores, il vaut mieux être constant car il faut chaque fois jouer le championnat complet, à savoir par tranche de trois courses dans des environnements toujours différents. Notons en particulier que des championnats réarrangés comprenant des circuits en mode reverse sont à débloquer. Sega n’est cependant pas tombé dans la facilité de nous reservir le circuit tel quel puisque l’épreuve ne se déroule pas forcément à la même période de la journée.

Il reste enfin le jeu à deux sur écran splitté ou à 6 sur le Xbox Live qui garantit des affrontements serrés et une durée de vie sans limite, avec la possibilité de créer vous-même vos propres championnats en proposant aux joueurs une sélection de circuits parmi ceux que vous avez débloqués. A présent, je souhaite que nous fassions une minute de silence en mémoire aux jeux de course que nous avons aimés un jour. Mais aujourd’hui, la page vient de se tourner.

Graphismes : 94%
Des thèmes variés, fins, colorés et ce n’est pas tape à l’oeil : une vraie force tranquille !

Animation : 85%
Malheureusement, le framerate ne propose que 30 images par seconde mais à côté de ça, les décors fourmillent de petites animations. Et pourtant, cela reste sobre : la grande classe !

Jouabilité : 95%
En vue extérieure, je n’ai vraiment pas aimé le maniement, mais peu importe puisque je joue en vue intérieure pour de meilleures impressions de vitesse et là, force est de constater que c’est parfait !

Bande Son : 99%
Les bruitages sont vraiment nombreux, présents et correspondent parfaitement à chaque situation : un travail impeccable !

Intérêt : 99%
Téléchargez la démo et regardez combien de temps vous pouvez passer sur les deux mêmes circuits. Imaginez à présent le temps que vous allez passer sur le jeu, sans même compter le mode online !

Note Globale : 98%
Sega Rally est fortement déconseillé aux personnes qui aiment les jeux lents, injouables ou ennuyeux. Si vous n’êtes pas compatible, veuillez quitter immédiatement ce test.


NOTE : 09/10