Consoles-Fan
22/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3015 articles en ligne

 
Halo 3
Entre vert clair
et vert fonc

Le gros buzz de l’ann

Pas de démo technique

Techniquement, c’est vraiment moche, aliasé. Je cherche encore le bump mapping des textures peu détaillées. Et en même temps, je n’ai pas tout à fait le droit de vous dire ça. Parce qu’il est vrai que certains passages sont vraiment mieux travaillés, grandioses, spacieux et classieux mais le problème est que Bungie n’hésite pas une seconde à vous les faire visiter en détail grâce à un système d’aller-retour qui finit par être trop voyant et pesant.

La modélisation des personnages est assez sommaire et l’animation des visages date d’une autre ère. Heureusement que Masterchief porte un casque finalement. Les polygones s’affichent fort loin même s’il y a un peu de clipping. Celui-ci est toujours visible lorsqu’on est à bord des véhicules. Par exemple, la végétation s’affiche avec un certain retard. Halo 3 est fin, mais finalement on a vraiment l’impression de jouer à Halo 2 mais en haute résolution la plupart du temps. En réalité, là aussi c’est faux. Le jeu a évolué. Mais notre œil s’est déjà habitué à mieux qu’on a l’impression de revenir en arrière. Et puis, ce fichu framerate n’est pas là non plus pour me faire mentir. 30 images par seconde, quand ça ne rame pas...

L’interaction des décors est quasiment inexistantes, là aussi, ça fait très old gen. Le pompon revient quand même à la présence d’une citerne qui contient certainement un liquide inflammable mais qui ne veut pas exploser ! Y a pas grand chose qui explose véritablement d’ailleurs. Même les ennemis qui sont pourtant parfois très grands explosent discrètement. Pour le spectacle, on repassera.

Le jeu est donc inégal comme si deux équipes avaient partagé le boulot, et que l’une d’elle était diablement plus talentueuse que l’autre. Pour les cinématiques, c’est pareil. Des fois, on se prend une solide claque dans la figure et, à d’autres moments, c’est juste une demi-claque dans le dos. Parfois c’est vertigineux et étonnant, parfois juste moyen et parfois médiocre. Mais il faut en tous cas reconnaître à Bungie un certain sens de la mise-en-scène.

Halo 3 n’est pas toujours fun. Je dirais même plus, je me suis ennuyé pendant les 3 premiers stages. L’apparition des véhicules donne vraiment plus de rythme et de prestance. Il est étrange de n’avoir pas démarré tout de suite sur les chapeaux de roue afin de mettre tout le monde d’accord dès le début.

Un tout

Il faut par contre reconnaître à Halo la cohérence de son univers. Si vous regardez en l’air, vous pourrez admirer la structure des décors et peut-être même l’espace alors que si vous ne le faites pas, vous ne le verrez tout simplement pas. Bungie a poussé le détail très loin un peu comme l’a fait Bizarre Creation dans PGR 3, en modélisant des tas de choses que le joueur ne verra pas la plupart du temps. C’est beaucoup d’énergie pour rien sauf pour ceux qui aiment explorer et il faut en tous cas louer cet exploit désintéressé, consommateur de puissance de la machine, mais sans véritable visuel direct. Et puis, lorsque vous vous battez contre les ennemis des environs, d’autres ennemis se livrent peut-être une bataille au loin ou haut dans le ciel. Et il s’agit de véritables ennemis que vous pouvez abattre si vous avez envie de prendre votre temps. Ce que je vous conseille d’ailleurs de faire puisque le jeu est assez facile.

Le mode coopération tuera le jeu encore plus rapidement puisqu’il est possible de revenir dans la partie rejoindre jusqu’à 3 de vos camarades si la zone s’est calmée, alors que seul, vous devriez uniquement compter sur les check points tout de même relativement nombreux. Mais attention, il ne faudrait tout de même pas pousser bobonne dans les orties et croire ici que je dénigre ce mode de jeu. Il faut tout de même avouer qu’un mode coop à 4, ce n’est pas fréquent et c’est vraiment très bien de l’avoir fait. Enfin, voilà quelque chose que Halo 3 fait mieux que les autres même si parfois c’est un peu brouillon lors des premières parties.

Halo est mort, vive le online

C’est donc sur le plan du jeu en ligne que Halo 3 tire son épingle du jeu. Jouable à 16 dans des modes vraiment très varié, comme dans Halo 2 finalement, le jeu reste encore aujourd’hui sur console l’un des titres qui permet de regrouper le plus de joueurs dans une même partie, du moins sur une console de salon. Et tout comme dans Halo 2, on devine aisément que les parties en ligne ou en lan seront nombreuses et funs.

Au final, Halo 3 m’a quand même bien déçu, comparativement à ce qu’on pouvait en attendre. Le début du jeu vaut entre 5 et 6 sur 10. Puis ça s’améliore et cela devient même très bien et très beau, comme si ce Halo était coupé en deux partie distincte. Je penche alors plus pour le 6 ou 7 à cause de certains passages fortiches mais je me souviens tout de même du calvaire qu’il a fallu se farcir au début pour y arriver. Et finalement, je donne un 8 grâce au jeu en ligne vraiment très complet, riche (En gros, le mode story vaut un 7/10 bien payé et le jeu en ligne, dont on semble ne jamais en voir le bout, mérite 9/10). Et puis il y a le mode cinéma qui permet à tout le monde de revoir des parties entières. Vous pouvez faire pause et vous ballader partout dans le décor ou voir la partie de n’importe qui à loisir. Par contre, si vous connaissez des petites cachettes ou des coups vicieux à faire, ils ne resteront pas secrets très longtemps. C’est le revers de la médaille. Mais pour montrer à des potes des passages qui ont provoqué l’hilarité générale ou des exploits de folie meurtrière, c’est idéal. Halo 3 reste donc essentiellement un bon jeu multijoueur et un jeu dont la qualité passe du bof, au moyen, au bien et au très bien en solo. En bref, un jeu dont l’assise n’est pas très stable et qui peut dire merci au jeu en ligne.

Graphismes : 70%
un des points décevants du jeu : c’est très inégal, parfois très aliasé, et cela ne fait pas toujours très next-gen. A côté de cela, se ballade de solides passages d’anthologie.

Animation : 68%
En maximum 30 images par seconde alors qu’il n’y a parfois rien de bien exceptionnel à afficher, le jeu se paye même le luxe d’avoir quelques baisses de framerate...

Jouabilité : 85%
Très au point, elle n’évolue pas vraiment et c’est tant mieux. Le bouton d’action est prend la place d’une des gachettes et le bouton x permet de balancer différents boucliers.

Bande Son : 80%
Les dialogues ne sont pas bien terribles et souvent effacés par la bande-son, qui sans faire dans l’originalité fleure bon le Halo.

Intérêt : 93%
A condition que vous jouiez en ligne car une fois l’histoire terminée, c’est essentiellement au niveau du jeu en ligne qu’Halo perdure.

Note Globale : 82%
Halo 3 n’est pas la surprise annoncée mais s’inscrira sans mal dans les jeux de référence en ligne grâce à une diversité très large et à la possibilité de jouer à 16, ce qui reste encore assez rare sur consoles de salon.


NOTE : 08/10