Consoles-Fan
18/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Assassin’s Creed
Un assassin bien s
joue au vengeur masqu

Ce mercredi 24 octobre, nous avons eu l’occasion de rencontrer Jade Raymond et Maxime B

D’emblée, je les remercie tous deux pour m’avoir accordé énormément de leur temps. Nous avons pu discuter longuement afin de faire le point sur Assassin’s Creed. La version PS3 et la version Xbox 360 étaient présentes et rigoureusement identiques d’un point de vue technique. Votre choix devra donc se porter en fonction de votre préférence de manette. La Xbox 360 possède par contre un léger avantage grâce à son système de gamerscore.

Sur le plan technique, Assassin’s Creed bénéficie d’un framerate de 30 images par seconde, avec de temps en temps de légères baisses lorsqu’il y a énormément de monde à afficher. Mais cette faiblesse est largement compensée par le fait que les villes (Jérusalem, Damas et Saint-Jean-d’Acre ainsi que le Royaume intermédiaire que l’on parcourt à cheval comme dans Zelda) à visiter sont vraiment gigantesques même s’il ne sera pas possible, sauf exception, de visiter les intérieurs. Il n’empêche que les décors donnent sacrément le vertige, c’est beau, détaillé et la profondeur de champ est ahurissante. Mais la grande claque qui mettra tout le monde par terre est sans contexte l’interactivité avec les décors. Dès qu’il existe un relief de plus de deux pouces, vous pouvez vous y accrocher. Autrement dit, les points d’accroche sont vraiment nombreux et votre personnage va pouvoir emprunter un grand nombre de chemins différents, y compris dans les hauteurs ! Sur cet aspect des choses, le jeu est clairement next-gen puisque c’est du jamais vu, tout simplement.

On retiendra également sur le plan du détail qui tue, de nombreuses particules qui volent dans l’air pour donner encore plus de profondeur aux décors. La poussière n’est malheureusement pas volumétrique mais se limite à des plans en 2D. Enfin, le moteur physique des objets 3D semble tout de même bien limité. Par exemple, si vous sautez sur une plate-forme aérienne retenue par une simple corde, elle ne bouge absolument pas. Et si vous effectuez un plongeon dans une meule de foin, là aussi, il disparaît simplement sous la texture sans provoquer la moindre animation. C’était la minute de ceux qui aiment bien chipoter.

Vous êtes Altaïr, un maître assassin déchu suite à une mission importante qui a échoué. Vous devez repartir de rien afin de prouver à nouveau votre valeur. Le déroulement du jeu suit à chaque fois une trame de base identique. Il va falloir enquêter afin de découvrir l’identité de la personne que vous devez tuer. Puis, une partie plus orientée action consiste à commettre l’assassinat. Enfin, il faut fuir tout en vous frayant un passage au travers la foule. Les soldats qui vous poursuivent vous suivront même sur les poutres et la plupart des endroits qui paraissaient alors inaccessibles à des personnages guidées par la console. Ici, les ennemis ne vous attendent pas tout simplement en bas, ils vous poursuivent où que vous alliez. Mais bien entendu, il faut bien que vous ayez un avantage sinon vous ne vous échapperez jamais, alors les soldats ne peuvent grimper directement aux murs, ils doivent aller d’abord chercher une échelle !

La manière d’aborder le jeu dépendra du joueur que vous êtes. Si vous foncez dans le tas, vous sonnerez sans arrêt l’alerte. Si vous passez par les toits, vous risquez également de vous faire repérer mais la technique est déjà plus discrète. Par contre, si vous décidez de n’adopter aucun comportement étrange et que vous vous fondez bien dans la foule, dans ce cas, vous arriverez à tuer votre cible sans éveiller le moindre soupçon. Sam Fischer avait besoin d’ombre pour se cacher, ici, c’est votre comportement qui vous sert de camouflage. Certaines missions pourront être très étendues et vous forceront à changer de ville mais il sera également possible de flâner et de prendre son temps. Vous pourrez ainsi jouer en ligne droite ou accomplir toutes les quêtes annexes pour lesquelles Ubi Soft annonce plus d’une trentaine d’heures de jeu.

Je me tairai enfin sur quelques éléments du scénario tout simplement pour éviter de vous gâcher le plaisir si vous avez l’intention d’acheter le jeu. Sachez qu’Ubi Soft Montréal a visiblement plus d’un tour dans son sac et qu’ils ont visiblement fait appel à de véritables professionnels du doublage comme c’est trop rarement le cas dans l’industrie du jeu vidéo. De plus, les dialogues sont nombreux et augurent d’un scénario très riche. Il ne reste donc plus qu’à attendre.