Consoles-Fan
20/05/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2941 articles en ligne

 
Soul Blazer
Vous incarnez l’avatar du bien. Et vous devez lib
La suite spirituelle d’ActRaiser.

Vous

Un scénario mélant vie et mort.

Le royaume de Freil est gouverné par le roi Magridd. Ce dernier, avide de pouvoir, demanda à son inventeur particulier, le Dr Leo, de lui créer une machine susceptible de contacter les esprits malfaisants. Le contact fut établi avec DeathToll, le roi du monde maléfique.

DeathToll, le roi du mal, proposa au roi Magridd un échange insensé : une pièce d’or contre chaque âme du royaume.

Toutes les créatures vivantes de votre monde se retrouvent dans l’au-delà. Votre maître, Gaia, vous envoie vous, Blazer, les récupérer.

Un concept déja connu, mais aves des originalités.

Ce qui est drôle avec ce Soulblazer (Soulblader sur SFC au Japon), c’est que l’on a du mal à croire qu’il s’agit de l’un des premiers jeux sortis sur la Super Famicom. On doit tout cela aux talentueux développeurs de Quintet / Enix, à qui l’on devait déjà l’inoubliable Actraiser.

Soul Blazer est sorti en janvier 1992 au Japon, en décembre 1992 aux USA et il a même eu droit à une localisation en français, beaucoup plus tard.

Il prend la forme d’un jeu d’action - aventure à la Zelda, où votre but est de reconstituer des villages au fur et à mesure que vous avancez dans des donjons. On retrouve bien sûr un montée en niveau, mais celle-ci influence principalement votre barre de vie.

Le jeu est séparé en sept niveaux : les six premiers regroupent les différentes parties du royaume de Freil, où vous devrez libérer tous les villageois afin de reconstituer des villages. Ce n’est qu’une fois ces six parties libérées que vous pourrez atteindre le dernier niveau : le monde de DeathToll, où se dernier vous attend pour le combat final.

Un classique, tout simplement.

La réalisation est exceptionnelle pour l’époque, les graphismes sont très minutieusement réalisés, le jeu sait utiliser une partie des capacités de la SNES en matière d’effets spéciaux, sans en abuser.

Les musiques, signées Yuzo Koshiro, sont inoubliables.

Le jeu est un peu court, pas trop difficile et on pourra également le trouver linéaire. Le résultat final est quand même grandiose, et on ne peut que saluer Quintet / Enix pour le travail réalisé.

A noter que jouer à ce jeu en VO vous demandera quelques compétences en japonais.

bobflappy


TAGS : soul blazer, soulblader, actraiser, square, enix, zelda.
NOTE : 09/10