Consoles-Fan
21/01/2018

Auteur
  

2890 articles en ligne

 
Shin Chuuka Taisen : Michael to Meimei no Bouken
Shoooooot, mais shoot je te dis ! Je peux pas !
C’est si paisible ici !

Les vieilles personnes comme moi qui ont jou

Cette légende chinoise semble passionner les japonais puisqu’elle a été souvent reprise dans les mangas comme Dragon Ball et dans les jeux vidéo. En effet, outre Cloud Master, on a eu droit par exemple à SonSon, un jeu d’Arcade signé Capcom adapté en Famicom. Sa suite fut portée en Pc Engine. La PC Engine acueillit d’ailleurs aussi Gokuraku Chuka Taisen qui n’est autre qu’un des épisodes de la série. Et cette légende a inspiré également Magic Beast Wario sur Psone. Mais revenons-en à nos singes (spéciale dédicace à l’ami Ghaléon), euh, moutons.

Vous vous doutez bien qu’un fan de shoots délirants comme moi ne pouvait pas passer à côté de Shin Chuuka Taisen : Michael to Meimei no Bouken, sans doute l’un des seuls titres de l’année à appartenir à ce genre à l’abandon.

C’est donc la Wii qui accueillera ce petit shoot à l’opposé des manic shooters, et qui table sur une faible diffusion de tirs émanant de votre part, ce qui signifie en gros que booster votre arme est vraiment vitale si vous souhaitez progresser dans le jeu. Car si le rythme de votre tir est faible, il peut s’avérer très puissant et couvrir une belle partie de l’écran. Et comme à l’ancienne, si vous mourrez, vous repartirez avec votre arsenal de base, autrement dit quasi rien et la difficulté du jeu s’en fera fortement ressentir mais rien d’insurmontable, rassurez-vous !

Vous devrez tenir la Wiimote horizontalement et jouer à l’ancienne avec la croix directionnelle et les boutons 1 et 2. Cependant, il y a une petite astuce supplémentaire puisque vous pouvez incliner votre écran de jeu : si vous penchez votre Wiimote vers la gauche, le scrolling ralentira et non votre vaisseau ! Vers la droite, le scrolling accélèrera. En réalité, cette idée n’a que pour conséquence de rendre le jeu plus ou moins difficile. Au premier abord, il est plutôt étrange de pouvoir régler ce paramètre. A vous de voir quel est votre puissance de feu pour résister aux attaques. Notons tout de même que cet artifice ludique est disponible pendant le stage mais sera désactivé face aux boss.

Techniquement, Shin Chuuka Taisen : Michael to Meimei no Bouken propose une belle 2D sobre, assez terne au niveau des couleurs malheureusement mais il sagit clairement d’un choix artistique. Oui, le jeu pouirrait certainement tourner sur une Super Nintendo, mais vous croyez vraiment qu’on a encore le choix de faire le difficile lorsqu’on veut jouer à ce genre de jeu ? Nenni ! C’est ça ou c’est rien. J’aurais aimé un peu plus d’audace que des décors maintes fois répétés sur un même stage ou un peu plus d’animations dans les décors. Les scrollings différentiels restent assez peu marqués mais offrent tout de même un belle profondeur de champs. Les thèmes abordés très inspirés des légendes et mythes japonais façon gros délire sont plutôt sympas, cela faisait bien longtemps que je ne m’étais plus battu contre des cochons volants et autres bestioles étranges.

Même s’il s’avère très classique, ce jeu orienté vieux shoot de grand-mère fait tout de même plaisir à voir au beau milieu de toute cette 3D actuelle. Une initiative à soutenir donc.

Graphismes : 71%
La 2D est très fine, le choix des couleurs pastelles est un peu fadasse et la répétition des certains éléments du décor devraient être, à l’heure actuelle, évitée.

Animation : 88%
Fluide et sans ralentissement : c’est ok dis ! En plus il y a plein d’effets de rotation, de zoom... Vive les 16 bits !

Jouabilité : 80%
Le système d’accélération et de décélération pour exploiter la Wiimote reste un choix bien étrange.

Bande Son : 90%
Bien japonaise et mythologique.

Intérêt : 82%
C’est triste à dire mais des shoots jouables à deux ça devient vraiment rare à l’heure actuelle. Foncez !

Note Globale : 80%
Je ne boude pas mon plaisir quand je vois débarquer ce genre de titre qui, sans être parfait, atteint un degré de qualité largement satisfaisant.


NOTE : 08/10