Consoles-Fan
26/07/2017

Auteur
  

2818 articles en ligne

 
Omega Five
Hudson Soft nous offre
une pure merveille

Quelle claque ! Voilà ce que l’on se dit dès les premières minutes de jeu.

La patte japonaise (le jeu est signé Natsume pour Hudson Soft) se fait ressentir immédiatement. C’est super coloré, exactement comme je l’adore, les couleurs sont vives et bien choisies mais certainement pas agressives, elles embelliront votre téléviseur pour une fois tiens. Le jeu propose un gameplay 2D dans un environnement 3D et c’est vraiment beau à crever, il faut bien le dire. Les textures métalliques sont de toute beauté et concurrencent sans problème Gears Of War. Il y a des animations partout dans les décors, les ennemis se baladent dans celui-ci avant de vous affronter en avant-plan. Il faudra d’ailleurs prendre garde à ceux-ci car ils pourraient bien vous toucher en se promenant un peu trop près de vous sur l’axe Z, vous savez, celui qui sort de votre téléviseur. Non ? Pas de ma faute si vous êtes nul en math.

Oui, Omega Five est court, il ne propose que 4 stages. Il aurait mieux fait de s’appeler Omega Four tiens ! Mais, il faut tout de même reconnaître que les stages sont longs et bien ficelés et puis surtout vraiment très beaux. Omega Five doit être à l’heure actuelle l’un des shoots les plus impressionnants sur console de salon. On se retrouve comme au bon vieux temps de la Dreamcast, du temps où on savait faire les shoots ;)

Mais la profondeur horizontale du jeu est vraiment excellente car les différents personnages proposés vous offrent des gameplays véritablement différents. Par exemple, si vous jouez avec Ruby et ses portes-jaretelles, vous aurez droit à un stock de trois grosses bombes qui nettoient bien l’écran. Ces grosses bombes se forment dans votre stock lorsque vous ramassez suffisamment de petits triangles roses que lâchent les ennemis et que cachent certains tirs. Les bombes gravitent tout autour de vous comme des satellites. Elles peuvent être au nombre de trois et elles vous protègent. Aussi, utiliser une grosse bombe relève vraiment de la stratégie puisque vous allez un peu vous découvrir car tout ce qui touche un petit satellite est détruit. Pour capter ces petits triangles, vous pouvez actionner une sorte de bouclier aimanté. Aimanté car il va capter les petits triangles. Bouclier car il va vous protéger des tirs ennemis. Attention cependant à ne pas trop abuser de cette option qui puise directement sur votre réserve vitale. Vous disposez donc d’une seule jauge de vie. Une fois celle-ci épuisée, c’est directement le game over. Les crédits sont limités mais seront élargis plus tard dans le jeu, histoire que ceux qui trouvent le jeu trop difficile puisse toute de même le terminer. Les autres continueront à s’entraîner à terminer le jeu en un seul crédit. Enfin, vous disposez aussi d’un petit appendice relié par une sorte de filin que vous pouvez lancer sur un ennemi afin de concentrer vos tirs sur ce dernier sans avoir besoin de viser. Cet appendice, bien utilisé, peut aussi servir de protection. Trois tirs principaux et boostables composent votre attirail. Il y a le tir classique, le laser et l’arc électrique. Pour un peu on se croirait presque dans Raystorm ! Chaque tir est boostable et retombe au level 1 lorsque vous mourrez. Prenons par exemple le laser. Il est au début tout fin mais découpe cependant les ennemis sans problème. Puis il se dédouble et élargit de quelques degrés la largeur de votre tir. Sa puissance augmente encore : il va se réfléchir sur les décors métalliques. L’idée est bien trouver : il a fallu tout de même déterminer des zones où ça se réfléchissait et d’autres ou ça ne se réfléchissait pas. Puis, en augmentant encore de puissance, le laser se réfléchira partout et là vous allez pouvoir balayer l’écran en un rien de temps puisque je vous rappelle que votre tir est dirigé à l’aide du stick analogique droit. Il est donc très simple de faire varier l’angle d’incidence.

Vous préférez jouer avec Tempest ? Pas de problème. Vous apprendrez tout d’abord que le jeu se présente à vous de manière bien différente. La grosse bombe est toujours d’actualité ainsi que les triangles roses mais notre ami n’a ni appendice ni bouclier aimanté. Non, lui, son bouclier se déclenche automatiquement et ralentit les tirs ennemis sans les détruire. Le rythme du jeu est donc bien différent et vos réflexes seront contrariés si vous passez d’un personnage à l’autre, ce qui est d’ailleurs possible de faire à chaque “continue”. Et si Tempest n’a pas d’appendice (comme NGN), c’est tout simplement parce que ce bouton lui permet de modifier son tir en le rendant par exemple plus diffus. La porte des ces tirs semble également plus réduite qu’avec Ruby mais ceux-si sont plus puissants.

En tous cas, vous n’êtes pas au bout de vos surprises avec ce jeu tant il y a d’éléments à débloquer : 2 nouveaux personnages mais aussi des nouveaux modes de jeu comme l’Arcade ++ qui ne vous laisse pas le droit à l’erreur puisque votre barre de vie se vide intégralement lorsque vous êtes touché et vous êtes juste bon pour utiliser un de vos crédits. Ceux-ci augmentent peu à peu avec le temps.

Omega Five est un shoot d’une rare richesse, il allie la réussite graphique à un gameplay super abouti. Musicalement, le jeu me fait penser à un mélange de PSO et de Naxar ; si vous aimez les bande-son à l’ancienne, vous serez bien servi. Omega Five est un des meilleurs shoot que j’ai pu croiser dans ma vie, il va de soi que son achat est grandement recommandé.

Graphismes : 93%
Sublimes, colorés, détaillés. Les jeux vidéo, je les aime comme ça !

Animation : 85%
J’ai repéré quelques petits passages qui rament mais d’un autre côté il y a une quantité de choses qui bougent à l’écran, les effets d’eau sont sublimes, les ennemis changent de plan de profondeur...

Jouabilité : 96%
Créatif et efficace.

Bande Son : 90%
Ca sonne comme dans les vieux shoots de la pc engine : j’adore !

Intérêt : 95%
Une difficulté intelligemment bien dosée, on a vraiment envie de persévérer !

Note Globale : 94%
Petit bijou, dommage qu’il n’aie pas d’écrin : uniquement disponible sur le Xbox Live Arcade.


NOTE : 09/10