Consoles-Fan
18/07/2018

Auteur
  

2984 articles en ligne

 
Piyotama
On ne fait pas d’omelette
sans casser des oeufs

Piyotama fait partie de des jeux PS Network qui,

Graphiquement très sobre mais coloré, Piyotama n’a pas recours à des effets visuels renversants. Et parfois c’est mieux comme ça pour la visibilité. En gros, on dirait de la 16-bits en haute résolution.

Le jeu s’apparente à un Tetris ou un Puyo Puyo. Un rectangle vertical représente votre aire de jeu. Une mère poule pond des œufs tout en haut du rectangle afin de le remplir peu à peu. De votre côté, vous devez manipuler les œufs afin d’unir en ligne 4 œufs d’une même couleur afin de les faire éclore. Les petits poussins s’envoleront alors et feront de la place sur votre écran de jeu. Et vous vous en doutez certainement déjà, lorsque les œufs atteignent le haut de l’écran, la partie est terminée. Jusque là, rien de bien étonnant, on dirait le descriptif d’un puzzle game classique.

L’originalité de Piyotama est de pouvoir manipuler les œufs ligne par ligne en les déplaçant par 3 cases à la fois ce qui n’est guère très intuitif. Lors d’une manipulation, vous sortez donc 3 œufs à gauche ou à droite de le zone rectangulaire. A ce moment-là, vous pouvez modifier l’ordre de ces 3 œufs avant de les réintroduire dans le jeu à l’étage qu’il vous plaira. Il faut donc avoir une vue dans l’espace bien aiguisée pour bien replacer les œufs comme il faut. Oui, le principe de jeu est un peu tordu et le challenge repose intégralement là-dessus : votre capacité d’analyse, de réactivité et vos réflexes. Car ce jeu ne propose finalement pas d’aspect de construction pour mettre en place des vagues : la réflexion est donc mise de côté. En effet, l’organisation des œufs, sans doute à cause de leur forme arrondie, se fait en quinconce, ce qui a du sens d’un point de vue réalisme mais ce qui n’a surtout aucun intérêt d’un point de vue ludique : lorsque les œufs ont éclos et que les poussins se sont envolés, ils disparaissent, laissant la place libre aux autres œufs qui, obéissant aux lois de la gravité comblent les cavités n’importe comment ou presque... Comme les œufs sont organisés en quinconce, un œuf peut très bien dégringoler vers la gauche ou vers la droite. Résultat des courses, il n’est quasiment pas possible d’exécuter de combinaisons sauf en essayant d’unir d’autres œufs de même couleurs avec ceux occupés à éclore. En effet, un temps de latence vous permet de rajouter quelques œufs pendant quelques secondes. Ce procédé ressemble un peu à la barre de lumines qui avance par vague et vous laisse le temps d’exécuter des combos supplémentaires. Reconnaissons-le le principe était déjà assez alléatoire dans Lumines et dans Piyotama, le problème a même tendance à s’aggraver car au moins, dans Lumines, les pièces tombaient bien verticalement.

Rajoutons enfin le fait que le jeu utilise la reconnaissance de mouvement de la manette Six Axis. Vous pouvez ainsi tenter de déplacer les oeufs en surface de manière plus ou moins heureuse ou provoquer carrément des tremblements de terre pour tout réorganiser. Evidemment, ça n’aide pas à sortir du bordel ambiant...

Et c’est sans doute l’aspect le plus étrange : Piyotama reste tout de même addictif pour quelques parties. On apprend à mieux manipuler le jeu qui s’apparente finalement aux taquins, ces jeux de puzzle dont les pièces ne peuvent être déplacées qu’en les glissant car elles sont retenues par des ergots. De petites difficultés apparaissent comme la présence d’oeufs plus gros qui vous empêche tout mouvement sur une ligne (un sens interdit vous le rappelle clairement). Mais bien rapidement, il faut finir par admettre qu’on a fait le tour du jeu et qu’il est temps de passer à autre chose.

Sony a-t-il voulu proposer une laternative à Lumines avec Piyotama mais n’a finalement abouti qu’à un sous-Lumines ? Je ne crois pas tant les deux jeux restent tout de même très différents. Mais une chose est certaine, Piyotama ne vaut vraiment pas le coup tant son concept de jeu ressemble à du sabotage. Piyotama a voulu être original, peut-être trop.

Graphismes : 77%
Mignon et coloré, on dirait presque du crayonné.

Animation : 75%
Les poussins que vous libérez s’éparpillent dans le décor de fond et gigottent : marrant !

Jouabilité : 54%
Vraiment très tordu comme concept !

Bande Son : 79%
Mignon tout plein.

Intérêt : 38%
On fait malheureusement trop vite le tour de ce puzzle game qui aura eu au moins le mérite de tenter une nouvelle approche du genre bien que l’on retrouve un peu de Lumines, de Yoshi’s Cookie et le principe du taquin. Dommage que ça n’aboutisse pas vraiment à quelquechose de plus probant.

Note Globale : 44%
Un concept pas vraiment faiblard mais plutôt innaproprié qui enlève au jeu son aspect réflexion. En fait, Piyotama pêche par orgueil. Les programmeurs ont voulu faire un puzzle game à la physique réaliste. Certes, les œufs ne peuvent pas s’empiler verticalement. Mais dans un jeu vidéo, qui s’en serait offusqué ?


NOTE : 04/10