Consoles-Fan
22/02/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2900 articles en ligne

 
Devil May Cry 4
Est-ce que la New Gen
va pleurer ?

Je tiens

Devil May Claque

Tout commence par une splendide intro dans laquelle on voit à l’œuvre le nouveau perso de l’univers DMC : Nero !

Ce dernier se rend à l’église (en dessoudant quelques démons au passage) afin de retrouver Kyrie (l’élue de son cœur) et accessoirement écouter le sermon de sa Sainteté, chef religieux de la ville de Fortuna...

Soudain Dante fait une entrée "fracassante" et loge une balle en pleine tête de Sa Sainteté...

S’ensuit alors une violent confrontation entre Nero et Dante (résolument proche physiquement et dans leur style de combat) qui sert également de didacticiel pour ceux qui découvrirait le jeu.

Dante s’enfuit laissant planté là Nero et son orgueil de jeune rebelle, ce dernier est alors chargé par l’ordre de l’Epée (pouvoir en place) de retrouver et d’éliminer Dante...

Voila pour lé début de l’aventure qui va vous emporter pour une dizaine d’heure mêlant trahisons, amours, combats spectaculaires et style poseur démesuré...

JPEG - 102.8 ko
Confrontation muscl

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on en prend plein la tête ! Au cours des 20 missions principales (et des 12 secrets mais n’apportant rien au scenario) vous découvrirez château gothique, ville dévastée, foret luxuriante, laboratoire...tous les lieux sont magnifiques et vous vous surprendrez à lâcher le pad pour mieux les observer en détail.

En revanche on regrettera de devoir se retaper les niveaux dans l’autre sens à partir de la onzième mission même si le bestiaire est souvent différents et les passages changés...

Concernant le bestiaire, il est assez varié et original sans être exceptionnel, c’est assez appréciable que Dante ne combattra pas les même ennemis que Nero aux mêmes endroits.

Et Nero la dedans ?

Dans cet épisode (et c’est une première pour la série) on ne dirigera pas Dante (en tout cas pas tout le temps) mais Nero. Ce jeune loup de Fortuna est pourvu d’un bras démoniaque appelé "Devil Bringer" qui outre de lui conférer une force surhumaine lui permettra d’atteindre des lieux inaccessibles via le simple saut, de chopper des ennemis ou bien encore d’activer certains objets...

Il dispose également d’une épée appelée Red Queen (que l’on peut charger afin d’être plus puissant) et d’un flingue appelé Blue Rose.

JPEG - 86.8 ko
Faut pas l’enerver lui...

Au cours du jeu vous récupérerez divers types d’orbes et d’artefact : les orbes rouges pour pouvoir acheter des objets, les orbes vertes pour pouvoir vous guérir, les âmes fières pour acquérir de nouvelles capacités...

Sur ce dernier point (les âmes fières), sachez que les compétences ne sont pas "figées", c’est à dire que si l’envie vous prend d’abandonner telle ou telle aptitude il vous suffira de vous faire remboursez vos âmes fières afin d’acheter une technique plus onéreuse.

Cela vaut à la fois pour les aptitudes physiques (double saut, speed...) et pour les améliorations des armes (nouveaux combos, armes feu plus puissantes...)

Ce système permet au titre de Capcom d’offrir une grande variété d’action (déjà conséquente de base, surtout lorsque l’on joue avec Dante) et par ce biais d’échapper à la monotonie des combos et coups spéciaux, ce que l’on reproche beaucoup aux beat them all.

JPEG - 97.8 ko
Nero aussi aime les gros flingues !

Sans oublier Dante...

Il a fier allure le fils de Sparda...c’est le moins que l’on puisse dire !

D’une maniabilité exemplaire, c’est le perso le plus abouti que j’ai pu voir dans un beat them all ! Jugez plutôt :

- 4 styles de combats différents et tous efficaces (Trickster pour les esquives, Royal Guard pour la défense, Swordmaster pour le corps à corps et Gunslinger pour le tir)

- 1 épée, 3 guns, 1 valise multi-usage (vous comprendrez en l’essayant...), des artefacts dévastateurs...

On a vraiment le choix pour dézinguer les démons !!! D’autant plus que chaque style est directement sélectionnable par le biais de la croix du pad, vous pouvez donc mixer les styles lors de vos combos...grisant !

Cependant une fusion Swordmaster-Gunslinger et Royal Guard-Trickster aurait été la bienvenue car on se mélange souvent les pinceaux et on ne développe pas à fond tel ou tel style...

Que ce soit Nero (moins complet mais tout aussi stylé) ou Dante, le plaisir de jeu est en tout cas immédiat et on ne se lasse pas d’user et d’abuser des multitudes de possibilités offertes par le jeu ! Chapeau Capcom !

Devil May claque le retour

Si le fond du jeu impressionne (mise en scène extra, environnement variés, possibilités de gameplay proche de l’infini...), la forme l’est tout autant !

Les graphismes sont somptueux (on regrettera une gestion des ombres chaotiques sur certains passages ce qui choque un peu pour un jeu de 2008), les effets spéciaux pleuvent littéralement, le level design est super bien pensé et pour couronner le tout le jeu ne souffre de presque aucun ralentissements (observés seulement lors de combats dans la foret), il suffit de voir les combats dantesques (pardonnez moi mais c’était trop facile...) contre les boss pour se rendre compte de l’extrême fluidité du jeu !

JPEG - 126.2 ko
Des environnements magnifiques
JPEG - 119.3 ko
Des boss gigantesques

La bande son n’a pas été mise de coté non plus et à l’image de la musique d’intro, c’est un vrai bonheur ! Mêlant symphonie gothico-classique et rock nerveux (pas toujours de très bon gout...) on est bien plongé dans l’ambiance et ce tout au long du titre.

Quant au gameplay, c’est du made in Capcom et tout s’enchaine avec style et facilité...les combos sortent du premier coup et les différents mécanismes sont assimilables rapidement. Parfois il arrive de sortir un truc dément sans pouvoir comprendre comment on a fait mais avec de la pratique on sort ce que l’on veut au moment opportun.

JPEG - 108.6 ko
Un passage innatendu mais bien fun !

Cependant l’action ne jouira pas toujours d’une lisibilité exemplaire, due à quelques légers problèmes de caméra (que l’on peut néanmoins orienter via le stick droit)

A quand la suite ?

La série Devil May Cry réussit donc avec brio son entrée dans la New Gen, on notera cependant des problèmes d’ombres et de caméra mais rien de grave comparé aux nombreuses qualités du titre !

Grandiose mais moins impressionnant qu’un God of War (et ce même si Dante dégage un charisme hallucinant) Devil May Cry 4 s’inscrit dans les jeux qui marquent le joueur en lui offrant toujours plus de spectacle, de possibilités et de fun.

Cependant les fans de la première heure aurait préféré quelques révélations d’un point de vue scénaristique plutôt que d’un simple épisode de transition où les persos comme Trisch sont relégués au second plan...A suivre pour Devil May Cry 5 !


NOTE : 08/10