Consoles-Fan
20/04/2018

Auteur
  

2926 articles en ligne

 
The Club
J’esp
n’est pas trop ch

Les cr

Techniquement, The Club impressionne mais plus par son animation infaillible que par ses graphismes comparables à ce qu’on trouve dans les productions actuelles. Cette fois-ci, il n’y a pas de surenchère graphique, c’est juste très beau (perfect pixel) et c’est déjà pas mal mais par contre, cette fois-ci, ça ne rame pas : le jeu est super fluide. Et là, il faut bien avouer que sur cette génération de console, les programmeurs ont du mal à atteindre les 60 images par seconde. C’est donc devant un constat de confort visuel que s’ouvre le test de The Club.

La réalisation c’est bien, mais sans gameplay efficace ou sans principe de jeu intéressant, on ne va pas bien loin. Ce n’est pas le cas de The Club qui innove en proposant un jeu d’action à la troisième personne qui, par son principe de score attack, vous oblige à être sur le qui-vive. Vous allez devoir vous donner à 100% sur chaque épreuve et c’est franchement grâce à cela que The Club est génial. C’était tellement évident qu’on se demande pourquoi personne n’y avait pensé avant. Dans The Club, il va falloir tuer mais il va surtout falloir le faire avec style. Ainsi, lorsque vous tuez un adversaire, vous allez marquer des points qui vont dépendre de la distance et de la place de l’impact. De plus, une ligne de combo se déclenche et vous gagnerez encore plus de points si vous tuer d’autres ennemis dans le temps imparti. De ce fait, vous êtes obligé de foncer : The Club ne fait peut-être pas dans la finesse, mais donne en tous cas des sensations intenses. Cela n’arrête pas. Vite à gauche, il faut tirer dans le panneau en forme de crâne. Oh, là, un autre panneau : mais c’est un crâne caché ! Mince, des ennemis sur la droite et un autre à l’étage. Headshot ! Mais qu’est-ce que c’est fun, et bien pensé !

Comme la qualité de votre visée influence votre score, il n’y a évidemment pas d’aide à la visée. Aussi, pour ne pas rendre le jeu frustrant, le déplacement du curseur est assez lent, histoire de gagner en efficacité et de bien ajuster le tir. Ce choix est d’autant plus volontaire que Bizarre Creation a bien compris qu’il y avait un revers à la médaille puisqu’il n’est pas possible de faire de rotation très rapide avec le stick analogique. Il y a donc un bouton de volte-face qui pallie à ce problème. C’est aussi en voyant ce désir de haute précision qu’ont souhaité les développeurs que l’on comprend pourquoi sortir le jeu avec un framerate très élevé était une obligation. Sans cela, un tel degré de précision aurait été impossible et l’intérêt du jeu aurait été très discutable.

Certains lui reprocheront son aspect par coeur ou bien au contraire, l’adoreront pour ça. Chaque stage est un circuit, ce qui nous change du FPS classique. Mais justement, cela permet aussi au joueur de foncer et de bien s’amuser sans connaître pour autant tous les emplacements des crânes. A vous de voir à quel niveau de jeu vous souhaitez arriver mais il n’y a en aucun cas d’obligations, ainsi, The Club arrive vraiment à s’adapter à tous types de joueurs.

The Club vous propose plusieurs environnements divisés en plusieurs stages. Ceux-ci sont revisités de différentes manières via différents circuits qui s’entrecroisent comme dans PGR. Cependant, les parcours sont fléchés. The Club est donc idéal pour les gens qui se perdent dans les FPS. Oui, aujourd’hui, ils ont aussi le droit de s’amuser !

Il est possible de passer à une vue à la première personne pour ajuster son tir mais pour ma part je trouve que cela nous place en position vulnérable. Cependant, pour certaines missions où on est tout de même confiné dans un espace réduit, cela peut être utile. Car oui, il y a pas mal de style de missions différentes même si d’un environnement à l’autre, ce sont les mêmes idées qui reviennent. Ainsi, il faudra aussi parfois se battre contre le temps en pensant à ramasser et à tirer sur les icônes "chronomètre" qui vous donnera un peu de temps en rab. Dans ce type d’épreuve, il faudra même effectuer plusieurs tours d’affilée. Décidemment, l’influence de PGR est partout.

Graphismes : 82%
Très propre sur lui mais guère original.

Animation : 88%
La fluidité apporte un vrai confort dans ce genre de jeu.

Bande Son : 72%
A part la voix agaçante du secrétaire que j’étranglerais bien, ça va.

Intérêt : 92%
Un concept original qui devrait plaire à ceux qui aiment les jeux 100% action à la Outtrigger.

Note Globale :88%
The Club étonne, The Club ravit.


NOTE : 08/10