Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Condemned 2 : Bloodshot
Si tu as peur
faut pas sortir tout seul le soir

Les suites de jeu, c’est toujours tr

Techniquement parlant, Condemned accuse un peu son âge et c’est tant mieux puisque vous en aurez donc déduit que Condemned 2 est donc encore plus beau que le premier. La modélisation des décors a vraiment énormément été améliorée à jeu de texture égal et il était déjà de très grande qualité avec son bump mapping étourdissant. La fluidité est aussi au rendez-vous, en tous cas pour ce niveau de détail puisqu’on frôle les 60 images par seconde.

Le jeu reprend à peu près là où on avait laissé Ethan Thomas, 11 mois se sont juste écoulés. Ethan Thomas nous montre à présent un profil torturé et déséquilibré : son delirium tremens semble permanent. Son look grunge, son visage d’une pâleur maladive et ses cheveux sâles lui donnent un look d’anti-héros des temps modernes.

Si le jeu se présente sous la forme d’un FPS, ce sont essentiellement les poings et les armes de poings qui seront à l’honneur même s’il y a un peu plus d’armes à feu que dans le premier opus : ce n’était pas dur. De nouvelles armes originales font leur apparition comme les quenouilles de lit et les lunettes de WC.

Si Condemned suit clairement les traces de son prédécesseur, il arrive à mieux faire à tous niveau. La variété des stages est tout simplement incroyable. Alors que le jeu est sombre et glauque et que l’on pourrait donc croire que tout se ressemble, Monolith arrive à nous balader dans les endroits les plus dépaysants qui soient : vous visiterez par exemple un musée, un chalet retiré dans la montagne enneigée, une salle de bowling ou encore un théâtre de magie sans perdre de cohérence scénaristique.

Lorsque vous arrivez sur le lieu du crime, la phase d’investigation n’est plus autant automatisée. Les enquêtes sont donc plus profondes et feront appel à votre jugeote, votre perspicacité, votre sens de l’observation et parfois même à votre capacité à prendre rapidement les bonnes décisions. Par exemple, vous devrez identifier la personne, établir la raison du décès, déduire si le corps a été déplacé, analyser la forme de la tache de sang. Lors des interrogatoires, vous devrez répondre correctement aux questions en fonction des faits que vous aurez pu observer. Votre culture générale vous sera aussi d’un grand secours pour établir de bonnes déductions.

Le gameplay paraît très bourrin mais pour bien vous en sortir, il faudra comme dans le premier épisode adapter un bon timing lors des combats. Ceux-ci sont nettement plus poussés, avec plus de coups et de combos. Si vous êtes suffisamment discrets, vous pourrez attaquer votre cible par derrière et l’immobiliser sans qu’il n’aie eu le temps de réagir. Pour se faire, déplacez-vous lentement afin de ne pas faire de bruit.

Jouez à un film

Avec sa mise-en scène cinématographique, Condemned 2 en profite pour installer l’effroi à votre domicile. Je ne souhaite pas tout vous révéler ici de peur de vous gâcher le plaisir mais il y a vraiment des effets piqués au cinéma d’horreur et qu’il suffisait d’adapter au jeu vidéo. Mais le sentiment d’immersion est tellement plus grand que le simple visionnage d’un film que l’effet est décuplé. Ma rencontre avec un ours qui voulait juste me dévorer est assez mémorable. Le jeu vous indique de prendre vos jambes à votre coup et vous ne vous faite pas prier, en espérant juste de ne pas vous retrouver coincer dans une impasse. Vous courrez en renversant tout sur votre passage, sans réfléchir, la peur au ventre, en vous fiant juste à votre instinct. Et pour vous rajouter la pression qu’il faut, la moindre erreur vous fait finir dans l’estomac du gros nounours. Autre exemple : vous aimez les mannequins qui se déplacent tout seuls et qui ne sont jamais au même endroit chaque fois que vous vous retournez ? Moi non plus !

Condemned 2 met la barre très haut, c’est certain, on rentre dans le jeu pour n’en ressortir qu’au générique de fin. Grandiose, appeurant, théâtral, magistal, emphatique, scotchant, Condemned 2 est une réussite sur toute la ligne. Un conseil, si jamais ce n’était pas encore fait, procurez-vous les deux épisodes et vous irez jouer à Silent Hill, Resident Evil et Fatal Frame pour vous détendre.

Graphismes : 93%
Des stages énormes et vraiment très variés, ce qui est sans doute le plus étonnant dans ce type de jeu très sombre et glauque.

Animation : 82%
Une belle prouesse technique dans l’ensemble mais quelques petites baisses de framerate sont à signaler, rien de bien dérangeant.

Jouabilité : 95%
Gameplay très varié et abouti, proposant moultes idées : un exemple à suivre.

Bande Son : 98%
Il y a des gens dans ma maison là, c’est pas possible...

Intérêt : 98%
Enquête, action et angoisse sont au coeur de ce jeu génial.

Note Globale : 96%
Condemned 2 est une sacrée grosse claque tant dans sa construction synoptique que sa réalisation : du très grand art.


NOTE : 09/10