Consoles-Fan
23/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3015 articles en ligne

 
Ikaruga
Le seigneur des shoot-them-ups
de retour en haute d

Envie de vous prendre, apr

Ce manic shooter très coté par les collectionneurs et dont la difficulté est désormais célèbre repose sur le concept qui avait déjà été une belle réussite pour Silhouette Mirage du même éditeur, à savoir l’alternance de couleur : dans ce cas-ci, le blanc et le noir. Lorsque vous tirez en blanc, vous êtes insensible aux tirs ennemis blancs. Il en va de même pour les tirs noirs. Vos tirs blancs éliminent plus facilement un ennemi noir que vos tirs noirs ont moins d’effets. L’inverse est aussi vrai. Du coup, on se retrouve avec une multitude de combinaisons possibles et votre attitude va tenter d’optimiser votre configuration de couleur afin de joueur efficacement. Parfois il faudra choisir radicalement la couleur opposée mais parfois il faudra jouer la prudence pour passer entre les tirs ennemis. Je me suis fixé des challenges intéressants à ce propos comme n’utiliser que des tirs d’une même couleur sur toute une partie tout en m’autorisant le changement de couleur du vaisseau car certains passages seraient impossibles à traverser. Il y a donc un petit aspect puzzle game - réflexion qui vous impose, en plus de suivre une action frénétique, à utiliser la bonne couleur au bon moment.

Mais si vous êtes un adepte du scoring, nul doute que le changement optimisé de couleur fera partie de votre quotidien. C’est d’ailleurs ici qu’il faut que je vous parle des chains puisque si vous parvenez à détruire des ennemis d’une même couleur d’affilée, avec un maximum de 8, vous parviendrez à faire exploser votre score. Bien entendu, cela demande un peu de par coeur, mais qui va se plaindre de revoir encore et encore cette merveille technique dotée d’une mise en scène éclatante ?

L’adaptation du jeu est très réussie, il propose aux joueurs un mode tate mais offre aussi la possibilité aux joueurs qui ne souhaitent pas retourner leur écran un mode 16:10 avec la possibilité de zoomer. Possibilité somme toute assez inutile car le joueur y perdre en visibilité.

Les musiques sont grandioses et emmènent le joueur dans un voyage unique aux couleurs chaudes. Les décors sont d’une beauté indescriptible (ça m’arrange de vous dire ça comme ça je ne dois pas les décrire), sans doute les plus beaux jamais vus dans le genre, d’une propreté impeccable et d’une précision insolente. Ikaruga, c’est à la fois un grand spectacle, un shoot au challenge élevé et un aspect puzzle game très prononcé qui en font encore aujourd’hui une des références. Mais quand on s’appelle Treasure, c’est bien connu, on fait dans le durable.

Graphismes : 97%
Une réalisation exceptionnelle

Animation : 97%
60 images par seconde et pas un ralentissement accompagnent des mouvements de caméra ébouriffants.

Jouabilité : 93%
Un mélange détonnant de manic shooter mélangé à un principe très puzzle game.

Bande Son : 90%
Excellente mais moins réussie que celle de Radiant Silvergun à mon goût.

Intérêt : 94%
On ne présente plus Ikaruga, reconnu comme l’un des meilleurs shoots de tous les temps au même titre qu’un Soldier Blade, un Gate Of Thunder, un Thunderforce IV ou un Radiant Silvergun.

Note Globale : 95%
Enfin un Ikaruga en plus en HD et disponible pour quelques euros afin qu’il soit accessible à tous.


NOTE : 09/10