Consoles-Fan
11/12/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3056 articles en ligne

 
J’Ai Toujours R
Mais quand je me r

Film

Le film commence très bien avec le duo Edouard Baer et Anna Mouglalis confronté à l’occasion d’un braquage improbable. Certes, l’histoire est truculente et absolument divine d’absurdité et de dérision.

Mais ce n’est sans doute rien aurpès de la deuxième histoire qui nous présente deux kidnappeurs ratés dans le besoin qui enlèvent une jeune adolescente suicidaire. Les deux larrons ne sont autre que Bouli Lanners et Serge Larivière qui ont chacun un rôle très complémentaire à pleurer de rire.

Puis, ça se gâte tout de même légèrement avec la confrontation assez courte d’Arno et d’Alain Bashung. Je pensais pourtant qu’on allait être servi avec ces deux personnages mais même si le moment de vie est excellent, le concept s’essouffle déjà.

La quatrième histoire n’arrange rien. Elle met en scène des vieux gangsters qui aimeraient bien refaire un casse comme au bon vieux temps. Les acteurs sont très bons mais l’histoire n’est franchement pas aussi rythmée que les précédentes. Rideau.

Cependant, J’ai toujours rêvé d’être un ganster s’en tire avec une moyenne plus qu’honorable. Les bons moments sont vraiment très nombreux et certains dialogues dignes du niveau d’un Dikkenek ou C’Est Arrivé Près De Chez Vous. Dommage que ce film n’aie pas été plus équilibré. Il démarre vraiment en trombe et nous abandonne sur un goût de “mais j’en voulais encore moi !”.


 R