Consoles-Fan
16/07/2018

Auteur
  

2984 articles en ligne

 
Heroes Of Ruin
Un Diablo-like po(r)table... ?

Il faut bien l’avouer, l’âge d’or du Hack’n’Slash est révolu : si la sortie récente de Diablo III essaie de nous faire croire le contraire, il n’en demeure pas moins que pour les amateurs de loot et d’XP, la génération actuelle est bien maigre en jeux du genre. C’est dans ce contexte que sort Heroes of Ruin sur 3DS, bien décidé à nous donner notre dose de monstres à dézinguer dans des donjons.

JPEG - 48 ko

Heroes of Ruin nous amène donc dans un monde qui a frôlé la destruction. Seule une ville continue de résister, et il vous faudra donc protéger celle-ci de nombreux danger. Pour cela, libre à vous d’incarner quatre personnages au style bien différents : l’Alchitecte, une magicienne capable d’utiliser autant des sorts de soutien que de d’attaque. Le Rugisseur est un homme-lion spécialisé dans le corps-à-corps et les soins, alors que Pistolero se contentera de tirer à gogo sur tout ce qui bouge de loin. Enfin, le Sauvage est une montagne de muscles qui est capable de tanker à lui tout seul une armée d’ennemis.

JPEG - 47.4 ko
screen2

Le jeu prend donc la forme d’un Hack’n’Slash, à savoir un RPG très orienté action : l’aventure est décomposée en donjons qu’il faudra explorer de fond en comble afin d’en éliminer monstres et boss pour avancer au donjon suivant. Votre héros est vu de dessus, ce qui vous permet de voir arriver les (nombreux) ennemis, même si la caméra aurait gagné à être un peu plus loin du héros : le zoom trop important empêche de voir les ennemis arriver, chose peu gênante pour les spécialistes du corps à corps, mais bien plus embêtant pour les personnages censés agir à distance. Dommage, car cela force donc des archétypes peu orthodoxes, comme le combat au corps-à-corps avec , discipline qu’elle peut étonnament bien maîtriser grâce à quelques skills assez honteux (le drain de vie sur chaque coup critique en tête).

JPEG - 50.1 ko

Car c’est sûrement là peut-être un défaut paradoxal d’Heroes of Ruin : les héros sont forts. Peut-être trop. Résultat, le jeu offre un challenge relativement corsé, mais rien d’insurmontable du moment que vous faites les bons choix dans vos compétences. Les donjons s’enchaînent, et se ressemblent, même si quelques quêtes annexes essaient de vous amener à y passer un peu plus de temps. Autre problème du titre : sa prise en main. Au problème de la caméra bien trop proche (et non orientable de surcroit) déjà mentionné s’ajoute celui des skills utilisables : certes, la 3DS ne dispose pas de quantité de boutons, mais réduire à 3 skills accessibles limite dramatiquement les possibilités. Ironiquement, on remarquera que c’est déjà le reproche majeur adressé à Diablo III, qui pousse à se contenter de trouver une association de skills optimale et s’en contenter pour le reste de l’aventure.

JPEG - 47.9 ko

Heureusement, Heroes of Ruin s’en sort grâce à une autre performance : sa partie online. En plus de proposer de jouer en local via Wifi avec ses amis, le jeu a aussi et surtout l’excellente idée de penser à se doter d’une grosse partie en ligne. Entre amis ou avec des inconnus, le jeu permet à quatre joueurs de faire l’aventure en équipe, de s’échanger des objets, et propose en prime un système d’exploits, renouvellés chaque jour pour certains tandis que d’autres s’étalent sur une semaine. Bref, du contenu bien riche pour compenser les errements dans le gameplay...et après tout, les jeux du genre sont rares, on ne fera donc pas les difficiles.

Graphismes : 13/20

Plutôt bien fichu graphiquement, Heroes of Ruin souffre malheureusement de lourdes chutes de framerate et d’animations parfois un peu foireuses. Les effets 3D sont plutôt discrets, mais ont le mérite d’exister. Néanmoins, on aurait souhaité une plus grande variété dans les environnements.

Gameplay : 14/20

Plutôt classique pour un hack’n’slash, Heroes of Ruin s’en tire bien sur ce plan. On regrettera simplement l’impossibilité d’éloigner la caméra de l’action, ce qui limite franchement le champ de vision lors des combats. Le système de skills aurait néanmoins gagné à être mieux élaboré, car en l’état, jongler entre les compétences en plein combat relève de l’exploit.

Bande-son : 13/20

Certains dialogues sont doublés, le reste doit être lu. Côté musiques, le titre dispose de quelques thèmes sympathiques et d’autres plus discrets.

Scénario : -/20

Etrange résultat que l’histoire d’Heroes of Ruin : l’univers semble avoir un background riche, mais celui-ci n’est jamais qu’effleuré et évoqué, sans jamais le creuser vraiment...

Durée de vie : 17/20

Comptez une bonne dizaine d’heures pour voir le bout du jeu. Ajoutez à cela un multijoueur très bien fichu en ligne comme en local, et une bonne rejouabilité pour quiconque veut voir ce dont est capable les quatre classes du jeu, et vous obtenez un titre vraiment long pour une console nomade.

Conclusion : 7/10

Le genre du Hack’n’Slash étant très peu représenté de nos jours, Heroes of Ruin se retrouve seul sur 3DS à proposer une telle expérience. Malgré quelques défauts entravant un peu la jouabilité, le titre devrait donc trouver son public auprès des amateurs du genre.


NOTE : 07/10