Consoles-Fan
20/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2926 articles en ligne

 
Dragon Ball Z For Kinect
Ka...mé...ha...mé...mé...
Mais tu vas marcher, oui ?!

Si un manga a été usé jusqu’à la moelle en adaptations vidéoludiques, c’est bien Dragon Ball Z : l’animé d’Akira Toriyama a eu droit à d’innombrables versions consoles, depuis la Nintendo première du nom jusqu’à aujourd’hui. Et pourquoi ne pas enfin se mettre dans la peau de Goku avec l’aide de la reconnaissance de mouvements ? Si l’idée partait d’un bon sentiment, le résultat, lui…

JPEG - 71.5 ko
Les ennemis emblématiques de Goku répondent présents. C’est déjà ça.

Dragon Ball Z for Kinect nous permet donc de revivre quelques-uns des combats menés par Sangoku et ses amis. Reprenant l’histoire depuis l’arrivée de Radditz sur la Terre jusqu’à la fin des Dragon Ball GT, le titre offre donc pour la première fois des combats en vue subjective, puisque vous incarnerez directement les combattants du jeu. Le principe est simple : devenir vous-même un Saiyan en vous agitant devant l’écran.

JPEG - 66 ko
Taper, taper, tapeeeer !

Malheureusement, si l’idée paraît rigolote sur le papier, elle l’est nettement moins en réalité : Kinect oblige, les commandes sont simples, voir minimalistes. Beaucoup trop : il suffit d’agiter les poings dans le vide très vite pour réaliser le seul combo existant. Le coup de pied se révèle plus situationnel, puisque celui-ci constitue le seul moyen de se rapprocher de son adversaire. Dans l’ensemble, le gameplay fait penser à celui de Budokai Tenkaichi : poursuites, principe de distance (si les deux adversaires sont éloignés, ils passent automatiquement aux attaques énergétiques), mais en beaucoup plus mou et moins lisible. De plus, les attaques spéciales sont une vraie plaie à faire : alors que les mouvements demandés sont basiques, celles-ci ont du mal à être reconnue par kinect. Résultat, on se retrouve régulièrement à ne plus rien faire en plein combat alors que l’autre continue de nous asséner des coups…

JPEG - 48.8 ko
Faire un Kaméhaméha paraît évident...sauf pour Kinect.

Du coup, on se contente bien souvent de massacrer l’adversaire à grands renforts de coups de base, en espérant placer un coup chargé permettant de lancer une poursuite. Plus efficace, cette méthode est aussi terriblement lente et répétitive, à s’en écoeurer du jeu. "Heureusement", il semblerait que Namco Bandai est compris qu’il valait mieux pas faire durer le "plaisir" en offrant au titre un contenu famélique : vous verrez le bout du jeu en une quinzaine de combats, et aucun mode multijoueur ne vient compléter cela. Décevant.

JPEG - 53.3 ko
Vegeta ! Que dit Kinect sur son niveau d’imprécision ?!
- It’s over NINE THOUSAAAAAAND !

Graphismes : 7/20

Autant pour un remake HD, le rendu serait acceptable, autant pour un jeu inédit, un petit effort serait le minimum : Dragon Ball Z for Kinect offre un rendu visuel en-deça de tous les jeux Dragon Ball sortis sur la génération actuelle. Dur à avaler.

Gameplay : 6/20

Entre la reconnaissance plus que foireuse de Kinect, et la terrible répétitivité des combats, le soft parvient à lasser dès la première baston tant il s’avère répétitif dans son déroulement. Dommage.

Bande-son : 14/20

Les voix jap’ et US sont là, ainsi que plusieurs des thèmes cultes de l’animé.

Durée de vie : 7/20

Entre la répétitivité des combats et son mode histoire totalement famélique, le jeu n’a pas franchement d’arguments pour retenir le joueur. A note ceci dit que le jeu inclut le dernier OAV en date de Dragon Ball, à savoir un épisode inédit relatant l’origine des Super Saiyans.

Scénario : -/20

Les combats s’enchaînent simplement dans l’ordre chronologique de l’animé. C’est tout, ou presque.

Conclusion : 6/20

Court, atrocement répétitif, pas bien joli et inintéressant. Les reproches ne manquent pas à l’encontre de Dragon Ball Z For Kinect. On se retrouve à s’agiter mollement des bras devant l’écran et on espère que le système reconnaîtra nos postures pour les attaques spéciales, sans même vraiment savourer le plaisir de réaliser un Kaméhaméha dans son salon. Dommage…


NOTE : 03/10