Consoles-Fan
21/06/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2958 articles en ligne

 
Guild Wars 2
La guerre des guildes...
Est de retour !

Après un premier épisode très apprécié des joueurs, Guild Wars revient pour un second opus beaucoup plus ambitieux : totalement orienté MMORPG, le titre ambitionne de prendre la place des MMO du moment, et pourrait bien y arriver vu le résultat au final. Explications…

Guild Wars 2 nous ramène donc des années après dans l’univers déjà dépeint dans le premier opus. Aux commandes de votre avatar, créé au choix parmi les différentes races et classes du jeu, il vous faudra alors partir explorer le monde tout en suivant un scénario propre à votre héros. Pas de panique : le jeu reste un MMORPG, et l’histoire sera fonction simplement d’une poignée de critères que vous fixerez lors de la création de votre héros.

JPEG - 72.2 ko
Bienvenue au Promontoire Divin, un des (très jolis) points de départ du jeu !

Premier changement majeur comparé à Guild Wars premier du nom : le jeu passe officiellement au statut de MMORPG. Alors que le premier opus se déroulait essentiellement en instances, ici, seuls les donjons et la quête principales se feront dans des sessions à part. Pour le reste du temps, vous serez entièrement libre d’explorer la vaste map du jeu, et ce, en partant de n’importe laquelle des quatre villes de départ. Mais contrairement à d’autres MMO incitant au farming sur une zone restreinte, Guild Wars 2 fait tout pour inciter les joueurs à la mobilité : en plus d’obtenir des bonus d’XP en découvrant de nouvelles zones, l’intégralité de la map est truffée de choses à découvrir : points de vue, quêtes, défis permettant de gagner des points de compétences…au total, une bonne cinquantaine d’activités par zone de jeu est à votre disposition, et à celles-ci s’ajoutent les évènements ponctuels, survenant dans un endroit précis de manière spontanée.

JPEG - 75.7 ko
La carte du monde vous le fera vite comprendre : Guild Wars 2 est grand. TRES grand.

Qui dit MMO dit bien sûr entraide, et celle-ci se ressent plus que jamais dans Guild Wars 2 : le jeu récompense systématiquement tous les joueurs plutôt que le premier arrivé. Ainsi les quêtes sont assignées par un PNJ à une zone donnée. Il est rarement utile de s’inquiéter d’aller voir le PNJ : sitôt dans la zone, une barre de progression vous indique où vous en êtes de votre mission. Celle-ci comporte bien souvent 3 à 5 objectifs différents afin de varier le temps de votre séjour dans la zone : ramasser un objet, éliminer un ennemi particulier, désarmer des pièges…même les quêtes génériques ne sont pas si rébarbatives ! Les events viennent également relever cela par leur survenance de manière semi-aléatoire : régulièrement, les mêmes évènements se reproduisent, permettant à n’importe qui d’y participer. Mieux vous y prenez part, plus vous serez récompensés à la fin de l’épreuve.

JPEG - 74.8 ko
Les décors sont vraiment beaux pour un MMO.

En plus de cette large partie exploration de l’intégralité des zones de jeu, le titre fait aussi la part belle aux instances. On retrouve alors un système très proche de Guild Wars premier du nom avec ces donjons, puisque le nombre de joueurs y est alors limité à cinq. Scénarisés, ces donjons seront l’occasion de cogner sur des ennemis bien plus puissants qui inciteront au travail d’équipe, avec même des boss originaux, comme deux amants qu’il faut s’efforcer de séparer, faute de quoi les deux boss deviennent alors surpuissants. Il faudra donc adapter sa stratégie à chaque boss et chaque ennemi, et surtout ne pas hésiter à collaborer avec les autres.

JPEG - 62.4 ko
Votre niveau étant toujours rétrogradé à celui de la zone en cours, même les monstres de bases resteront un défi, évitant le farming bête et méchant.

Néanmoins, les fanatiques de MMO risquent bien d’être surpris par une étrange absence du côté des possibilités de classes personnages : en effet, si l’on retrouve les habituels "Damage Dealers" (capables d’infliger de lourds dommages mais d’en encaisser très peu), les "Tanks" (nommés ainsi pour leur défense et leur quantité de PV), les mages lanceurs de sorts ou les héros se servant d’invocations pour s’aider au combat, le grand absent de Guild Wars 2 est le soigneur. En effet, aucune classe ne semble avoir été conçue comme une classe de soin. Résultat, le jeu offre un équilibre vraiment inédit : en l’absence de skills de soins à rechargement rapide, il faudra utiliser ceux-ci judicieusement, et l’esquive prend beaucoup plus de sens.

JPEG - 61.9 ko
Les combats sont vraiment dynamiques, surtout que certaines classes peuvent faire appel à des alliés.

Enfin, on félicitera aussi et surtout les équipes d’ArenaNet pour un argument massif : le suivi. En effet, là où les autres jeux du genre se contentent de correctifs de gameplay, les patchs successifs de Guild Wars 2 amènent purement et simplement de nouvelles zones entières à explorer. L’occasion de découvrir évènements, quêtes et autres joyeusetés temporairement ou même parfois de manière permanente. L’idée, excellente, est d’autant plus bienvenue que le jeu ne demande que l’achat pour fonctionner. Certes, on pourra reprocher au titre de faire une place aux achats via argent réel, mais ceux-ci sont loin d’être indispensables pour prendre son pied dans l’univers, et c’est tant mieux.

JPEG - 79.6 ko
Les menus sont plutôt austères, mais pratiques.

Graphismes : 18/20

Guild Wars 2 fait clairement partie du haut de gamme des MMORPG en termes de graphismes : même en qualité minimale, le jeu se révèle très joli et agréable à jouer, tout en étant pas si gourmand que cela. Côté animations et effets spéciaux, le jeu peut se vanter également d’offrir une belle variété, tout particulièrement quand on pousse tous les indicateurs graphiques au maximum.

Gameplay : 19/20

Etonnament dynamique pour un MMO, Guild Wars 2 peut se vanter d’avoir trouvé un excellent équilibre dans ses combats malgré l’absence de la sacro-sainte classe de healer. Ajoutez à cela d’innombrables possibilités de PvP, de PvE et de Monde contre Monde L’exploration n’est pas non plus mise de côté, tout comme la personnalisation des skills et compétences du perso. Le craft mérite aussi d’être mentionné, ainsi que les mini-jeux et quelques à-côtés bien sympathiques. Le tout évite en prime le piège du farming en amenant une multitude d’events qui permettent de se distraire très efficacement.

Bande-son : 18/20

Les musiques sont évidemment très typées heroic-fantasy, mais donnent très souvent dans l’épique, pour notre plus grand régal. Le doublage français intégral est d’une qualité épatante, aidant à se plonger dans ce monde.

Durée de vie : 19/20

Comptez des jours de jeu entiers si vous comptez atteindre le niveau 80….et des jours encore pour tout voir de Guild Wars 2. Le système incite également au farming pour le craft, mais aussi à l’exploration pour débloquer des items exclusifs. De plus, des succès sont également présents et récompensent généreusement les joueurs, et certains d’entre eux se renouvellent quotidiennement et mensuellement ! Enfin, les développeurs ont déjà et rajouteront encore des zones à l’occasion d’events.

Scénario : 16/20

Si l’intrigue principale reste très générique et peu modifiable par vos choix de dialogues, l’ensemble reste néanmoins très cohérent, avec de nombreux dialogues. De plus, la cohérence et la scénarisation des quêtes et évènements (certains s’enchaînant ou s’imbriquant de manière parfaitement logique) renforce l’envie de tout voir de ce monde.

Conclusion : 19/20

Non seulement Guild Wars 2 s’avère massif et monstrueusement riche en possibilités et en joueurs, mais en plus, l’équipe d’ArenaNet offre au titre un suivi exceptionnel. Faisant partie du très haut de gamme du MMORPG, celui-ci devrait être un indispensable pour quiconque aime les RPG en ligne. Profitez-en, le jeu ne demande même pas d’abonnement !


NOTE : 10/10