Consoles-Fan
16/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Metal Gear Solid V : The Phantom Pain
Pour se venger...
Snake devient un démon.

Metal Gear. Si une série a toujours su faire frémir lors de ses annonces, c’est bien cette série, relancée sur la Playstation première du nom. Mais alors que Metal Gear Solid 4 et Metal Gear Rising montraient un futur très technologique, Metal Gear V nous ramène dans un univers plus terre-à-terre, archaïque...et brutal. Premier tour d’horizon...

JPEG - 39.2 ko
Big Boss a fortement souffert des combats.

Le plus important pour commencer : replacer ce cinquième opus dans la chronologie Metal Gear. On se retrouve ici à nouveau aux commandes non pas de Solid Snake, mais de celui qui est plus connu sous le nom de code de Big Boss. L’action se déroule en 1984 en Afghanistan, après les évènements qui seront détaillés dans Metal Gear Solid : Ground Zeroes (dont l’on ignore encore s’il sera inclus dans MGS V ou vendu à part). Naked Snake est devenu Punished Snake, une véritable légende des forces spéciales, mais abandonné et trahi par tous. Vieilli, Snake est également diminué physiquement : suite aux innombrables combats, l’homme y a perdu un bras et une jambe, remplacé par des prothèses mécaniques...

JPEG - 55.3 ko
Kaz Miller et Snake sont dans un sale état...mais prêts à en découdre.

L’aventure se passe donc au Moyen-Orient, dans un contexte toujours de Guerre Froide. L’occasion pour la série d’Hideo Kojima de prendre plus que jamais ses aises, avec un univers open-world : adieu les complexes à infiltrer constitués de couloirs, il va falloir cette fois se faire à de vastes environnements ouverts. Pour se déplacer, il faudra compter sur les différents moyens de déplacements : chevaux, voitures, tanks...les possibilités sont variées, et il ne faudra pas hésiter à en abuser. A noter la possibilité également de se faufiler dans les véhicules pour se laisser conduire à destination par des gardes qui ne réaliseront que trop tard qu’ils ont fait entrer un loup dans une bergerie. A noter qu’il faudra également composer avec les facteurs météorologiques et temporels : infiltrer une petite base ennemie prise dans une tempête de sable ou en pleine nuit sera forcément plus facile qu’en plein jour.

JPEG - 77 ko
MGS V sera le premier Metal Gear en open-world.

Toujours du côté de l’infiltration, les équipes de Konami ont revu bien des aspects du jeu, à commencer par les déplacements de Snake : plus fluides, ils sont également plus variés, avec la possibilité de sauter d’un bâtiment à un autre tel un assassin encapuchonné, ou même de plonger à couvert pour éviter d’entrer dans le champ de vision d’un garde. Les déplacements s’avèrent plus réalistes qu’auparavant, et cela se confirme également dans les mouvements de CQC (Close Quarter Combat), une des spécialités de Big Boss : il est désormais possible de désarmer un adversaire pour récupérer son arme et d’administrer, à lui et ses petits camarades, quelques balles de son propre flingue !

JPEG - 40.7 ko
L’infiltration de nuit s’annonce particulièrement intéressante et réussie.

Mais là où ce nouvel épisode surprend, c’est dans son ton, encore bien plus dur que certains des précédents épisodes : n’hésitant pas à jouer la maturité, le jeu méritera clairement son PEGI 18 lors de sa sortie chez nous. Si MGS 1 parlait des conséquences du nucléaire, et MGS 2 des manipulations génétiques, cet opus fera la part belle à l’horreur des conflits de l’époque dans ces régions : gamins faisant office de bombes, enfants soldats...l’ambiance n’est clairement pas au beau fixe.

L’autre belle claque de cet opus est sa réalisation graphique : si on attendra de juger une version plus avancée (et peut-être moins retouchée) du titre, si celui-ci s’avérait sortir dans cette qualité graphique sur Xbox One et Playstation 4, l’on aurait sans aucun doute devant nous le plus beau titre de la nouvelle génération. Certes, la palme dans ce domaine pourrait être disputée par des titres comme Battlefield 4, mais le fait d’offrir un open-world aussi vaste avec gestion dynamique des lumières, du temps et de la météo impressionne franchement.

JPEG - 61.6 ko
Certains ennemis ne manquent pas de charisme...

Néanmoins, l’on attendra d’en voir davantage du titre, à commencer par le scénario : si celui-ci est vaguement évoqué par les vidéos déjà dévoilées, on en ignore encore la contenance exacte. De même, on craint un peu du côté des personnages secondaires à la vue de certains mentionnés : que viennent faire des personnages comme un mioche et une demoiselle en collant et bikinis en plein désert Afghan.. ?

JPEG - 44.1 ko
...tandis qu’on reste plus circonspect sur d’autres personnages.

Conclusion :

Superbe graphiquement, offrant un univers open-world et un gameplay visiblement approfondi sur tous les aspects, Metal Gear Solid V : The Phantom Pain s’annonce comme un des jeux marquants à venir sur la génération présente et future de console. Dur dans les thèmes abordés, le jeu promet monts et merveilles aux joueurs. Reste à voir l’application au final dans le jeu...et une date de sortie, rien n’ayant été confirmé de ce côté-là.