Consoles-Fan
16/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Ryse : Son of Rome
C’est si Rome...
...antique !

Si Crytek nous a surtout habitué à des FPS (le studio est à l’origine de Far Cry, mais surtout de la trilogie Crysis), le studio se lance cette fois dans un titre plutôt étonnant pour accompagner la sortie de la Xbox One. Voyez plutôt...

JPEG - 68.2 ko
Respect-Robustesse, Caïus Pupus.

Ryse : Son of Rome fut dévoilé pour la première fois très brièvement à l’E3 2010 sous le nom de Codename Kingdoms. Alors prévu pour être une exclusivité Xbox 360, le titre devait être un argument de vente pour Gamer de Kinect. Néanmoins, le jeu avait disparu en 2012 pour réapparaître comme exclusivité Xbox One, pour offrir à la console de Microsoft son premier Beat’em-All, et celui-ci se déroulera dans la Rome antique !

JPEG - 81.8 ko
Bienvenue en plein âge d’or romain !

Nous incarnerons donc ici Marius Titus, un général vétéran de bien des conflits. Celui-ci n’est néanmoins pas quelqu’un qui a pris l’habitude de se retrancher derrière ses troupes puisque celui-ci semble bien souvent mener l’assaut au front. En vue à la troisième personne, le titre alterne entre des phases où l’on peut commander à un peloton de soldats romains pour synchroniser celui-ci en une belle formation bien ordonnée (la fameuse tortue), et des phases de combats plus individuels qui tournent rapidement au carnage...

JPEG - 59.1 ko
Au moins, ça change du débarquement de Normandie !

Car les combats de Ryse font la part belle au spectacle : si les mécanismes de combats sont relativement simple (système de parade et de riposte), le jeu repose surtout sur son système de mises à mort. Plutôt que d’offrir quelques animations différentes, les développeurs de chez Crytek ont mis l’accent sur les possibilités. Ainsi, suivant vos ennemis et leurs positions par rapport à Titus, les mises à mort seront différemment mises en scène, mais toujours spectaculaires. Afin de renforcer le côté violent, celles-ci seront accompagnées de QTE qui ne peuvent pas amener à un échec, mais simpelement à un bonus de violence et de points si exécuté correctement.

JPEG - 56.8 ko
THIS. IS. SPARTAAAA !

Dernier mode abordé : le multijoueur. Celui-ci sera uniquement coopératif et a été sobrement baptisé "Colisée". Le principe est ici simple : vous incarnerez cette fois un gladiateur et il s’agira de satisfaire la foule venant assister aux jeux du cirque en éliminant, avec l’aide d’un ami, des vagues d’ennemis. Si le concept fait encore une fois penser au mode horde, on remarquera néanmoins la présence d’un système d’appréciation de la part du public comme des Dieux. Il s’agira donc d’enchaîner les mises à mort sanglantes, toujours selon le même principe de combos avec attaques exécutrices.

JPEG - 66.7 ko
Le mode co-op vous jettera dans l’arêne en duo.

Néanmoins, on restera sceptique vis-à-vis de ce système, justement, plutôt répétitif : en effet, les combats semblaient certes spectaculaires, mais comme toujours, l’abus de scènes précalculées et de QTE semblait nuire à la fluidité de l’ensemble en rendant les combats plutôt monotones. Enfin, on regrettera aussi que le Colisée soit annoncé jouable exclusivement en coop via le online, aucun split-screen n’étant au programme...

JPEG - 64.6 ko
Le seul endroit où un "Like" pouvait vraiment sauver une ville.

Conclusion :

Crytek semble vouloir avec Ryse : Son of Rome sortir de ses habitudes en offrant aux joueurs un Beat’em-All essentiellement basé sur des actions contextuelles. Si l’on ne doute pas de la qualité de la réalisation, on espère néanmoins le titre aboutir à un jeu moins scripté qu’il n’en a l’air, même si le mode Colisée devrait pouvoir plaire aux amateurs de challenge en duo. Reste à voir l’expérience au complet qu’offrira le titre, à sa sortie en Day One de la console.