Consoles-Fan
21/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Splinter Cell : Black List

L’ami Sam est de retour dans une aventure plus politique mais aussi moins personnelle puisqu’il n’est cette fois-ci plus question de sauver votre fille Sarah. Pour l’occasion, j’ai du coup aussi trouvé le scénario fait à l’emporte-pièce nettement moins poignant.

J’ai toujours eu du mal avec la licence Splinter Cell jusqu’au changement de cap de la série avec Splinter Cell Conviction. Avec Black List, Ubi Soft Toronto décide de maintenir le cap. Libre à vous d’être discret ou de jouer au kakou mais si vous la jouez profil bas, vous bénéficierez du système d’élimination. Cette jauge se remplit en effet à chaque fois que vous exécutez un ennemi furtivement. Il est alors possible de locker divers ennemis et d’exécuter une attaque léthale pouvant éliminer plusieurs ennemis d’un coup. Finalement, on gagne du temps face à un affrontement direct.

Ce coup n’est pas disponible à volonté ! Pour obtenir cette botte secrète, il faut effectuer une élimination discrète. Une fois les ennemis marqués, vous pouvez déclencher votre attaque pour autant que les ennemis ne soient pas trop lointains. Il s’en suite une petite cinématique classieuse présentant la mise à mort de vos adversaires. A noter que certains ennemis mieux protégés risque de n’être que blessés mais l’icône de marquage vous informe de tout cela pour ne pas vous laisser dans l’embarras d’une mauvaise surprise.

Il est clair que l’équipe de Toronto a mis l’accent sur la réalisation du jeu car le jeu vous proposera d’installer des textures haute-définition si vous le souhaitez et franchement, le titre ne rame absolument pas tout en affichant un niveau de réalisation impressionnante, de type The Last Of Us, mais en moins charismatique. Non seulement, les décors ne sont pas aussi inspirés et ludiques que dans Splinter Cell Conviction, mais en plus, licence Splinter Cell oblige, les nombreux passages dans l’ombre rendent la réalisation moins impressionnante qu’il n’y paraît. Pourtant, en voyageant de par le monde, l’équipe de développement a essayé d’apporter de la variété mais la répétitivité l’a finalement emporté.

Dans Splinter Cell Black List, il est question d’éliminer des figures emblématiques travaillant pour les américains qui se mêlent toujours de ce qui ne leur regarde pas. En gros, les Ingénieurs qui sont donc les méchants du jeu, continueront leurs agissements tant que les américains ne seront pas rentrés chez eux.

Les développeurs ont fait le choix d’un avion comme quartier général. L’idée n’est pas mauvaise car elle est prometteuse de nombreux dépaysements au fil du jeu. Tout est prétexte à vous faire visiter le globe terrestre. Sam Fisher va donc parcourir le monde, enquêter, bidouiller, trafiquer, saboter tout en se débarrassant de qui voudra bien rester sur son passage. Mais les ennemis se feront éliminer plus ou moins facilement. L’intelligence artificielle est en effet inégale et ce point a d’ailleurs été pallié par le fait que certains ennemis ne peuvent être assommé discrètement qu’en les prenant par revers. D’autres vous verront passer et vous oublieront une fois que vous êtes caché dans l’ombre (les voyants de votre combinaison s’allument lorsque vous êtes invisible, logique non ?), d’autres ne vous verront même pas lorsque vous les frôlez. Autant les tuer tant que vous êtes à proximité finalement non ?

De nouveaux petits modes de jeux intermédiaires ont été rajoutés un peu à la manière d’un Call Of Duty. Ce sont des modes vus et revus 40 000 fois comme par exemple du tir à la mitraillettes à bord d’un hélicoptère mais dans ce type de jeu, des passages un peu plus bourrins sont les bienvenus.

Graphismes : 91%
Vraiment très joli et impressionnant techniquement mais fadasse artistiquement parlant.

Animation : 82%
Fluide mais la motion capture date.

Jouabilité : 80%
Un gameplay sans surprise qui reprend en tous points celui de l’épisode précédent, avec la possibilité de marquer ses ennemis avant des les exécuter. Une trop grande impression de déjà vu.

Bande Son : 61%
Les dialogues ne sont guère réussis.

Intérêt : 67%
Quelques idées de gameplay ont été introduites, un peu à la manière d’un Call Of Duty, mais rien de vraiment original.

Note Globale : 72%
Un jeu dans la lignée du Conviction, à savoir un gameplay casualisé mais très efficace et largement moins frustrant que celui de la vieille génération des Splinter Cell.


NOTE : 07/10