Consoles-Fan
15/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Resident Evil : Revelations HD
Pour ce qui est des révélations...
...on les cherche encore.

Sorti à l’origine sur 3DS, Capcom a décidé de rentabiliser Resident Evil : Revelations en le sortant maintenant sur Xbox 360 et Playstation 3. L’occasion de découvrir un portage HD plutôt convaincant...mais avec des défauts encore plus agaçants et visibles sur console HD.

JPEG - 44.7 ko
Les environnements sont relativement variés : bateau, navire à la dérive...

Resident Evil : Revelations nous ramène quelques années en arrière, alors que Jill Valentine et Chris Redfield ont rejoint une ONG luttant contre le bioterrorisme. Evidemment, il sera donc question de lutter contre une menace mutante qui, contrairement à d’habitude, ne sera pas essentiellement constituée de zombies, mais d’étranges larves/parasites infectant les corps à proximité, le T-Virus. Moches, ces créatures constitueront donc l’essentiel du bestiaire du titre. Dommage, quand on voit leur tronche, on se dit que nos bons vieux zombies vont sérieusement nous manquer !

JPEG - 34.9 ko
Les monstres manquent clairement de charisme comparés aux zombies.

Le gameplay adopté par ce spin-off est proche de Resident Evil 5 : la caméra est placée légèrement au dessus de l’épaule de votre héros ou héroïne du moment, il est possible de tirer en se déplaçant...seul regret : le retour de l’esquive associée au stick de déplacement. Pour éviter un coup, il s’agit donc de relâcher le stick et de le pousser en direction de votre adversaire au moment où celui-ci frappe. Plutôt contre-intuitive, celle-ci se déclenchera parfois quasi-automatiquement, tandis qu’elle se révélera bien capricieuse à réussir quand vous essayez vraiment.

JPEG - 56.4 ko
Certains vieux ennemis de la série sont de retour.

Résultat, on préfère éviter les confrontations en combat rapproché, mais malheureusement, le jeu fait la part belle aux couloirs réduits et salles étroites. Pire, on se retrouve confrontés à des boss à la quantité de PV astronomiquement risible : impossible de ne pas halluciner quand, après 3 grenades, deux barils explosifs, et l’intégralité de vos munitions (pourtant au max) de pistolet ET de fusil à pompe tirées de ne pas halluciner en voyant que celui-ci continue de vous poursuivre. D’autant plus frustrant que pendant ce temps-là, les sous-fifres de celui-ci vous mènent la vie dure et réapparaissent sitôt éliminés.

JPEG - 51.1 ko
Couché le chien !

A cette difficulté étrangement mal dosé se rajoute l’inutilité totale de l’IA alliée. En effet, même si votre personnage est toujours accompagné par un autre protagoniste de l’histoire, ne comptez certainement pas sur lui pour quoi que ce soit : impossible de lui demander de passer devant, et sa cadence de tir arme au poing laisse à penser qu’il doit disposer de chargeurs à une seule balle. Pire, quand on compte le nombre de tirs nécessaires pour se débarasser ne serait-ce que d’un ennemi de base, on comprend vite que celui-ci est tout bonnement inutile vu les dégâts ridicules infligés.

JPEG - 40.4 ko
Voir ses dégâts est toujours étonnant, la première fois que l’on joue en multi...

Le pire au final reste l’aspect coopératif du jeu : plutôt que de nous offrir la possibilité comme dans RE6 de faire la campagne en coop, y compris en écran splitté, Resident Evil : Revelations nous l’interdit, même en ligne ! Seule possibilité pour le multi : le mode Commando. Celui-ci permet alors de refaire les niveaux explorés en solos, mais ceux-ci doivent être d’abord débloqués via la campagne. Le matériel y est de plus libre, il est donc rapidement possible de faire les premiers niveaux de la campagne avec des armes dignes de la fin du jeu, annihilant toute difficulté. Dès lors, une seule question reste : pourquoi ne pas avoir permis de faire la campagne directement à deux joueurs, simplement avec le matériel à disposition trouvé au fil de celle-ci ?

JPEG - 56.6 ko
Cette "charmante" demoiselle fera office de Nemesis dans cet épisode.

Graphismes : 12/20

Plutôt joli, ce remake 360 d’un jeu 3DS s’avère assez convaincant sur console de salon. On regrettera cependant un character design totalement à la ramasse, surtout pour les monstres difformes et pour la plupart ridicules : pourquoi ne pas avoir, comme d’habitude, mis nos héros aux prises avec des zombies plutôt qu’à ces espèces de larves géantes ?

Gameplay : 10/20

Le gameplay modernisé des Resident Evil est toujours de la partie. Pas mal de bonnes idées niveau raccourcis des commandes. En revanche, carton rouge à la méthode d’esquive qui s’avère très peu intuitive, et aux boss aux quantités astronomiques de PV n’ayant rien à faire dans un survival horror. Enfin, l’incompréhension règne quant à la raison ayant amené les développeurs à produire un jeu entièrement jouable en coop...sauf pour le mode campagne. Résultat, on est obligé de parcourir entièrement le soft pour pouvoir le refaire avec un ami en ligne, sans les cinématiques. Et quid de la coop en écran splitté ?

Bande-son : 15/20

Les doublages japonais sont de qualité. Les musiques sont inquiétantes et souvent au diapason de l’action à l’écran, donc plutôt un bon point ici.

Scénario : 8/20

Chaotique, mal raconté et trop hâché, l’histoire de ce spin-off est soporifique à souhait. On se retrouve à alterner les points de vue sans vraiment trop comprendre quoi que ce soit à l’action, et les "retournements" de situation sont bien trop prévisibles pour ne serait-ce qu’étonner.

Durée de vie : 14/20

Entre la campagne solo et le mode commando permettant une personnalisation très poussée du personnage et de l’équipement, le titre peut se vanter d’offrir une durée de vie plus que conséquente. On regrettera simplement l’impossibilité de jouer au mode commando autrement qu’en ayant bien avancé la campagne solo.

Conclusion : 12/20

Partant avec de bonnes idées, Resident Evil : Revelations se saborde tout seul à cause d’un scénario et d’un chara design bâclé. N’en demeure pas moins un jeu au gameplay plutôt efficace, dont le meilleur mode restera le coop, malheureusement en grande partie inacessible tant que l’on a pas subi une campagne solo semblant ne pas savoir quoi proposer entre un jeu d’action pure et un survival horror.