Consoles-Fan
17/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Bravely Default
Si vous aimez les contraires...
Ce jeu a l’air effroyablement bon !

Sorti fin 2012 au Japon, Bravely Default était, à l’occasion de la Paris Game Week, enfin accessible en français. L’occasion de mettre la main sur ce qui est bien parti pour être le RPG Japonais de l’année.

Bravely Default nous met donc aux commandes d’un jeune homme qui se retrouve sans foyer à la suite d’une attaque de son village. Bien décidé malgré tout à revoir l’endroit où il a toujours vécu, notre héros se met malgré le danger en route après s’être correctement équipé.

JPEG - 255.5 ko

Avant même les combats, la première agréable surprise de Bravely Default est sa direction artistique : alors que les personnages 3D font penser aux protagonistes du remake DS de Final Fantasy III, les environnements, eux, sont de superbes plans fixes en 2D, faisant très dessin à la main. Ce choix de persos 3D sur de la 2D dessiné fait d’autant plus ressortir les personnages, ce qui rappelle fortement les Final Fantasy de l’époque PSOne.

JPEG - 91.6 ko

Et ce n’est pas là la seule source de nostalgie que vous trouverez : Bravely Default semble rendre hommage dans son ensemble aux Final Fantasy. Le système de jeu est très proche des premiers opus sortis : système de jobs changeables dans le menu, équipement en fonction, skills et compétences font tous échos à des vieux souvenirs, qui sont depuis tombés dans l’oubli à cause de la simplification à outrance des mécaniques dans les J-RPG. Bravely Default réaffirme aussi la suprématie du système de combat en tour par tour : pas de jauge ATB ou autre, un tour consiste à donner ses ordres à l’ensemble de ses équipiers avant de voir ceux-ci les résoudre en fonction de leur vitesse.

JPEG - 169.6 ko

Mais ne croyez pas que Bravely Default s’enfonce uniquement dans la nostalgie : si le système est ultra-traditionnel, les développeurs ont pensé à deux moyens ingénieux de bousculer celui-ci. Ainsi, en combat, en plus des actions classiques (Attaquer, Magie, Compétence, Objet...), vous disposerez des commandes "Brave" et "Default". La première vous permettra de jouer deux tours ce tour-ci, et peut se cumuler jusqu’à disposer de 4 actions dans le tour. Le prix à payer : des Brave Points, qui ne s’accumulent qu’en se défendant, via la commande Default. Mais ce n’est pas là la seule particularité de ce système : en effet, il est possible de dépenser des Brave Points que l’on n’a pas ! Libre à vous de vous endetter et passer à -3 Brave Points pour réaliser dès le premier tour de jeu 4 actions. Il faudra ceci dit alors bien y réfléchir, puisqu’un perso avec un solde de Brave Points négatifs n’agit plus et se contente de passer son tour en échange de 1 BP.

JPEG - 246.1 ko

Ainsi, il devient très stratégique de gérer ses BP : doit-on foncer dans le tas au risque de ne pas réussir à achever les ennemis et leur offrir plusieurs tours de jeu consécutifs, ou au contraire est-il préférable de se mettre en défense plusieurs tours de suite pour subitement se déchaîner ? Le système est bien ficelé, d’autant que l’on imagine déjà que les monstres les plus avancés useront aussi de ce système.

JPEG - 269.7 ko

L’autre concept, moins bien huilé, est celui des Bravely Seconds. Celles-ci sont encore plus expéditives puisqu’elles permettent, en plein milieu de la résolution d’un tour, de stoper celui-ci pour faire (re)jouer un de ses personnages. Le prix est évidemment bien plus élevé ici, puisqu’il faudra alors payer une Bravely Second (BS), or, il faut que la console reste 8h en veille pour en récupérer une. Si le système est donc plus occasionnel, on grince des dents en découvrant lors du tutoriel qu’il est possible d’acheter des potions permettant de recharger trois BS d’un coup...avec de l’argent réel. Etait-ce vraiment nécessaire de monétiser une mécanique aussi puissante et intéressante ?

JPEG - 99.4 ko

Conclusion :

Après une bonne année d’attente vis-à-vis du Japon, Bravely Default s’apprête enfin à arriver chez nous. Et il faut bien l’avouer : celui-ci s’annonce comme le seul et digne héritier de la licence Final Fantasy. Avec un système de jobs semblant venir tout droit de l’excellent Final Fantasy V, un design artistique brillant, et un gameplay mélangeant classicisme et nouveautés, le jeu s’annonce d’ores et déjà comme un incontournable pour tout fan de RPG qui se respecte, même si l’on regrette déjà le concept de pouvoir payer pour être plus efficace le temps d’un combat. Sortie prévue pour Décembre !