Consoles-Fan
16/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Crimson Dragoon
Panzer Dragoon
doit se retourner dans sa tombe

Franchement. Tu me dis que Crimson Dragoon, ce n’est pas Panzer Dragoon mais ça en a le look et le goût. Tu me dis que je vais revivre des moments intenses de nostalgie pas encore oubliée. Mais je signe tout de suite coco ! Sauf que voilà, l’accouchement a été difficile.

JPEG - 703.6 ko

Prévu à l’origine sur XBox 360, ce jeu Kinect est finalement jouable au pad (et aussi avec Kinect mais ce n’est plus trop mis en avant) et arrive finlement sur XBox One bien tard après la toute première annonce. En général, ce n’est jamais bon signe.

JPEG - 34.5 ko

Sur le plan technique, il n’y a pas grand chose à dire si ce n’est que le jeu est assez joli : les environnements sont originaux mais malheureusement ouverts. La caméra a un peu tendance à filer dans tous les sens et les déplacements sont plutôt rapides. Certes, pour le spectacle, c’est sympa. Mais ça l’est beaucoup moins pour le gameplay car on a un peu de mal à comprendre où le jeu va nous emmener vu qu’il n’y a pas de couloirs visibles la plupart du temps, du coup, cela gêne la visée. Panzer Dragoon proposait des trajectoires plus rectilignes, avec la possibilité de tourner à 360 degrés. Ici, l’angle de rotation existe également mais il n’est pas totalement libre. Bref, il n’est pas toujours possible de garder un ennemi en ligne de mire sous prétexte que le jeu a décidé de vous emmener ailleurs, envers et contre tout : frustrant.

Pour mieux vous illustrer le problème que j’ai ressenti, sachez que j’ai tellement joué à Panzer Dragoon que je suis capable de refaire l’intégralité du jeu dans ma tête. Ici, les univers sont tellement vastes, ouverts et bourrés de similitudes. Il n’est pas possible de retenir un chemin. Cela tourne dans tous les sens. Les décors d’un même monde sont utilisés dans différents stages qui utilisent des tracés différents. Peut-être ont-ils déplacés un caillou. Qui sait ? Mais tout cela crée la confusion au lieu de générer un véritablement attachement au jeu.

JPEG - 153.7 ko
JPEG - 12.2 ko

Les développeurs ont du en tous cas se rendre compte qu’ils faisaient fausse route car, en plus du super tir de compétition qui nettoie tout l’écran, il est possible d’être accompagné par un second dragon qui vous accompagne et que l’on peut placer devant ou derrière, histoire de compenser le fait qu’il n’est pas possible d’effectuer des rotations de 360 degrés.

Pourtant, c’était plutôt bien parti car les musiques sont vraiment très plaisantes. Panzer Dragoon était cependant plus rythmé dans l’ensemble. Ces dernières sont certainement aussi plus mythiques alors qu’ici, on a plus affaire à des tapis musicaux, agréables sur l’instant, mais qui ne marqueront peut-être pas autant les esprits.

Graphismes : 71%
C’est très joli, très fin, le monde est original mais il se répète encore et encore...

Animation : 90%
Pas grand chose à redire là-dessus.

Jouabilité : 35%
Un Panzer Dragoon moins libre qu’avant et avec des tracés qui veulent nus en mettre plein la vue avec un prix à payer : le gameplay perd toute sa saveur et sa finesse. La facture est salée.

Bande Son : 72%
Pas aussi mythiques, sans doute parce qu’on a aussi moins envie d’y revenir...

Intérêt : 30%
Franchement, même si vous êtes un fan de Panzer Dragoon, passez votre chemin. Ne soutenez pas le travail bâclé de programmeurs.

Note Globale : 45%
Je suis triste, vraiment, j’aurais aimé dire que Panzer Dragoon faisait son grand retour, mais là...


NOTE : 04/10