Consoles-Fan
20/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Yoshi’s New Island
Yoshi est de retour !
Est-ce que ça finira en omelette ?

Sorti en fin de vie de la Super Nintendo, Yoshi’s Island était une vision pour le moins inattendu de l’univers Mario : se déroulant bien des années en arrière, le plus célèbre plombier de la galaxie n’était alors qu’un simple bébé, qui devait compter sur l’aide des Yoshis pour retrouver son frère Luigi. Des années après, Nintendo compte bien offrir un retour en enfance au plombier…et à nous par la même occasion. Petit aperçu de ce qui nous attend.

BMP - 281.3 ko
Design enfantin, haricots, et nuages au pastel...la réalisation graphique est trognonne à souhait !

Yoshi’s New Island reprend donc l’histoire là où elle s’était arrêtée au terme du précédent opus : après avoir récupéré bébé Luigi, prisonnier de l’infâme bébé Bowser, la cigogne chargée de la livraison arrive enfin au Royaume Champignon avec sa précieuse cargaison…pour découvrir qu’elle s’est trompée d’adresse. Ni une ni deux, elle redécolle pour mener les bébés à bon port, mais est malheureusement interceptée en plein vol par Kamek, la sorcière bien décidée à mener la vie dure aux deux bébés. Comme précédemment, elle ne parvient qu’à mettre la main sur bébé Luigi, tandis que Mario atterit à nouveau…sur l’île des Yoshis, qui décident d’aider à nouveau le bébé à retrouver son frangin.

BMP - 281.3 ko
Les véhicules sont de retour. Cette fois avec une jauge de temps.

C’est donc reparti pour une chevauchée de dinosaure de toutes les couleurs (les Yoshi’s se passant le relai à chaque fin de niveau). Si le colori n’affecte pas les capacités de chacun, on retrouve néanmoins cette petite variation à l’écran, mais aussi le même genre de graphismes très enfantin et coloré offert par Yoshi’s Island à l’époque. Joyeux, presque pastel, les couleurs sont cependant un peu plus ternes qu’à l’époque, même si la 3D s’y intègre plutôt bien. Le jeu reprend le gameplay quasiment à l’identique de Yoshi’s Island. Il vous faudra donc traverser des niveaux en 2D, en progressant essentiellement grâce aux deux capacités de yoshi : avaler ses ennemis (pour les recracher ou les transformer en œuf), et lancer ses œufs.

BMP - 281.3 ko
On sera un peu déçu de ne pas avoir un mini-jeu en tombant sur la fleur...

Après quelques niveaux, la prise en main reste néanmoins un peu déconcertante pour quelqu’un ayant retourné l’épisode SNES dans tous les sens : alors que le gameplay est rigoureusement le même, on a parfois l’impression de jouer au ralenti par rapport au premier épisode. Cela est particulièrement vrai avec le système de visée. En effet, si celui-ci repose sur le même principe qu’autrefois (le viseur apparaît puis commence à osciller en appuyant sur le bouton de tir, et il faut lancer l’œuf au bon moment pour avoir l’angle que l’on veut), le viseur semble bouger moins vite. Pratique pour des tirs mieux ajustés, mais nettement moins quand il s’agit de vite tirer. La vitesse de déplacement semble également avoir été revue légèrement à la baisser, ainsi que la vitesse de déplacement des ennemis. Résultat, la progression semble plus lente qu’à l’époque.

En revanche, il faut bien reconnaître que Nintendo a apporté de nombreuses petites idées sympathiques à la formule. Car rapidement, l’on retrouve une idée sous-exploitée de Yoshi’s Island, ici bien plus largement utilisée : les œufs géants. Particularité de quelques niveaux dans l’épisode SNES, ils sont ici nécessaires à la progression à plusieurs reprises, dès les premiers mondes, puisque ceux-ci (qui font tout de même quasiment une bonne moitié de l’écran de hauteur) pulvérisent pratiquement tout sur leur passage : ennemis, mais aussi pièces, tuyaux, plate-formes…bref, un bon nettoyage par le vide, qui, à l’instar de ce que l’on a vu avec les champis géants dans les New Mario Bros, donnent droit à des vies si vous avez ravagé une quantité suffisante d’obstacles. Pour obtenir ces œufs, rien de plus simple : il suffit d’avaler et digérer un ennemi géant, qui sort régulièrement de tuyaux placés de manière très arrangeante juste à côté des zones où on en a besoin.

BMP - 281.3 ko
Ca, c’est un sacré oeuf !

Notre première prise en main s’est achevée avec la visite du premier donjon intermédiaire du jeu (le niveau 1-4, donc), qui fut également l’occasion d’un peu d’originalité : alors que l’on était habitué avec Yoshi’s Island à devoir faire face à des versions "géantes" des ennemis habituels grâce à la magie de Kamek, il fallait cette fois affronter la sorcière/nourrice de Baby Bowser. Pour cela, il fallait se servir de ses œufs non pas pour tirer sur Kamek, mais sur des seaux situés au-dessus de l’arêne afin de faire tomber des bombes sur le boss. Plutôt sympathique, l’affrontement se révélait néanmoins un peu trop simple…on attendra néanmoins de voir ce que les autres boss nous réservent !

BMP - 281.3 ko
On attendra de voir d’autres boss et des niveaux plus avancés pour émettre un avis sur la difficulté et la prise en main.

Conclusion :

Etrange ressenti au terme de ces quelques premiers niveaux : si l’on reconnaît bien là Yoshi’s Island, cette suite semble manquer d’un peu de tout. Semblant plus lent, moins maniable, et moins enjoué dans ses musiques, il faudra voir si le titre offre d’autres bonnes idées inédites ou capitalise un peu trop sur son illustre ancêtre, même si les nouvelles (bonnes) idées sont là. Réponse définitive à la mi-Mars, date de sortie du jeu chez nous.