Consoles-Fan
18/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Mario Kart 8
Quand Mario Kart
rencontre F-Zero

Milliard de milliard, avec ce Mario Kart 8, je ne boude pas mon plaisir. La série bénéficie d’une véritable cure de jouvence !

JPEG - 15 ko

Ce n’est un secret pour personne, Mario Kart 8 est le premier Mario en haute définition. Alors quand on est beau comme ça, avec plein de jolies couleurs et une animation en 60 images par seconde, et quand on se permet des parcours enfin débridés à la manière d’un Sonic & Sega All Star Racing, forcément, on est sur le bon chemin.

Comme je l’ai expliqué dans la preview du jeu, les programmeurs ont vraiment bien géré le système de caméra qui sur le joueur avec un léger décallage, permettant d’accentuer les vrilles dans les passages antigravitationnels. De ce fait, Mario Kart 8 a de belles allures de F-Zero. Certains stages aux couleurs "neon" ne me feront pas mentir.

JPEG - 9.7 ko

Il n’y a plus de "bête" stage dans Mario Kart grâce à la présence de cette antigravité. Les tracés sont d’office complexes et gagnent en maturité en terme de level design. Il y a même un stage qui se déroule dans un parc d’attractions. Logique pour un titre dont les circuits s’apparentent à des tracés de rollercoaster. Et pourtant, j’aurais aimé que les programmeurs fassent preuve de moins de réserve pour ce circuit qui ne comporte au final qu’un looping même si une partie de ce circuit est immergé.

JPEG - 84.1 ko

Mais ce qui fait vraiment plaisir, c’est l’équilibrage des armes qui est meilleur que jamais. Oui, il est possible de recevoir 8 armes d’un coup mais il est aussi possible de toutes les perdre d’un coup si votre concurrent armé d’un éclair s’en rend compte. Le klaxon, en tant qu’arme spéciale, vous protègera contre la carapace bleue. Rien n’est plus infaillible. Les champignons vous permettent toujours de couper dans les décors sans ralentir même si le sol ne s’apprête pas à la vitesse. Il est aussi possible d’éviter certaines attaques grâce aux champignons : défier l’inertie de certaines attaques, c’est aussi leur rôle.

JPEG - 250.3 ko

C’est aussi le retour des régimes de bananes abandonnés avant les tremplins ou juste après une entrée dans l’eau, histoire de les distinguer à la dernière minute et de favoriser les accidents. Avec Mario Kart 8, les coups de cochon ont la part belle : aaaah, déclencher un éclair avant qu’un concurrent passe sur un tremplin au-dessus du vide : un classique !

En terme de répartition d’objets et d’intelligence artificielle, on ressent aussi moins d’injustice dans Mario Kart : le pilotage prend un poids plus important mais bon, ça reste du Mario Kart et il arrive encore parfois qu’un coup de bol vous sauve la mise. La scoumoune frappe parfois, elle aussi.

JPEG - 12.5 ko

Les passages antigravités invitent les joueurs à se cogner, provoquant ainisi des boosts de courte durée. Du coup, gare aux mauvais réflexes car votre adversaire pourrait très bien dégainer des carapaces. De même, les bons joueurs tireront une carapace sur un adversaire avant de le rattraper et de s’en servir comme boots. Oui, Mario Kart 8 est impressionnant en termes de possibilités stratégiques.

J’ai aussi adoré la présence de deux circuits qui n’en sont pas vraiment puisqu’il s’agit plutôt en réalité de longs parcours : descent gelée et course arc-en-ciel. Il est vrai que dans ce derniers cas, quitte à faire un circuit minimaliste, autant en faire un très long.

JPEG - 698.4 ko

Avec ses décors superbes, plein d’animation et des effets d’éclairage et des effets d’eau somptueux, Mario Kart est vraiment léché mais pourtant mal terminé : à chaque fois que la course commence, je dois faire pause pour configurer ma manette comme j’en ai envie. La console ne retient pas la configuration entre chaque coupe. Il n’est même pas possible de faire pause avant le début de la course, c’est à dire pendant le décompte. Je peux comprendre cela car cela pourrait perturber les autres joueurs qui cherchent à faire un démarrage canon. Cependant, l’absence de menu option est clairement impardonnable.

C’est le seul point vraiment négatif du jeu et dans l’absolu, une mise-à-jour pourrait rectifier cela très facilement. Espérons que Nintendo soit réactif pour le coup. Mais vous l’aurez compris, Mario Kart 8, bien que relativement classique, est aussi le plus équilibré des Mario Kart mais aussi le plus beau. Et vous allez peut-être me dire que vous allez faire l’impasser sur le meilleur Mario Kart de l’histoire ? Vous en avez bien du courrage !

JPEG - 117.1 ko

Graphismes : 93%
Super propre et coloré, énormément de détails dans les décors, même au loin.

Animation : 90%
60 images par seconde mais légèrement moins à 4.

Jouabilité : 98%
Des circuits testés et retestés par les développeurs jusqu’à les rendre parfait en terme de timing pour les dérapages et de gestion des trajectoires.

Bande Son : 92%
Une bande-son finalement très classique pour le genre : pas de dépaysement au programme.

Intérêt : 98%
On est bon pour tenir jusqu’au prochain Mario Kart : à sortir et à resortir sans modération, il ne nuit pas gravement à la santé.

Note Globale : 95%
Tu as une Wii U, tu achètes Mario Kart 8. Tu n’as pas de Wii U, tu achètes le pack Wii U + Mario Kart 8. C’est simple, carré : c’est pourtant pas si compliqué de se faire plaisir.


NOTE : 09/10