Consoles-Fan
23/05/2017

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2785 articles en ligne

 
Asssassin’s Creed V : Unity
Viva la...
Révolution !

Après un premier épisode mémorable, la série Assassin’s Creed est devenue LA licence phare d’Ubi Soft sur la génération 360/PS3 : des suites à n’en plus finir, des BDs, des romans, et même des courts-métrages. Il faut dire que l’idée de revisiter le passé du point de vue des assassins, en réécrivant l’histoire au passage en en montrant la "face cachée" avait de quoi plaire. La série pouvait cependant avoir l’air de s’essouffler, à ne proposer "que" un nouveau cadre historique et quelques améliorations de gameplay, sans jamais oser, par exemple, se frotter au multi coopératif. Jusqu’à présent.

JPEG - 50.8 ko

Assassin’s Creed V, sous-titré "Unity", nous enverra donc cette fois à la fin du XVIIIème siècle en France. L’essentiel de l’intrigue tournera autour d’une période longuement réclamée par certains (votre serviteur inclus) : la révolution française. Et quel plus beau cadre pour cela que Paris, la capitale ? L’occasion de découvrir une ville qu’on nous promet largement plus vaste que l’ensemble des îles de Black Flag réunies : aurait-on droit à une ville à l’échelle 1:1 ?

JPEG - 58.9 ko

Le jeu fera l’impasse sur la génération actuelle de consoles, et pour cause : UbiSoft a profité de ce nouvel opus pour refondre une nouvelle fois l’Anvil Engine, le moteur maison sur lequel tournent les Assassin’s Creed depuis le début. Graphiquement, le moteur envoie du lourd, que ce soit en termes de lumières, de textures et de réflexions. Mais surtout, il permet d’afficher sans coup férir un nombre hallucinant de NPC, puisque le jeu parvient désormais à gérer une foule de révolutionnaires en furie !

JPEG - 55.3 ko

L’autre énorme nouveauté du titre tient dans son multijoueur, puisqu’après avoir opposé les joueurs pendant des années, la série se lance enfin dans un domaine qu’elle aurait dû aborder dès le départ : la campagne coopérative ! Résultat, l’histoire sera cette fois jouable à 4 assassins œuvrant de concert. Evidemment, cela aboutit à un gameplay totalement décuplé dans toutes ses possibilités : un joueur peut parfaitement servir de leurre pour attirer un garde dans un traquenard, tout comme il peut rester sagement sur la trajectoire de fuite d’un allié repéré pour éliminer les poursuivants de manière inattendue. Ajoutez à cela encore plus d’armes et gadgets qu’auparavant, et vous obtenez un gameplay aux petits oignons.

JPEG - 44.9 ko

Et difficile de parler en mal du jeu, tant les développeurs se sont montrés plus maniaques que jamais : Paris est parfaitement reconnaissables à ses vieux bâtiments, et offre un cadre de jeu encore plus vaste et jouissif qu’auparavant. Cela se ressent également dans la profondeur de jeu, puisqu’un nombre bien plus importants de bâtiments seront librement explorables/traversables afin de semer ses poursuivants ou au contraire de rattraper un fuyard un peu trop agile. Trouver un défaut dans cette courte démonstration complètement maîtrisée relèverait vraiment de l’exploit…

JPEG - 62.4 ko

Conclusion :

Il faut bien l’avouer, les joueurs commençaient à sérieusement tourner en rond et beaucoup fantasmaient une campagne faisable en coopération. C’est désormais une réalité avec cet Assassin’s Creed V qui semble faire clairement entrer la série dans la Next-Gen. Réalisation monstrueuse, gameplay décuplé, affichage de PNJ en masse : tout semble fait pour rendre honneur à Paris et à la Révolution Française. Le jeu de cette fin d’année ?